"Balance ton porc (libéré et déconfiné)" ou Monsieur Balkany à la Fête de la Musique

La télévision française est un ensemble de chaînes dont publiques qui se doivent, en théorie, de refléter le temps dans lequel elles évoluent et le public grâce auquel elles perdurent... Inviter et recevoir Monsieur Balkany sur CNEWS pourrait se défendre dans ce pays où la présomption d'innocence fait loi... Sauf que ce monsieur en question a bel et bien été condamné.

En outre, que penser de l'invitation et de la réception faite à grands renforts d'éloges et de mea culpa d'un maire condamné pour fraude(s) fiscale(s) mettant, tout bonnement et simplement, la main aux fesses à une jeune femme, constatation vérifiable en vidéo. On accuse, car on aime accuser, les Weinstein, les "#porcs" et autres specimens coupables d'agressions sexuelles, de viols et de féminicides.

Mais quid de cette situation ? Encore une fois, le cas des agressions faites aux femmes passe à la trappe, par delà les audiences qu'espèrent faire des médias "grand public" dont le seul et vrai public demeurent les chaînes par lesquelles ceux-ci sont portés. C'est une insulte faite à l'intelligence des femmes, qui soit dit en passant, sont aussi et avant tout celles qui portent la vie et sans lesquelles ces "messieurs" ne sauraient exister. Ces émissions sont une insulte à l'existence et la capacité du peuple à réfléchir par lui-même, à prendre la mesure de la négation qui lui est faite de sa propre faculté à penser.

Balkany célèbre la Fête de la Musique, avec des mains aux fesses... Balkany célèbre la Fête de la Musique, avec des mains aux fesses...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.