Pourquoi je n’irai pas marcher le 19 mars ?

Déjà en introduction, je tiens à préciser que le texte sera court car j’ai la flemme d’écrire longuement pour qu’ensuite, déjà qu’ils seront les seuls à le lire, les blancs ou les miens blanchis critiqueront le mot à gauche ou à droite qui serait mal orthographié ou calé dans le mauvais paragraphe.

Ensuite, pourquoi je n’irai pas marcher? 

  • Je ne marche pas pour les blancs : Cette marche est organisée pour les blancs, pour réconforter les alliés blancs, les grands blancs. Elle n’est pas organisée en direction des habitants de quartiers populaires/ quartiers de noirs et d’arabes/ quartiers sous administration coloniale. Je trouve insultant de parler au nom des quartiers populaires (qui n’ont et n’auront jamais de représentants) et d’organiser une marche Zerma pour eux, alors qu’en réalité la visée politique n’est pas les quartiers, mais gratter des restes de gâteaux chez le blanc gauchiste.
  • Je ne marche pas à coté de personnes qui ne se sont jamais préoccupées des violences policières mais qui, pour exister dans le game militant, gratter des voix à l’approche des élections, se positionner en tant qu’alliés, se sont positionnées comme militants contre les violences policières, alors qu’ils ne connaissent rien d’autre que les articles de presse de Mediapart ou les videos de manifestations parisiennes. 
  • Je ne marche pas, alors que la question centrale supposée est celle des violences policières, mais que ce sera avec des personnes qui diront qu’on déteste tous la police, qu’on est tous des victimes potentielles de violences policières, qu’on est tous potentiellement victimes de la police alors qu’ils sont blancs et/ou habitent paris Intra-muros. 
  • Je ne marche pas avec des personnes qui aiment tellement des quartiers populaires qu’ils feront tout pour que leur enfant ne fréquente jamais les noirs et arabes de ces quartiers, et qui feront tout pour blanchir au maximum leur enfant pour ne pas qu’il ressemble aux autres. 
  • Je ne marche pas à coté de / pour exister aux yeux de négrophobes - négrophiles - Mélanchon - (*texte manquant*) 

Et puis, l’argument final, le plus important, c’est parce que tout simplement j’ai la flemme. Organiser une marche, dans Paris, entre nation et république, pour faire quoi ? Exister politiquement auprès des blancs ? Vendre des livres? Aller sur des plateaux télés ? Si mes frères et soeurs n’existent à vos yeux que pour percer et manger dans la main du blanc, pourquoi devrais-je perdre des heures de ma vie à marcher auprès de personnes malfaisantes (le mot initial malaisantes mais mon correcteur n’aime pas) plutôt qu’à profiter des miettes avec / comme mes frères et soeurs? 

Il est important de questionner son rapport au blanc, car si tu veux toujours lui être inférieur, dépendre de lui pour toutes tes actions, c’est ton problème mais ne parle pas en mon nom et au nom des miens. 

Militons nous pour manger le gâteaux avec tous nos frères et sœurs ou militons nous pour gratter un grosse part du gâteau du maître ?

 Abdoulaye Traore, taille 44, celibataire

Edit : j'ai rajouté mon nom, mon statut marital et même ma taille de pieds, comme ca ira mieux. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.