Débattons publiquement des propositions de la Convention Citoyenne sur le Climat!

Certaines propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat ont été transmises au gouvernement et aux journaux. Mais pas aux citoyens ! Dans cette lettre ouverte au comité de gouvernance de la Convention, l’Atécopol argumente de la nécessité d’un débat radiophonique d’une semaine sur les axes thématiques de la convention, basé sur les propositions validées et celles en cours de discussion.

Chers membres du comité de gouvernance de la Convention Citoyenne sur le Climat,

Pourquoi ne pas profiter de la période de confinement pour organiser un grand débat national à partir des réflexions de la Convention Citoyenne sur le Climat ?

Cette convention est certes placée sous la tutelle du gouvernement, mais c'est avant tout un processus démocratique (tirage au sort) issu d’un mouvement de protestation populaire. Par conséquent, il n’y a pas lieu qu’il soit destiné exclusivement ni aux ministres ni aux député.e.s. Nous savons que les travaux de la CCC ne sont pas complètement terminés. Vous avez néanmoins pris l’initiative de livrer dès à présent une partie de vos réflexions au gouvernement ; fort bien ! Et vous souhaitez préférer attendre d’aboutir à « un rapport final et complet » avant de rendre vos travaux publics… Quel dommage ! Quelle occasion en or manquée cela signifierait !

Permettez-nous ne nous prononcer vivement en faveur d’une autre stratégie, engageant une appropriation la plus démocratique possible des réflexions de la CCC. Et cela pour les 5 raisons suivantes :

1. Le gouvernement est principalement mobilisé par l’urgence sanitaire en cours et c’est légitime. La priorité est bien de débloquer dès que possible tous les moyens imaginables à destination de l’ensemble du système sanitaire, en vue de sauver des vies, jour après jour, nuit après nuit.

Puisque le gouvernement a d’autres priorités, vos propositions risquent malheureusement de ne pas être pleinement considérées par ce dernier. La société civile peut reprendre collectivement la main sur ce processus démocratique et, le moment venu, le rappeler à nos dirigeants.

2. Le gouvernement s’apprête à prolonger l’état d’urgence sanitaire et le confinement qui en découle.

Ce ralentissement des activités économiques globales constitue une occasion aussi idéale qu’inattendue pour prendre du recul par rapport à notre mode de fonctionnement depuis des décennies et réfléchir collectivement aux réorientations adaptées au dérèglement écologique en cours ! Alors que le gouvernement n'a pas le temps de réfléchir, l'immense majorité de vos concitoyen.ne.s dispose désormais d'un temps privilégié pour discuter de vos premières propositions, et de potentiellement se les approprier pour les porter dans l’espace public le moment venu.

3. L’horizon qui nous attend est celui d’un effondrement au moins partiel de l’économie réelle dans le pays et ailleurs, de faillites en chaîne et de chômage accru. Les dirigeants nationaux et transnationaux s’emploient à concevoir des « plans de relance » qui seront élaborés sans consultation démocratique et en privilégiant probablement les enjeux économico-industriels de préférence à tous les autres.

Débattre de ce qu’il serait nécessaire de mettre en œuvre pour nous adapter au nouveau régime climatique donnera au peuple des outils pour peser sur les orientations de relance à venir : en accepter certaines orientations et s’opposer à d’autres. Cela nous permettra d’envisager les chantiers d’avenir nécessaires pour – non plus « sauver la planète » – mais pour apprendre à vivre dans ce monde déréglé. Et, surtout, cela sera de nature à dépasser les peurs qui, présentement, nous inhibent actuellement et de reprendre collectivement confiance en l’avenir ! 

4. Les travaux de la CCC ne sont pas tout à fait terminés et l’ensemble des propositions n’ont pas été soumises au vote.

Soit ; le débat public partira de ce principe : présenter et discuter de propositions en cours. Ce souci de transparence émane des membres de la Convention eux et elles-mêmes qui ont, depuis le début du processus, demandé le soutien, les conseils, la médiatisation de leur travail, et sollicité que d’autres citoyen.ne.s les suivent et leur fassent des propositions. Organiser un grand débat sur ces questions pendant le confinement est une occasion unique d'intégrer l'ensemble des citoyens dans le processus !

 5. Un rapport « final et complet » ne sera lu que par une poignées de gens. Il sera relayé dans la presse un jour ou deux, puis on passera à autre chose...

Consacrons une semaine entière de débats sur vos 5 axes thématiques, via une diffusion radiophonique sur les ondes de Radio France ! Le fait que ces réflexions soient diffusées par la radio reposera nos yeux fatigués de fixer des écrans. Les audiences radiophoniques n'ont jamais été aussi importantes, et des millions de citoyen.ne.s écoutent désormais chaque jour la radio pour les accompagner pendant le confinement : ne s'agit-il pas d'une occasion unique pour informer et discuter tous ensemble de vos propositions ?

 Pour l’ensemble de ces raisons, Madame Tubiana, Monsieur Pech, Monsieur Blanchet, nous vous prions de saisir cette opportunité historique et d’offrir à la société française une occasion unique de reprendre en main son avenir !

 Sincères salutations

L’Atelier d’Écologie Politique
https://atecopol.hypotheses.org/

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.