Atenco
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 nov. 2012

Aurore Martin, que cherche le Parti Socialiste ?

Atenco
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne s'en souvient plus très bien:  l'arbitraire et la mémoire ne font pas bon ménage.

Entre 1983 et 1987, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, au pouvoir en Espagne, a créé et utilisé contre l'E.T.A. une organisation terroriste, baptisée "G.A.L. "(groupes antiterroristes de libération). Composés de policiers espagnols, d'anciens membres de la PIDE (police politique de la dictature portugaise) et de truands français, informés de façon non-officielle, mais régulière et efficace, par des fonctionnaires de l'intérieur aux ordres des gouvernements Pierre Mauroy et Laurent Fabius, les G.A.L. ont commis sur le territoire français une trentaine de meurtres, et divers attentats à la bombe, mitraillages et incendies criminels.  Il faudra attendre le gouvernement de cohabitation dirigé par Jacques Chirac, et la politique de collaboration ouverte entre Charles Pasqua et le ministère espagnol de la "Gobernación" pour que cessent ces activités. Si les tribunaux espagnols ont fait en partie la lumière sur les responsabilités des dirigeants du PSOE (et notamment celle du ministre José Barrionuevo, qui agissait directement sous les ordres de Felipe González), la trame officielle française est demeurée largement inconnue.

Pour quiconque s'est intéressé à la situation au Pays Basque, il est plus qu'évident que les actions des G.A.L., combinées avec la perpétuation des pratiques de torture dans les locaux de la police ibérique, une politique judiciaire très dure à l'égard des détenus indépendantistes, de leurs parents et sympathisants, ont lourdement contribué à renforcer au sein de l'E.T.A. les courants les plus déterminés à poursuivre coûte que coûte la stratégie de lutte armée.

A plusieurs reprises déjà, et par la suite, une recrudescence de ces pratiques et provocations avait mis un terme aux espoirs de trêves et possibilités de dialogues, nés d'aspirations convergentes dans la société basque comme dans le reste de l'Etat espagnol.

Il n'est pas dans le propos de ce billet de revenir de façon précise sur cette histoire douloureuse. Mais, au moment où les dirigeants historiques de l'E.T.A. ont annoncé et mis en oeuvre l'arrêt définitif de l'action armée, on est en droit de se demander ce que cherche le gouvernement français. L'extradition d'Aurore Martin, française et militante d'une organisation légale dans notre pays, Batasuna, relève d'un mélange de cynisme et d'aveuglement politique qui font froid dans le dos.

Il nous appartient de soutenir Aurore Martin. Et la meilleure façon de le faire, c'est aussi de réfléchir, débattre et intervenir concrètement sur quelques questions de fond : pour vivre et décider au pays, que ce soit en Euskal Herria, dans le bocage de Notre-Dame des Landes ou la vallée du Tescou dans le Tarn, qu'il s'agisse de nos conditions de vie, d'accueil et d'hospitalité à l'égard des "étrangers", de souveraineté alimentaire, de logement, de sécurité environnementale, etc., il est impératif et urgent que nous prenions nous-mêmes les choses en main.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal