Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française

Une société qui ne reconnaît plus la valeur suprême et intrinsèque de la vie humaine est une société malade. Alors qu'en est-il de la France du gouvernement de M. Macron, prête à rester les bras croisés tandis que des milliers d'humains se meurent dans les eaux de la Méditerranée ? Cette lettre, au delà de la présidence, s'adresse à tous. En espérant qu'elle saura toucher et convaincre certains...

Jeudi 18 octobre 2018, Ile d'Iona, Écosse

          Monsieur le Président de la République française,

    Je me permets par la présente de vous soumettre un problème qui me tourmente depuis maintenant bien des mois. Citoyenne française résidant actuellement en Écosse, je m'efforce de représenter mon pays avec dignité et ouverture, dans le respect des valeurs qui sont si chères à notre République. Mais comment continuer ce travail quotidien et ne pas tomber dans la confusion la plus totale alors que mon propre pays n'est pas capable de les appliquer en son sein ?

     Parfois les gens ici me demandent « What do you think is the problem with France ? » - « Quel est, d'après toi, le problème de la France ? » - à cela je réponds maintenant sans hésiter : « Le problème de la France, c'est qu'elle n'a jamais été à la hauteur de ses idéaux. ». Certes, nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Mais puisque nous prétendons être un exemple à suivre en terme de démocratie, de droits humains et d'ouverture, il faudrait au moins essayer de respecter notre devise nationale !

    La France, pays des Lumières, des droits de l'homme, la France humaniste, ouverte, curieuse, généreuse, empathique, accueillante, courageuse. La France dont la devise – Liberté, Égalité, Fraternité – est sans aucun doute l'une des plus belles qui soient ! Cette France que j'adorerais pouvoir aimer, a-t-elle jamais existé ? N'est-ce qu'un autre de ces mythes nationaux qui s'effondrent dès qu'on les confronte à la réalité ?

     Alors même que j'écris ces lignes, en Méditerranée se déroule un drame humain des plus terribles. Une tragédie telle que le monde n'en a pas vu depuis les grands génocides du siècle dernier. Des milliers de personnes, fuyant guerre, famine, oppression & misère sociale, meurent aux portes de l'Europe, aux portes de la France. Au terme d'un périple qui ferait passer l'Odyssée homérique pour une croisière all-included, ils se retrouvent entassés sur des embarcations de fortune par des passeurs sans état-d'âme ni scrupules. Tout cela pour finir naufragés et mourir noyés dans les eaux de la belle bleue. L'espoir d'une vie meilleure, le rêve d'une nouvelle chance, d'un avenir en Europe, en France voilà ce qui a pu les pousser vers la mer. Puis les rouages cruels du trafic humain et l'indifférence des pays européens les ont conduits au désastre. Et alors que l'Europe tant rêvée n'a jamais été si proche, la mer saisit à jamais hommes, femmes, enfants et espoir. Ne vous y trompez pas Monsieur le président, ce sont des victimes dont il est question, non des criminels.

     Il ne s'agit pas d'une horde de terroristes, extrémistes venus débuter le soit-disant ''grand-remplacement'' dont Monsieur Zemmour, Madame Le Pen et autres mauvais apôtres nous rabattent les oreilles à longueur de JT ! Je ne peux pas envisager que vous puissiez croire en ces absurdités, sottises alimentées par la peur, l'ignorance et la xénophobie ! Combien de fois faudra-t-il le répéter, des parents ne confieraient pas la vie de leurs enfants à ces coquilles maudites si derrière eux, ce n'était pas pire. Et maintenant, le dernier navire à porter secours à ces personnes, l'Aquarius, se trouve grandement menacé : il doit faire face au retrait de son pavillon, à l'absence de port d'accueil, au rejet systématique de l'Union Européenne - alors même que son équipage est majoritairement composé de nos concitoyens – et au harcèlement par les groupes d’extrême droite comme Génération Identitaire. Dans les médias, il est régulièrement insulté, calomnié, souvent par des élus de la République française (comme Monsieur Ciotti ou Monsieur Larrivé), traité de « bateau pirate », accusé sans fondement de servir les réseaux de passeurs et de faire « double-jeu »...Comme s'il s'agissait d'un jeu !

     Les hommes et les femmes servant sur l'Aquarius sont sans aucun doute les plus dignes des Européens, les derniers braves. Nous, la France, les Français, devrions être fiers d'eux, nous inspirer de leur courage, de leur abnégation et de leur humanisme qui ne connaît pas de frontière ! Ils méritent toute l'aide qu'on puisse leur apporter !

     Monsieur le Président, combien de fois l’État français a-t-il soutenu des gens, des organisations qui ne le méritaient pas ?! Pour une fois, une seule fois, vous avez la chance, le pouvoir de vous hisser à la hauteur des idéaux qui fondent notre nation ! De grâce, ne laisser pas la peur, l'égoïsme et l'ignorance l'emporter ! Lorsque son troupeau s'égare, le rôle du berger est de le remettre sur le droit chemin, non de le pousser un peu plus vers le gouffre de la bêtise et du crime. Car c'est un crime dont il est question, celui de non-assistance à personne en danger de mort. Nous devons refuser de le commettre. Au delà même des êtres humains dont la vie est menacée, il en va de notre propre survie ! Car une société qui ne reconnaît plus la valeur suprême et intrinsèque de la vie humaine est une société malade. Nous ne pouvons pas fonder une organisation sociale saine et pérenne sur le désintérêt pour autrui. Cela ne marche tout simplement pas.

     Alors, je vous en prie, sortez de la mécanique répugnante du jeu politique, venez au combat, au vrai combat, le seul qui compte, celui de la vie contre la mort. Qu'importe la couleur de peau, le genre, l'âge, le lieu de naissance, la langue, la culture d'un être humain. Sa mort, noyé dans la Méditerranée, c'est la dépravation, l'appauvrissement de toute l'humanité. Elle perd à chaque fois quelques rêves, quelques forces vitales, un peu de son intelligence, de sa richesse et de son potentiel. Et il y en a tant déjà, des visages morts dans la mer. Tous ces visages qui pourrissent dans les eaux mêmes où, insouciants, inconscients, des milliers d'entre nous s'en vont barboter gaiement chaque été.

     Je me souviens des jours passés à l'école de la République à écouter les récits des heures les plus sombres de notre histoire. Naïvement, moi et mes camarades nous consolions : « au moins, ça n'arrivera plus, on ne laissera plus de telles horreurs se reproduire ». Mais aujourd'hui l'horreur est de retour et une fois encore, la France détourne le regard. Ne rien faire, Monsieur le Président, c'est déjà faire un choix. C'est choisir de laisser l'horreur l'emporter ! C'est condamner ces gens, ces êtres humains, à une mort lente et torturée. Au nom de quel principe ? Au nom de quel idéal ? Peur, Ignorance, Égoïsme, peut être ces trois mots devraient trôner aux frontons de nos mairies, au moins ils ont le mérite d'être représentatifs de notre mentalité nationale. Mais puisque de nos jours tout doit être court et incisif, on pourrait également condenser tout cela en un seul concept : la couardise.

    Aujourd'hui Monsieur le Président, j'ai honte d'être Française. Aujourd'hui quand je m'endors, des visages noyés viennent troubler mon sommeil. Aujourd'hui, je vais sans doute devoir renoncer à mes rêves afin de compenser, au moins à mon échelle, la médiocrité de la nation dont je fais partie. Alors je vous en prie, laissez derrière vous vos intérêts personnels, votre carrière, vos ambitions. La seule ambition qui mérite d'être la vôtre à l'heure qu'il est, c'est l'engagement : contre l'obscurantisme et le replie sur soi, contre l'ignorance et la peur, pour l'humanité et la vie, pour tout ce qui fait de nous des êtres humains, pour ces valeurs qui font la fierté de notre pays ! Soyez courageux, Monsieur le Président, je vous en prie. Si votre rôle est bel et bien de défendre les Français, alors protégez notre conscience, ne laissez pas une nouvelle tragédie humaine s'ajouter à la trop longue liste de nos échecs. Accordez le pavillon français et un port d'attache à l'Aquarius, plaidez en sa faveur, soutenez ces nouveaux justes parmi les nations. Devenez vous même un de ces héros modernes, dignes de nos plus prestigieux ancêtres. Restaurez l'honneur de notre pays. Pour qu'une fois dans notre vie nous puissions êtres Français sans être Coupables.

     Je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations respectueuses.

Aurélie Schoenheitz-Rousseau

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.