audrey ventura
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2015

UN DISNEY POUR ADULTE QUI SE PREND EN PLUS AU SERIEUX par Audrey Ventura

audrey ventura
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

UN DISNEY POUR ADULTE QUI SE PREND EN PLUS AU SERIEUX

On nous avait promis de la baise et de la subversion. On devait soit-disant couper court avec le romantisme dégoulinant des films à l’eau de rose et être embarqué dans une passion sulfureuse et destructrice… C’est en tous cas ce que l’on a pu lire avant la sortie en salle de Cinquante Nuance de Grey. Un beau teasing.

Ce film de Sam Taylor-Johnson, dont les gardiens de la pudeur se sont demandé s’il fallait l’interdire aux moins de 18 ou de 16 ans, n’est en réalité qu’une romance de midinette concoctée pour les plus jeunes ou les plus chastes d’entre nous. C’est une espèce de bleuette où Monsieur Grey est au sadomasochisme ce qu’Edward Cullen (Twilight) est au mythe du vampire : une vaste blague. 

Bon, il faut quand même avouer que réaliser un bon film à partir d’un mauvais livre n’est pas chose aisée. Toutefois, si le best-seller, en restant de la littérature de bas étage, a le mérite de parvenir à actionner facilement la mécanique sexuelle du corps, malheureusement le film lui, a bien du mal à nous émoustiller. Sa réalisatrice a en effet un sens de la mise en scène sexuelle emprunté à Walt Disney. Ses acteurs mal dirigés, semblent souvent gênés ou absents. Du coup évidemment, l’alchimie censée exister entre Christian et Anastasia ne prend pas. Mais alors pas du tout. Tout n’est que pénombre et suggestion car quand même, il ne faudrait pas dépasser les limites de la bienséance. Le tout est pollué par une tonne de clichés insupportables repris du roman : La vierge de 21 ans incapable de mettre un pied devant l’autre sans trébucher, qui attend sagement son prince charmant, un prince qui est riche et beau et grand et intelligent et qui sait piloter un avion, et un hélico, et jouer du piano à queue - ce sera d’ailleurs la seule du film. Les personnages sont dépourvus de profondeur et les dialogues tombent dans le grotesque. Tant et si bien que l’on ne peut s’empêcher de pouffer et d’être consterné quand Christian promet une fessée à Anastasia. On n’y croit pas. La Bête de Walt Disney est plus convaincante. 

De fait, on se retrouve devant un film d’amour des plus conventionnels. Grey (Jamie Dornan) n’est ni mystérieux, ni pervers, ni attirant. C’est un demi-dur monoexpressif avec ses fêlures et son regard de braise, et ça tourne vite au ridicule. Anastasia (Dakota Johnson) est drôle certes, mais elle n’a absolument aucune dimension sexuelle, ou plutôt la réalisatrice ne parvient pas à lui en donner une. On s’ennuie à mourir du début à la fin. Ce film est en fait une torture en règle infligée au spectateur, ce sera le seul sadomasochisme de Cinquante Nuances de Grey. Le reste n’est que piano langoureux, danses sur fond de Sinatra, promenades en forêt, repas romantiques et scènes d’amour « réac ». La réalisatrice ne nous apprend rien sur la pratique du sadomasochisme, qu’elle aurait pu démystifier. L’autoroute ouverte par un roman très moyen aurait pu donner des idées aventurières à un réalisateur ambitieux. Or, Sam Taylor-Johnson ne se risque même pas à enrichir le propos de la découverte de la sexualité d’une jeune femme par un quelconque parti pris. Ce n’est qu’un pâle copié-collé d’un roman écrit au lance-pierre. Franchement, Sam Taylor-Johnson, vous auriez mieux fait de vous abstenir.

2/20 (pour la réussite du teasing). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin