Aurélie Journée-Duez
Docteure en anthropologie, EHESS (LAS) / Présidente du Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan)
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2021

« Si c'est dans l'intérêt de la France... ». Le RN renoue avec de sombres pages.

Aurélie Journée-Duez
Docteure en anthropologie, EHESS (LAS) / Présidente du Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

13 février 2021. Le député européen Thierry Mariani (RN) est à l'antenne sur France Inter. La géopolitique s'invite au débat. Monsieur Mariani n'a pas voté la résolution d'urgence sur la situation des Ouïghours adopté par le Parlement européen le 17 décembre 2020. Motif avancé : ce texte est une mascarade alors que quelques jours plus tard, l'Union Européenne et la Chine concluaient un accord de principe sur « la protection réciproque des investissements », le 30 décembre 2020. Or, même si les informations en provenance du Xinjiang sont rares, celles qui parviennent finalement à filtrer sont effroyables : stérilisations forcées, viols, déportations, emprisonnements... Comme le signalait le journaliste Maxime Tellier sur France Culture, le 26 juillet 2020. La sociologue Dilnur Reyhan, ouïghour, intervient aussi régulièrement dans la presse et les médias pour dénoncer la terrible situation à laquelle son peuple est confronté. Elle n'hésite pas à qualifier de « génocide » la politique de terreur et de répression que conduit le gouvernement chinois à l'encontre de son peuple, turcophone à majorité musulmane. Près de 3 millions de Ouïghours seraient actuellement enfermés dans des camps de « redressement », des camps de concentration qui ne disent pas leur nom.

Alors bien sûr, la position du RN à travers les mots du député Mariani n'étonne pas. Une nouvelle fois, celle-ci traduit l'islamophobie historique du parti, dont le fonds de commerce demeure bien et toujours la peur, la haine, le rejet de celui ou celle qui n'est ni blanc.he ni d'origine judéo-chrétienne. Mais là où les propos du député apparaissent d'autant plus choquants, c'est qu'ils renouent avec l'une des pages les plus sombres de l'Histoire française : la Collaboration pourvu que l'Etat français sauve ses fesses. En effet, avec l'expression « Si c'est dans l'intérêt de la France... » une fenêtre s'ouvre vers l'acceptation de l'inacceptable. Pire encore, avec cette expression, ce n'est pas tant l'acceptation qui transparaît, que le concours. Car oui, si l'on ferme les yeux sur un génocide, si on le tolère en raison de ses intérêts personnels ou égoïstes (« ceux de la France »), alors cela revient à être partenaire d'actes barbares contre lesquels l'opposition ne s'exprime pas pour des motifs qui font le lit de toute bonne guerre : des intérêts politiques, économiques et stratégiques. Très vite, l'on bascule alors dans l'inhumanité. Monsieur Mariani le dit bien « La France n'est pas une ONG ».

Avec ces quelques mots, l'euro-député donne un nouvel aperçu de ce que seraient les relations internationales de la France si le RN arrivait au pouvoir en 2022. En fermant les yeux sur l'intolérable, en cautionnant l'inacceptable, en participant de la destruction de l'autre pour ce qu'il est, le RN ferait du musulman d'aujourd'hui le juif d'hier.

Une fois encore, les mots exprimés ce jour traduisent la phobie au sens premier du terme que le Front / Rassemblement National a de l'Islam et des musulmans. Frayeur, crainte et répulsion sont précisément les sentiments qui ont conduit le régime nazi et ses partisans à tuer près de 6 millions de Juifs durant la Shoah. Ce sont également ces mêmes sentiments qui ont conduit certains Français à dénoncer les Juifs pendant la Rafle du Vel d'Hiv et a envoyé des familles entières dans les camps de la mort. N'oublions pas également, que c'est bien le régime de Vichy, sur décision de Pierre Laval, qui a proposé de livrer les enfants aux tortionnaires nazis pour ne pas en faire des « orphelins » inutiles et gênants. Pétain, lui aussi, a fermé les yeux sur l'intolérable, a cautionné l'inacceptable, « dans l'intérêt de la France ».

A travers le refus de donner du crédit à la résolution du Parlement européen sur la situation des Ouïghours, le député Mariani n'a ainsi pas seulement réaffirmé l'infamie des thèses défendues par son parti. En explicitant les raisons de son choix, en légitimant l'existence de régimes autoritaires face aux régimes démocratiques, en cautionnant l'existence des premiers au détriment des seconds, l'euro-député a affirmé ce que chacune des interventions du RN laissent apparaître en filigrane : le parti n'aurait aucun scrupule à marcher main dans la main avec la barbarie à conditions que celle-ci soit dans l'intérêt de la France. Dans une démarche de conservation et de pérennisation d'une prétendue « civilisation », le RN, s'il était au pouvoir en 2022, participerait de l'inhumanité du monde à mesure que celle-ci participe au progrès économique, social et culturel de la France. Même si derrière cette notion de progrès se cache parfois celle de génocide.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre