Atenco
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2009

Juan Chávez : une voix indienne contre le désastre

Atenco
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juan Chávez Alonso est paysan dans la communauté de Nurío, dans le Michoacan, à l'ouest de la ville de Mexico. Il appartient à la nation P'urhépecha, dont la langue est l'une des soixante-deux encore parlées dans le Mexique d'aujourd'hui...

Porte-parole de sa communauté, membre du Congrès National Indigène, il a repris, aux côtés des zapatistes mayas et zoques de l'EZLN au Chiapas, des Yaquis du Sonora, des Zapotèques et des Mixes de l'Oaxaca, des Nahuas et des Amuzgos du Guerrero, des Mazahuas de l'Etat de Mexico, etc., la vieille marche de la résistance indigène contre l'oubli et l'extermination programmée des peuples premiers, contre le saccage de notre mère la Terre et des sociétés humaines qui ont su l'habiter, la connaître et la respecter pendant des dizaines de milliers d'années. En 2001, sa communauté a accueilli le 3ème Congrès national indigène, dans le cadre de la marche « Couleur de la Terre » entreprise par le mouvement zapatiste pour tenter de trouver une solution à l'application des Accords de San Andrés, signés 5 ans auparavant entre l'EZLN et le gouvernement fédéral, et jamais appliqués par ce dernier.

De sa parole digne et rebelle, sans concession sur l'actuel désastre politique, économique, environnemental et social, et sur la soumission qu'il a su engendrer, on peut retenir quelques éléments :

  • Il est impératif de respecter la diversité et les droits historiques des peuples premiers, notamment celui d' être libres et autonomes sur les territoires qu'ils habitent, et qu'ils ont su, bien mieux que les sociétés dites « avancées », respecter et conserver contre vents et marées (en Amérique Latine, 80% de la biodiversité préservée est concentrée dans les zones peuplées en majorité d'indigènes).

  • Il faut mettre un terme, le plus rapidement possible, à la folie furieuse déchaînée par le système capitaliste industriel, appelé aujourd'hui néo-libéralisme. Celui-ci est entré dans une spirale sans fin de guerres et de violences, pour s'approprier les ressources et faire tourner ses industries, en même temps qu'il accélère la destruction des sols, des eaux douces et des océans, l'empoisonnement des airs et l'élimination d'un nombre sans cesse croissant d'espèces animales et végétales, avec par-dessus le marché la prétention morbide de substituer aux lois du vivant les solutions high tech, commercialement rentables à court terme, produites par la techno-science.

  • Cette double démarche suppose à la fois une prise de conscience claire de la gravité de la situation, du rôle fondamentalement néfaste de l'Etat et des institutions internationales, et la décision d'un passage à l'acte massif et déterminé : il faut boycotter le mode de vie et de consommation capitaliste, et déserter son système de production mortifère. En même temps, il faut s'organiser, « en bas et à gauche », afin d' assurer la récupération des moyens de production (en premier lieu la terre) de la vie matérielle et sociale, et leur gestion collective, horizontale et démocratique, pour la satisfaction des besoins fondamentaux de toutes et tous.

Juan Chávez sera en France pendant un mois et demi, jusqu'au 15 octobre. Il vient rencontrer les individus, groupes et collectifs qui souhaiteront procéder à un échange d'analyses, de réflexions et d'expériences. Sur le monde actuel, sur le regard que nous lui portons, sur nos désirs et nos rêves, sur notre histoire et nos luttes, nos échecs comme nos espoirs. Sur les valeurs (que l'on peut appeler indigènes) de respect de la terre, d'autonomie et de dignité, sur les traditions de résistance et de solidarité, dont la mémoire imprègne encore nos campagnes et nos banlieues...

septembre 2008 - Jean-Pierre Petit-Gras

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN