Aurenc Bebja
http://www.darsiani.com/la-gazette/
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2015

Le peuple albanais: entre nationalisme politique et patriotisme populaire

Définir "territorialement" le peuple albanais n'est pas simple. Par exemple, l'utilisation du mot "Pays" définit les Albanais d'Albanie. En revanche, l'utilisation du mot "Nation" ne définit pas seulement les Albanais d'Albanie, mais aussi ceux du Kosovo, de la Macédoine, de la Serbie, du Monténégro, et de la Grèce.

Aurenc Bebja
http://www.darsiani.com/la-gazette/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Définir "territorialement" le peuple albanais n'est pas simple. Par exemple, l'utilisation du mot "Pays" définit les Albanais d'Albanie. En revanche, l'utilisation du mot "Nation" ne définit pas seulement les Albanais d'Albanie, mais aussi ceux du Kosovo, de la Macédoine, de la Serbie, du Monténégro, et de la Grèce.

Il est courant encore aujourd'hui d'employer des mots tels que "Pays-Nation". Cela s'explique en raison de l'exclusion [1] des deux tiers des territoires albanais en 1913 par les Grandes Puissances [2] au profit des pays voisins [3]. Ce "partage" territorial irréfléchi pourrait être qualifié comme la plus grande erreur géopolitique ou "bêtise humaine" commise dans les Balkans, ayant démontré par le passé et le présent que cela reste une zone géographique instable et source génératrice de conflits.

En dépit des diverses tensions et guerres, les Albanais vivant en dehors des frontières de l'Albanie ont tout de même réussi à préserver leur identité (langues et traditions) et sont toujours reconnus en tant que tels. Preuve en est dans le langage médiatique international. Par exemple, il se dit souvent les Albanais du Kosovo, les Albanais de Macédoine, ou les Albanais du Monténégro.

Cette identité du peuple albanais met en évidence deux sujets sensibles: le nationalisme et le patriotisme. Une grande différence existe entre les deux. C'est un grand homme politique français en la personne de Charles De Gaulle [4] qui l'a dit: "Le patriotisme, c'est aimer son pays. Le nationalisme, c'est détester celui des autres."

Etant originaire d'Albanie et en m'appuyant sur la définition du patriotisme du Général De Gaulle, le peuple albanais reste très attaché aux racines, aux origines, aux territoires. Si nous faisons "un retour vers le passé", nous constaterons que, et cela malgré l'image négative exposée de temps à autre dans les médias occidentaux, les Albanais sont un peuple orgueilleux mais pacifiste. C'est un peuple qui n'a jamais fait la guerre aux pays voisins en envahissant leurs territoires.

Inversement, il n'a pas manqué d'être envahi, se trouvant à plusieurs reprises dans l'obligation de céder des territoires. Des génocides envers les Albanais du Kosovo et ceux de Grèce (Camëria) ont été commis et jusqu'à présent, me semble-t-il, personne n'a présenté d'excuses publiques. 

Le nombre important de facteurs énumérés ci-dessus pourrait influencer le patriotisme à se transformer en nationalisme. C'est à partir de là que les politiciens entrent en scène tels de "grands comédiens" en dévoilant toute leur "amour" à la patrie.

Le nationalisme est une sorte de "virus" exclusivement politique "infectant" le patriotisme populaire. Le peuple albanais n'est pas gagnant du nationalisme ou du faux patriotisme politique, bien au contraire il en est souvent la victime principale. Une citation d'Albert Einstein en dit long sur ce pseudo nationalisme: "Je hais violemment l'héroïsme sur ordre, la violence gratuite et le nationalisme débile. La guerre est la chose la plus méprisable."

De temps en temps, les politiques albanais continuent d'animer le nationalisme et jouent avec les Albanais du Kosovo, de la Serbie, du Monténégro, de la Macédoine et de la Grèce en leurs donnant des faux espoirs sur la création d'un Etat nommé "Grande Albanie". Pour autant, dès que la diplomatie internationale hausse le ton contre le nationalisme dans les Balkans, les leaders politiques albanais de l'Albanie, du Kosovo et de la Macédoine s'effacent complètement ou changent de discours.

Pour terminer, une question essentielle mérite d'être posée. Quelle voie doit suivre le peuple albanais: celle du patriotisme populaire qui pourrait être construit autour d'un Etat de Droit au sein d'une Europe Unie afin de ne plus subir les épreuves du passé, ou celle du nationalisme politique (le faux patriotisme) où règnent haines, racisme, injustices, corruption, chômage et pauvreté ? 

 Source : Huffington Post

http://www.huffingtonpost.fr/aurenc-bebja/peuple-albanais_b_8076772.html


_______________________________________
[1] Lors de la reconnaissance de l'indépendance de l'Etat d'Albanie en 1913, les Grandes Puissances donnèrent les 2/3 des terres albanaises afin de satisfaire leurs alliés.
[2] Royaume-Uni, France, Russie
[3] Grèce, Macédoine, Serbie et Monténégro 
[4] Ancien Président de la République Française (1959 - 1969)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa