Premier Atelier de travail pour refonder le service public hospitalier

Le 10 octobre 2020, nous avons tenu notre rencontre de lancement de l'Atelier pour la refondation du service public hospitalier. Nous préparons dores et déjà la suite avec un deuxième atelier qui se tiendra cette fois à Marseille les 23 et 24 janvier 2021.

atelier-10-octobre-copie

Cet Atelier a été lancé dans le contexte de la crise sanitaire, par le Collectif Inter-Urgences, les Économistes Atterrés, le Collectif Inter-Hopitaux, le Printemps de la psychiatrie, les Ateliers Travail et Démocratie dont  l’appel publié le 7 juillet  a été rejoint par de nombreux signataires, collectifs et individuels. 

Voici la synthèse de nos échanges du 10 octobre.

"L'objectif de l'atelier est de sortir l'hôpital de ses murs, de le placer dans la cité, c'est-à-dire d'en faire un sujet de réflexion large et démocratique qui redonne du sens et du contenu au service public hospitalier. La question de l'hôpital public est souvent l'affaire de spécialistes, le langage y est technique, technocratique et hermétique. Les soignants se trouvent souvent dépossédés de toute maîtrise et de toute réflexion collective sur leur métier, et la société dans son ensemble peut difficilement avoir prise sur un sujet pourtant aussi essentiel que celui de l'hôpital public.

 C'est pourquoi cet atelier ambitionne d'initier une dynamique de réappropriation collective du service public hospitalier en faisant en sorte que soignants, non-soignants, soignés, réfléchissent ensemble à l'hôpital public qu'ils souhaitent. Nous voulons renverser la manière d'aborder la question du service public hospitalier, c'est à dire en partant du travail concret des soignants, de leurs pratiques dans et hors de l'hôpital *, et ce faisant de réinvestir la question des collectifs de soin et à partir d'eux réfléchir à des formes de gouvernance fondée sur le soin, plus autonomes, plus horizontal et démocratique..... 

La suite dans le fichier joint (pdf, 573.3 kB)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.