Atila Özer
Écrivain, philosophe
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2013

«Mariage pour tous» et «Manif pour tous», progénitures d’un même Surmoi

Le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe vient d’être définitivement adopté par le Parlement. Aux yeux de ses partisans, c’est une victoire, et le débat est clos ; à ceux des opposants, c’est une bataille qui vient d’être perdue, mais la guerre, elle, ne fait que commencer.

Atila Özer
Écrivain, philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe vient d’être définitivement adopté par le Parlement. Aux yeux de ses partisans, c’est une victoire, et le débat est clos ; à ceux des opposants, c’est une bataille qui vient d’être perdue, mais la guerre, elle, ne fait que commencer. En ces temps agités, il serait imprudent de prédire à qui l’avenir donnera raison, même si, probablement, Frigide Barjot et Christine Boutin, toutes révoltées qu’elle soient, déserteront bientôt la rue. Mais la signification politique des mois d’affrontement auxquels nous venons d’assister, ne l’avons-nous pas déjà sous les yeux ? Ou plutôt dans les oreilles ?

Qu’avons-nous entendu, au juste ? L’espérance d’une minorité revendiquant ses droits ? Bien sûr. La colère de la France conservatrice, freinant des quatre fers pour que le mariage demeure l’institution hétérosexuelle et patriarcale que l’Église puis la République voulurent jadis qu’il fût ? Aussi. Les vociférations haineuses des groupuscules d’extrême-droite, qui, pendant quelques semaines, se sont cru revenus en février 34 ? Oui, hélas. FN et UMP entamant des tractations, préparant les esprits à de futures alliances locales, voire nationales ? C’est bien possible.

Mais ne nous éloignons pas trop du texte. Ce que nous avons entendu le plus, au cours de ces mois, ce sont les deux grands mots d’ordre : « mariage pour tous » et « manif pour tous ».

Remarquables, ces mots d’ordre.

D’abord, parce qu’ils sont les indices d’une bataille à front renversé. Côté « gauche » ou « progrès », on s’est battu pour le mariage. Pour une version modernisée du mariage, sans doute, mais pour le mariage quand même. Autrement dit, pour la perpétuation d’une tradition que l’on jugeait autrefois obsolète, que l’on délaissait pour telle ou telle forme d’« amour libre ». Ainsi, la « révolution sexuelle » s’achève par l’exaltation de la normalité. Côté « droite », on se veut contestataire, on joue le peuple contre le pouvoir, on assiège le Parlement, on brandit la menace d’une « guerre civile »… Le « parti de l’ordre » en pleine crise d’adolescence, ou s’appropriant la rhétorique mao-spontex…

Le plus significatif, toutefois, ne réside pas dans les intentions, ni même dans ces paradoxes, tellement représentatifs du devenir de la politique à l’ère postmoderne. Il gît à même les expressions. À même leur symétrie, leur homologie. À même ce « pour tous », qui censément les oppose, mais au fond exprime une logique morale devenue transversale.

Car ce « pour tous » partagé en dit plus long que l’approbation ou le rejet d’une formule de mariage mieux adaptée aux réalités relationnelles et mentales de notre époque. Il traduit le fait que l’universel constitue le cadre en dehors duquel aucun discours politique ne peut désormais se déployer. La minorité LGBT a réclamé pour elle-même la déconnexion du mariage et de l’hétérosexualité. Aurait-elle pu obtenir gain de cause en exigeant autre chose que l’égalité des droits ? Et une rhétorique de déni du droit des homosexuels aurait-elle permis aux opposants à la réforme de mobiliser autant de monde ? Frigide Barjot ne prétend pas combattre la minorité LGBT – bien qu’en pratique elle ne fasse rien d’autre –, mais défendre la « généalogie pour tous » – quoique cela n’ait aucun sens. Il ne s’agit pas de minimiser les clivages ou de passer sous silence le fait que les discours et les actions du mouvement « La Manif Pour Tous » se sont soldés par une flambée de violence homophobe, mais de souligner un phénomène que les commentateurs ont négligé, alors qu’il importe davantage que l’agitation qui a précédé le vote du projet de loi : d’un bout à l’autre du spectre politique, la valeur égalité surplombe toutes les autres, agissant comme une espèce de Surmoi collectif. Normal en démocratie, me direz-vous. Oui, mais le temps n’est pas si loin où les droites – républicaine comme extrême – assumaient sans complexe le jargon de l’exclusion. Désormais, les instincts discriminatoires, puissamment refoulés par ce Surmoi égalitaire, doivent prendre la forme du souci d’autrui pour espérer obtenir droit de cité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement