En marge, les étudiant·e·s prennent la parole

Le gouvernement cherche à faire taire le mouvement étudiant par l’usage tristement habituel de la désinformation et de la répression. Pourtant, notre lutte continue, malgré le mépris et le mutisme qu’on nous oppose.

Au sommet de l’État et des universités, on nous dit que la situation est normale, sous contrôle. Rien de plus faux. En réalité, le mouvement étudiant, persévérant et décidé, fait mentir chaque jour ces vœux pieux. Le maintien coûte que coûte des examens, pour étouffer la mobilisation, et dans des conditions particulièrement mauvaises, voire illégales, nous pousse à agir collectivement. En Île-de-France, plus de 80 épreuves ont été annulées ou boycottées. Si nous prenions en compte la France entière, nous verrions clairement que ce mode d’action est loin d’être un épiphénomène. 

De la même façon, à propos des deux centres de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne évacués par les forces de l'ordre le vendredi 20 avril 2018, la préfecture de police affirme que l'opération menée sur le site PMF- Tolbiac, alors occupé depuis le 26 mars, s'est déroulée "dans le calme et sans aucun incident ». Version des faits très largement reprise par les médias et confirmée par le président de l'université, Georges Haddad, qui "salu[e] le professionnalisme des forces de l'ordre". Aucune suspicion quant à de quelconques violences ne perce malgré les témoignages des étudiant.e.s présent.e.s. Comme si 200 CRS suréquipés débarquant au petit matin était anodin. L’épisode s’est répété le lundi 30 avril à Paris 3, où les occupant.e.s ont ensuite été fiché.e.s par la police. Idem lors de l'évacuation du Mirail à Toulouse, le 9 mai ; un étudiant y a de plus été gravement blessé, alors qu’à la préfecture, on affirme éhontément qu’« il n’y a eu aucun incident, il n’y a pas de blessé.e ». Et la liste pourrait continuer... 

Le gouvernement cherche à faire taire le mouvement étudiant par l’usage tristement habituel de la désinformation et de la répression. Pourtant, notre lutte continue, malgré le mépris et le mutisme qu’on nous oppose.

La couverture et l'interprétation médiatique du mouvement vide la parole étudiante de son contenu politique et social, ne faisant état que des dégradations. Les médias conservent le monopole du commentaire. On dit que nous sommes une minorité "d'agitateurs professionnels", que nous sommes des fainéants qui bloquons nos facultés pour nous exempter de partiels. Que de tentatives pour neutraliser la dimension politique des mouvements sociaux qu'ils soient dans les gares, les hôpitaux, les lycées, les universités ou dans le bocage breton ! 

Notre combat porte sur l'état général du monde, et notamment sur l'état de la société française. Celle-ci ne se limite pas à la réforme de l’université: nous sommes solidaires des cheminots, fonctionnaires, ouvriers, écologistes et sans-papiers avec qui nous luttons côte à côte. 

La loi ORE et la réforme du secondaire (loi Vidal et Parcoursup) sont révélatrices de ce qu'Emmanuel Macron et son gouvernement veulent nous imposer : un système éducatif élitiste et ségrégationniste, et un savoir explicitement inféodé à la logique économique. Le processus reste le même depuis des années: renforcer les injustices qui existent déjà dans notre modèle scolaire et universitaire actuel. Loin de personnaliser l'accès à la connaissance, ces lois œuvrent à creuser le fossé entre les classes sociales, fondant l'accès à l'enseignement supérieur sur le capital économique, culturel et symbolique. Nous soutenons que l'entrée dans l'enseignement supérieur doit résulter d'un choix personnel et non d'une prescription inique.

L'idée de méritocratie dissimule sous un problème d’ordre moral le processus systémique de reproduction sociale (1). La loi actuelle ne fera que renforcer les injustices produites par la structure actuelle de notre société, et qui se traduisent par une inégalité face à la réussite scolaire. Orienter la production du savoir selon les besoins du marché du travail revient à déterminer et discriminer ceux qui la reçoivent : "Ce ne sont pas les vœux des candidats qui doivent guider les choix d’ouverture de places dans les filières de l'enseignement supérieur mais les débouchés professionnels réels qui s'offrent aux diplômés. » (2). L'économie de marché, devenue souveraine, transforme l’université, lieu de recherche, d'apprentissage et d'autonomie, en une instance de soumission à la logique économique de rentabilité. Nous soutenons que le savoir est un bien commun qui ne se marchande pas.

Justifiant comme « réalistes » ces réformes néo-libérales, auxquelles participe cette loi, le gouvernement considère comme naturel l’aboutissement capitaliste et libéral d’un devenir historique pluri-séculaire. Nous voyons dans cet appel au pragmatisme un usage sophistique du langage qui, aux questionnements sensés sur la multitude des potentialités historiques et politiques présentes, oppose une interprétation unilatérale et normative du monde. Que pouvons-nous faire contre  le "progrès" ? L'espace politique est verrouillé par ce réalisme, et celui qui cherche à critiquer cette prétendue nécessité de l’histoire, du marché, est taxé d’utopiste, détaché des enjeux pratiques et matériels du monde. Nous soutenons que le rôle et la fonction de la politique sont de créer les conditions de possibilités pour une participation à la fois individuelle et collective à un monde commun, et qu’elle doit ainsi se faire un devoir de corriger les différentes formes d’inégalités, et non de les accroître. Nous soutenons que les réformes actuelles entérinent un statut quo social ; qu'elles ne s'inscrivent pas dans une politique d’ouverture, mais provoquent bien plutôt un cloisonnement entre les populations. La loi Asile et Immigration suit, sur un autre plan, la même logique.

Cette tribune tente de formuler les problèmes posés par les réformes gouvernementales. Elle a vu le jour au sein de l'UFR de Philosophie de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Nous, auteur.e.s et signataires de ce texte, appelons donc tout.e étudiant.e, professeur.e, ainsi que tout.e individu.e voulant s'impliquer dans l'élaboration d'une politique qui ne perde pas de vue le bien commun, à s'engager dans la lutte pour permettre l’avènement d’un autre monde, d’une autre réalité, plus juste et plus égalitaire. Une refonte radicale du système politique, économique et social actuel est -selon nous- le seul moyen d’atteindre ce but, contre toutes les formes de pouvoir qui, plus conservatrices que progressistes, plus idéologues que réalistes, cherchent à faire prévaloir leurs intérêts propres. 

 

(1) P. Bourdieu et J.C Passeron, Les Héritiés et La Reproduction

(2) Amendement 37 à la loi ORE, dit amendement Grosperrin:  "Ce ne sont pas les vœux des candidats qui doivent guider les choix d'ouvertures de places dans les filières de l'enseignement supérieur mais les débouchés professionnels réels qui s'offrent aux diplômés. Toute augmentation du nombre de places dans une filière devra être justifiée par de bons taux de réussite et d'insertion professionnelle. A l'inverse, une formation dont les taux de réussite et d'insertion professionnelle sont faibles ou en diminution devra connaître une réduction de ses capacités d'accueil."

 

Co-signataires: 

Pierre F, M2 philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Isidé L., étudiante en M2 de philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Marie R, étudiante en M2 de philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Alizée H, étudiante en M2 de philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Martin H., étudiant en L3, Lettres modernes paris 3 - Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Marie B, Étudiante L3 philosophie - histoire, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 Julia D, M2 en Philosophie, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Erika B étudiante M1 Philosophie Paris 1 Panthéon - Sorbonne.

Victor D, étudiant en M1, Paris 1 Panthéon - Sorbonne. 

Arianna G.P, étudiante, Paris 1 Panthéon - Sorbonne. 

Basile M, Étudiant M1, Paris 1 Panthéon - Sorbonne. 

Quentin P, Etudiant (L3 philosophie), Paris 1 Panthéon - Sorbonne.

Savvas O, étudiant M1 Philosophie, Paris 1 Panthéon - Sorbonne. 

Léopold N, étudiant L3, Lettres modernes paris 3 - Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Mora T, étudiante L3, Lettres modernes paris 3 - Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Naomi B, étudiante, Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Alix V, étudiante (en Master 1 de philosophie), Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Charlotte G, étudiante, Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Maria M.T, étudiante, Double Licence Lettres Modernes (Paris 3 Sorbonne nouvelle) - Philosophie (Paris 1 Sorbonne-Panthéon).

Lucile B, M2 philosophie contemporaine, Philosophie Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Hamza H, étudiante en licence de philosophie, Université Paris 8.

Simon S étudiant en droit économique international (Sciences Po Paris) et droits de l'homme, université Paris 2.

Anissa B, étudiante en L2 philosophie parcours sociologie, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Mélissa F, Étudiante, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Marguerite E, étudiante, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Christopher S,  LE histoire science politique, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Romane P étudiante à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Charlotte P, étudiante en CPGE littéraire au lycée Fenelon.

Kérim B, étudiant L3 Socio-Anthropologie, UFR 10 Paris 1 Panthéon Sorbonne. 

Paul B, étudiant à l'Université de Nanterre.

Jean-Loric M, étudiant.

Octave B, étudiant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ophélie C, Rennes 2, étudiante-travailleuse au CED (cellule d'enseignement à distance).

Marius J, étudiant en L2 Philosophie/Sciences Politiques.

Ayse O  Université Paris1 Sorbonne Étudiante L2 philosophie parcours humanités.

Fabienne V D L Étudiante Université Paris I-Panthéon Sorbonne.

Emile H, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, étudiant.

L.Q Clotilde, Paris 1, étudiante Philosophie.

Camilla G. Université paris1 Panthéon sorbonne, master 2 philosophie 

Savvas O Université Paris 1 Étudiant M1 Philosophie

Clara A. Université Paris Nanterre M1 UFR SSA.

Fabien L étudiant M2 Histoire de la philosophie.

Cecilia C Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne étudiante

D.T Marie, Sorbonne Nouvelle/ENS Ulm, étudiante de lettres

Florian L, Université Rennes 2, étudiant

Richard D, étudiant P1 L3 Histoire

Anne A Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Léila C Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Mathilde C Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Margaux E Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Chloé K Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Claire M Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Lucas D Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Margot Q Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Raphaël J Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Elisa N Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Marguerite R Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Raphaël T Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Fanny B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Valentine D Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Fanny B Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Histoire des arts

Nedjma F Paris 1 Etudiante L3 Philosophie

Coline S Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Rudy M Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Perrine S Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Camille L Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Antoine P Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Mathilde C Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Histoire de l’art et archéo

Quentin M Paris 1 Etudiant L3 Archéologie

Fanny B Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Gaëlle K Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Chloé T Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Alban W Paris 1 Etudiant L3 Histoire

François-Pierre M Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Yanis M Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Geoffroy B Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Edgar L Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Antoine D F Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Simon R Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Jeanne B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Théo M Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Baptiste A Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Jeanne B-W Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Rose N Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Alice B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Yanis H Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Camille G Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Lucie M Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Marina H-M Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Zélie J Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Léo G Paris 1 Etudiant L3 Histoire – Sciences po

Chloé H Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Candice V Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Sahaira M Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Géraldine L Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Jaspal D O G Paris 1 Etudiante M1 Démographie

Philomène B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Emmanuel L Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Roxane M Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Asma B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Soraya MB Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Maya E Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Yanis B M Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Mathis N Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Barreiro Paris 1 Etudiant(e) L3 Histoire

Lucie B Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Anna B-L Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Camille R Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Tessa Ch Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Marine Ch Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Histoire de l’art

Chloé L Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Histoire de l’art

Chloé B Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Histoire de l’art et archéo

Suzanne V Paris 1 Etudiant L3 Histoire – Sciences po

Emilien W Paris 1 Etudiant L3 Histoire – Sciences po

Fanny B Paris 1 Etudiante L3 Histoire – Sciences po

Quentin V Paris 1 Etudiant L3 Histoire – Sciences po

Yann R Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Hugo R Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Dimitri U Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Ebenezer L Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Claire R Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Flora G Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Marie K Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Zeïneb I Paris 1 Etudiante L3 Histoire

Pierre B-Q Paris 1 Etudiant L3 Histoire

Ophélie L R/Paris 1/M2 Philo

Léa S Étudiante en L3 Philosophie et Littérature (Paris 1 Panthéon Sorbonne et Paris 3 Sorbonne nouvelle)

Malo V Paris 1 Étudiant

André S, prepa littéraire Lycée Jules Ferry, étudiante.

Sebastien R, Paris 1, étudiant

Lucile B M2 Philosophie contemporaine à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Ekim D Paris 1 étudiant

Collectif "La Kabane-Le Chalet »

Siham A  Université Paris-Sorbonne Paris IV Etudiante L3 LLCE Anglais

Alexandre T étudiant de philosophie à Paris 4

Victor M, UFR de Geographie, Paris 1, étudiant

Paul R doctorant, Université de Lille. 

Gianni F, Paris 1, étudiante. 

Daniel B, Paris 1, étudiant. 

Teodoro C, Paris 1, étudiant

Granies P Paris 1, étudiant

M. L.P , Paris 1, étudiant

L.H, étudiant, Paris 1

M. M, étudiante, Paris 1

Pietro C , étudiant, P1

Annissa B, étudiante, P1

Loïs D, étudiant, P1

Chloé B, étudiante, P1

Mathilde C, étudiante, P1

Juliette B, étudiante, P1

Alice C, étudiante, P1

Medhi B, étudiant P1

Jérémy R, étudiante, P1

Anne B, étudiante, P1

Arianna GP, étudiante, P1

Katialine D, étudiante, P1

Florian C, étudiant, P1

Thomas B, étudiant, P1

Julien C, étudiant, P1

Antoine A, étudiant, P1

Mathis M, étudiant, P1

Adama O, étudiant, P1 

Thomas R, étudiant, P1

Judith G, étudiante, P1

C K, étudiant, P1

J, étudiant, P1

G., étudiante, P1

D., étudiant, P1

Léonora L. , étudiante, P1

Perceval P, doctorant, P1

E. S, doctorant, P1

M Z. , étudiant, P1

Léa R, étudiante, P1

Juliette D, étudiante, P1

Adélaïde Q, étudiante, P1

Léonie B, étudiante, P1

Jennifer M, étudiante, P1

Marie D, étudiante, P1.

Hana G, étudiante, P1

Pauline P, étudiante, P1/P3

Nathan C, étudiant, P1

Gérard S-M, étudiant, P1

Benjamin D, étudant, P1

Arthur L.F, étudiant, P1

Aurélie V, étudiante, P1

Johan G, étudiante, P1

Manon G, étudiante, P1

Esther B, étudiante, P1

Mathilde H, étudiante, P1.  

 

 

Avec le soutien de:

Chantal Jaquet, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Professeur.

Céline Jouin, Université de Caen, Maître de conférence en philosophie.

Marie Garrau, maîtresse de conférence en philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Marc Pavlopoulos professeur agrégé secondaire et DP au CIPh

Jean-Luc Gautero, Université Nice Sophia Antipolis, Maitre de conférence. 

Luca Paltrinieri Maître des conférences en Philosophie, Université de Rennes 1

Aurélie Knüfer, Maîtresse de conférences en philosophie, Université Paul Valéry - Montpellier
Julien Vincent, Maître de conf., UFR09 Paris 1.

Ninon Grangé Enseignante-chercheuse en philosophie (Université Paris 8)

Ulysse Gadiou Doctorant-Moniteur, Université de Lille SHS

Morgane Bascaules Professeure de Philosophie Expérimentation freinet Lycée Lumière La Ciotat

Guillaume Mazeau MCF Histoire à Paris 1

Thomas Hippler Professeur des universités en histoire contemporaine Université de Caen

Jérôme VALLUY, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, professeur

Pascal Davoury , paris 4 , personnel administratif.

Ophélie Rillon, IEP Bordeaux, chercheuse CNRS.

Hélène Pignot MC anglais Université Paris .

Gaël Berthier, Doctorant en philosophie, Marne la Vallée

E. Lendjel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Enseignant-chercheur

Déborah Cohen Maîtresse de conférences en histoire moderne. Université de Rouen-Normandie (laboratoire GRHis)

Eva Debray, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, enseignante vacataire

Marília Etienne Arreguy Post-doctorante à l'Université Paris 8 - Saint-Denis Professora do Programa de Mestrado e Doutorado em Educação - Universidade Federal Fluminense -Chercheuse-invitée à l'École Doctorale Recherches en Psychanalyse - Université Paris Diderot

Nathalie Cau, doctorante-chargée de cours-BIATSS, Université Paris Nanterre.

Christophe Baticle socio-anthropologue UPJV, Amiens.

Beaudet, Jean-Michel Enseignant - chercheur Université Paris Nanterre

Marie-Laure Binzoni professeur de philosophie lycée Jean Lurçat Martigues, Bouches-du-Rhône.

Marie Cottrell, PR mathématique, P1.

Emmanuel Dockès, professeur de droit, Université Paris Nanterre.

Christian Lazzeri Prof. Philosophie Paris Nanterre.

Pascale Gillot  Maître de conférences en philosophie à l'Université de Tours.

Laurence Conty, Université Paris Nanterre, Professeure.

Pierre de Jauvancourt, P1, doctorant philosophie.

Julien LEERS, BIATSS, Gestionnaire de scolarité à l'UFR 04 des Arts plastiques, Université Paris 1.

Christophe MILESCHI, université Paris Nanterre, Professeur, études italiennes.

Silvia CAPANEMA, UNIVERSITE Paris 13, Maitresse de conférences en langue portugaise et civilisation.

Aurélia Michel, MCF Histoire, Université Paris Diderot.

FROUILLOU, Paris Nanterre, MCF sociologie.

Théophile Lavault, doctorant en philosophie et enseignant vacataire à l'Université Paris 1.

Vincent Legeay Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche (ATER) à l'université Paris 1 - Panthéon Sorbonne.Doctorant au CHSPM (EA 1451), agrégé de philosophie, ancien élève de l'ENS Ulm, Paris.

Bastien RUEFF doctorant en archéologie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Clément Lescloupé Doctorant et enseignant en science politique.

Annabelle Allouch, MCF de Sociologie à l’UPJV.

Alexis Blanchet, Maître de conférences (71e section du CNU), Directeur du master Cinéma et Audiovisuel Département Cinéma et Audiovisuel Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel (Ircav) Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

Stéphane Douailler, professeur émérite de philosophie à l'Université Paris 8.

TAILLADES Matthieu, ENS, fonctionnaire-stagiaire, agrégé de philosophie.

Emmanuelle Posse professeur de philosophie lycée Germaine Tillion Le Bourget.

Jean-Amos Lecat, docteur en philosophie. 

Marie Le Guern-Herry Paris Nanterre Doctorante contractuelle.

Cécile Bourgade, doctorante en esthétique, UFR 04, Université Paris I.

Etienne Balibar, Professeur de Philosophie politique et morale à l'Université de Paris-X Nanterre.

Le Collège International de Philosophie. 

Marie Chenet, Maître de Conférences en Géographie à Paris 1

Pierre Dardot philosophe, laboratoire Sophiapol Université Paris Nanterre.

Maël Pégny Docteur en philosophie Ancien enseignant vacataire à Paris 1

Sophie Guérard de Latour MCF en philosophie politique UFR de philosophie Directrice-adjointe des Editions de la Sorbonne Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne.

Alain Poussard, professeur CPGE, Jules Ferry, Paris.

Christian Laval, Université Paris Nanterre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.