«Dialoguer entre ennemis»

Faire la paix sans l’ennemi, c’est comme faire la guerre sans ennemi : cela n’existe pas. Les Ateliers de la paix proposent un colloque international en visioconférence à l'Assemblée nationale, qui s'est tenu les 25 et 26 mai 2021, sur les nécessités et obstacles à la résolution des conflits armés dans le monde. Retrouver ici l'intégralité du colloque.

visuel-colloque-fr

Faire la paix sans l’ennemi, c’est comme faire la guerre sans ennemi : cela n’existe pas.

Les crises, mais aussi les différends et les conflits lorsqu’ils ne sont pas traités démocratiquement, de façon à prendre l’allure de débats et de négociations entre acteurs, produisent, entre autres conséquences, de la violence politique et géopolitique. Celle-ci est un problème majeur, qui concerne de nombreux États dans le monde ainsi que la communauté internationale.

Aujourd'hui, peut-on encore dialoguer avec son ennemi en vue de résoudre le conflit ? Peut-on encore faire la paix ?

Hier les blocs occidental et soviétique pouvaient se parler, négocier et trouver des compromis géostratégiques, et endiguer le cycle de la violence. Mais aujourd'hui peut-on encore résoudre, prévenir, résorber, réduire la violence politique et géopolitique ?

Se mettre autour de la table avec son ennemi apparaît plus difficile que jamais.

De tels enjeux ne peuvent qu’exceptionnellement mobiliser directement, sans médiation, les acteurs impliqués dans la guerre ou la lutte armée.

Parvenir à les réunir autour d’une table pour aller sur les chemins du dialogue, de la justice transitionnelle et abandonner celui des armes est une gageure considérable qui exige des efforts parfois colossaux.

Il y faut déjà des personnes singulières, voire des institutions, à la fois neutres, et engagées pour la paix, capable d’établir la confiance, d’abord avec les acteurs concernés, mais aussi entre eux.

Il y faut la capacité de mobiliser toutes sortes de ressources, des réseaux, des amitiés, des contacts politiques au plus haut niveau, capables aussi de garantir la sécurité des négociateurs au sein des processus de paix.

Il y faut des compétences, la culture et l’intelligence pour aussi entrer dans des dossiers compliqués et dont l’épaisseur historique peut résister à l’analyse. Il y faut des acteurs de tous les camps qui s’affrontent.

Pour tout cela, les enseignements des négociations de paix passées ou en cours constituent une richesse et un atout précieux pour mieux résoudre les conflits d’aujourd’hui et de demain.

Ces premiers « ateliers de la paix » seront voués à deux questions principales :

  1. À la lumière de l’expérience croisée de différents conflits résolus ou en cours, avec leurs erreurs et leurs succès, comment s’organisent les préliminaires, puis les débats et les négociations dans de tels processus pour avoir quelque chance d’aboutir ? Quels enseignements croisés tirer des expériences du passé, avec leurs erreurs et leurs succès ?

  2. Quels sont les médiateurs indispensables, leurs appuis, leurs alliés, leurs adversaires tout aussi bien ? Quels statuts et quelles protections doit-on garantir aux négociateurs ?

Pour réfléchir à ces questions, les « ateliers de la paix » mobiliseront diverses figures de la médiation et de la négociation, des acteurs, ainsi que des chercheurs et des experts internationaux.

Ouverture

Dialoguer entre ennemis - Ouverture © Sébastien NADOT, Député - France

(See english version)

Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Michel Wieviorka, sociologue, co-directeur de la revue Violence: an International Journal.

Thomas Lacoste, réalisateur, fondateur du réseau international La Bande Passante.

Introduction

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 1 - Israël-Palestine

(See english version)

Pierre Haski, journaliste, spécialiste de géopolitique, président de Reporters sans frontières.

Table ronde Israël-Palestine

Axes de discussion :

  1. Quelles analyses tirer de la série d’échecs des négociations ?
  2. Quelles pistes pour sortir aujourd’hui ce conflit de l’impasse ?

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 1 - Israël-Palestine © Sébastien NADOT, Député - France

(See english version)

Présidence de la table ronde : Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Avraham Burg, ancien président de la Knesset et ancien conseiller du Premier ministre Shimon Peres.

Charles Enderlin, journaliste.

Hagit Ofran, directrice de l'Observatoire des implantations du mouvement de Shalom Akhshav (« La paix maintenant »).

Dr. Hanan Ashrawi (membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine) est excusée.

Table ronde Pays Basque

Axes de discussion :

  1. La résolution du conflit et la protection des négociateurs
  2. D’un processus historique par son unilatéralité et de la nécessité, aujourd’hui, de l’implication des deux États français et espagnol dans la négociation sur les conséquences du conflit.

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 2 - Pays Basque © Sébastien NADOT, Député - France

(See english version)

Présidence de la table ronde : Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, a participé au processus de sortie du conflit au Pays Basque.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Josu Urrutikoetxea, militant historique de ETA, ancien député de la Communauté autonome basque, acteur clé des négociations et de la sortie du conflit au Pays basque.

Brian Currin, avocat, expert en résolution de conflits, fondateur du fondateur du Directoire national des avocats pour les droits de l'homme et membre fondateur de la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud, coprésident de la Commission de révision des peines en Irlande du Nord, fondateur du Groupe international de contact pour le Pays Basque (GIC).

Véronique Dudouet, directrice de recherche et experte en résolution de conflits à la fondation Berghof (Allemagne), ancienne membre de l’US Institute of Peace, accompagne et assiste la société civile dans la résolution du conflit au Pays Basque.

Caroline Guibet Lafaye, philosophe et sociologue, directrice de recherche au CNRS, membre du Centre Émile Durkheim où elle coordonne un programme de recherche européen sur l’Engagement politique et actions extra-parlementaires, spécialiste du conflit basque.

Judyta Wasowska (directrice régionale pour l’Amérique latine au Centre pour le dialogue humanitaire (HD) basé à Genève, elle a suivi pour HD l’ensemble du processus de sortie du conflit au Pays Basque, ancienne assistante personnelle du Directeur exécutif du Centre HD et, auparavant, secrétaire principale du représentant régional du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Caracas et du Haut-commissaire assistant au siège du HCR à Genève) est excusée.

Table ronde Colombie

Axes de discussion :

  1. Comment, au travers de la négociation, passer d’un acteur armé à un acteur strictement politique ?
  2. Comment garantir un accord de paix en cas de changement politique à la tête de l’État ?

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 3 - Colombie © Sébastien NADOT, Député - France

(Ver la versión en español)

(See english version)

Présidence de la table ronde : Jean-Michel Clément, député de la Vienne, membre de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, avocat, est excusé et remplacé par Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Sergio Jaramillo Caro, philosophe et philologue, diplomate, Haut-commissaire à la paix lors des négociations avec les FARC entre 2012 et 2016, il a supervisé le désarmement en 2017, ancien vice-ministre de la Défense chargé de la politique et des affaires internationales et conseiller des ministres des Affaires étrangères et de la Défense colombienne, ancien directeur exécutif de la fondation Ideas for the Peace à Bogota, actuellement conseiller principal à l'Institut européen de la paix (EIP).

Tanja Nijmeijer, ancienne négociatrice lors du processus de paix de La Havane (2012-2016) et ex-combattante au sein des FARC.

Eduardo Pizarro, professeur à l'Université nationale de Colombie, ancien membre président de la Commission nationale pour la réparation et la réconciliation de Colombie, membre du Conseil de direction du Fonds d'affectation spéciale pour les victimes de la Cour pénale internationale.

Maria Emma Wills, professeure adjointe à l'Université des Andes à Bogota, ancienne conseillère auprès du directeur du Centre national colombien de la mémoire historique, a participé au processus de paix en Colombie, ancienne présidente du département de sciences politiques de l'Université des Andes.

Yvon Le Bot, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, ancien consultant auprès des Nations unies pour des opérations de maintien de la paix et des programmes de défense des droits humains dans divers pays d'Amérique latine, responsable du programme « Sortir de la violence » de l’Agence nationale française de la recherche et de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme.

Table ronde République démocratique du Congo

Axes de discussion :

  1. La nécessité démocratique
  2. Géopolitique de la justice transitionnelle en Afrique centrale et de l’ouest

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 4 - République démocratique du Congo © Sébastien NADOT, Député - France

(See english version)

Présidence de la table ronde : Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Dr. Denis Mukwege, médecin, directeur de l'hôpital de Panzi, Prix Nobel de la Paix 2018.

Roger K. Koudé, titulaire de la Chaire UNESCO « Mémoire, Cultures et Interculturalité », professeur de droit international à l’Institut des droits de l'homme de Lyon (IDHL), Université Catholique de Lyon.

Pr. Luc Henkinbrant, ancien fonctionnaire à l’ONU, initiateur du rapport Mapping, spécialiste de la justice transitionnelle.

En complément de cette table ronde, nous vous proposons deux liens, l'un vers une version condensée du rapport Mapping et l'autre vers la version intégrale.

Table ronde Irlande du Nord

Axes de discussion :

  1. Un processus de paix mené par un bilatéralisme bien compris
  2. L’apport de la communauté internationale : USA, Afrique du Sud et Union européenne
  3. Capacité de résistance du processus de paix aux tensions générées par le Brexit

Dialoguer entre ennemis - Table ronde 5 - Irlande du Nord

(See english version)

Présidence de la table ronde : Paul Molac, député du Morbihan, membre de la Commission des Lois de l’Assemblée nationale, président du groupe d'amitié France-Irlande, puis pour la modération du débat Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Gerry Adams, leader historique et président honoraire du Sinn Féin, député honoraire de la Chambre des communes du Royaume-Uni et de l’Assemblée d’Irlande du Nord, ancien prisonnier politique, négociateur et signataire des accords de paix du Vendredi Saint en Irlande du Nord.

Harold Good, révérend nord-irlandais, président de l'Église méthodiste d'Irlande, a joué un rôle essentiel dans le processus de paix en Irlande du Nord et supervisé le désarmement de l’IRA et de l’ETA au Pays Basque, World Methodist Peace Award.

Monica McWilliams, universitaire, spécialiste de justice transitionnelle, co-fondatrice du Parti des femmes d’Irlande du Nord, négociatrice et signataire des accords de paix du Vendredi Saint, ancien membre de l'Assemblée d'Irlande du Nord, commissaire en chef de la Commission des droits de l'homme d'Irlande du Nord (2005-2011) et membre actuel de la Commission internationale d'établissement de rapports sur le démantèlement des groupes paramilitaires.

Jonathan Powell, diplomate britannique, chef de cabinet du Premier ministre Tony Blair, négociateur en chef de son gouvernement en Irlande du Nord de 1997 à 2007 et l’actuel président-directeur général d'Inter Mediate, une ONG du Royaume-Uni qui travaille à la résolution des conflits armés dans le monde.

Table ronde conclusive

Axes de discussion :

  1. Quels enseignements croisés tirer de ces expériences, avec leurs erreurs et leurs succès ?
  2. Quels sont les médiateurs indispensables, leurs appuis, leurs alliés et leurs adversaires ?
  3. Quels statuts et quelles protections doit-on garantir aux négociateurs ?

Dialoguer entre ennemis - Table ronde conclusive

(See english version)

Présidence de la table ronde : Sébastien Nadot, député de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale et Michel Wieviorka, sociologue, co-directeur de la revue Violence: an International Journal.

Intervenants par ordre de prise de parole :

Teresa Whitfield, directrice de la Division des politiques et de la médiation des Nations Unies (ONU) au Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix, elle a été chercheuse invitée au Centre de coopération internationale de l'université de New York, directrice du Forum sur la prévention des conflits et la paix du Social Science Research Council, conseillère principale du Centre pour le dialogue humanitaire (HD) basé à Genève, conseillère principale du président de l'International Crisis Group, et, entre autres, spécialiste des conflits basque et salvadorien.

Michael Keating, directeur exécutif de l'Institut européen de la paix (EIP, ONG associée à l'Union européenne et aux États européens en matière de prévention, médiation et résolution des conflits, basée à Bruxelles), ancien représentant spécial du secrétaire général (SRSG) et chef de la mission d'assistance des Nations unies en Somalie, ancien directeur associé à Chatham House, à Londres, il a travaillé comme conseiller auprès d’Intermediate et Search for Common Ground et a été directeur exécutif de l'Africa Progress Panel, il a également été affecté par l’ONU en tant que RSSG adjoint à Lilongwe, Jérusalem/Gaza, New York, Genève, Islamabad et Mogadiscio.

Jonathan Cohen, directeur exécutif de Conciliation Resources (Royaume-Uni), président du comité directeur du Bureau européen de liaison pour la consolidation de la paix (EPLO), ancien directeur adjoint de la Fondation pour les relations interethniques à La Haye, il a travaillé avec le Haut-Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales, il a enseigné les études sur la paix et les conflits à la London School of Economics.

Liv Tørres, directrice du programme Pathfinders pour des sociétés pacifiques, justes et inclusives au Centre de coopération internationale (CIC) de la New York University aux États-Unis, elle a occupé les fonctions de Directrice exécutive du Centre Nobel de la paix à Oslo en Norvège et auparavant a été Secrétaire générale de Norwegian People's Aid, une organisation humanitaire, de développement et de désarmement présente dans plus de 40 pays.

William Zartman, politologue, professeur émérite à la Paul H. Nitze School of Advanced International Studies (SAIS) de l'Université Johns-Hopkins, il a dirigé l'école de gestion des conflits et des programmes d'études africaines et continue d'enseigner les questions africaines, il est détenteur de la chaire Jacob Blaustein Organisations internationales et résolution des conflits.

Philippe Texier, magistrat, conseiller honoraire à la Cour de cassation, président du Tribunal permanent des peuples, membre de la Commission internationale des juristes et du Comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine, membre et président honoraire du Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies (ONU), directeur de la Division des Droits de l’Homme de l’ONUSAL pour les opérations de maintien de la paix au Salvador, ancien rapporteur spécial de la commission des droits de l’homme de l’ONU pour Haïti, engagé dans le processus de paix au Pays Basque, chevalier de la Légion d’honneur.

Monique Chemillier-Gendreau, professeure émérite de droit public et de sciences politiques à l'université Paris-Diderot, spécialiste du droit international, elle a une pratique importante auprès des juridictions internationales et plaide, notamment, devant la Cour internationale de justice de l'ONU à La Haye, prix de l’Union rationaliste.

Ce colloque international « Dialoguer entre ennemis - nécessités et obstacles à la résolution des conflits armés dans le monde », a été réalisé en partenariat avec « Sortir de la violence » le projet de l’Agence nationale de la recherche, la revue Violence: an International Journal et le réseau international La Bande Passante. C'est premiers Ateliers de la paix se sont déroulés à l'Assemblée nationale les mardi 25 et mercredi 26 mai 2021.

visuel-colloque-en

Access the English version

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.