Aurenc Bebja
http://www.darsiani.com/la-gazette/
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2016

Diaspora albanaise: la grande oubliée des politiques

Les citoyens albanais à l’étranger ne peuvent pas voter à distance. Pour autant, lors des dernières campagnes électorales (législatives et municipales), la classe politique albanaise, principalement la gauche, avait promis que la possibilité de voter à distance se mettrait en place en cas de victoire aux élections...

Aurenc Bebja
http://www.darsiani.com/la-gazette/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Drapeau albanais

Aurenc Bebja, France

Aujourd’hui, un tiers de la population albanaise vit et travaille en dehors du pays, principalement pour des raisons économiques. Cela concernerait 1,4 million de citoyens, d’après les chiffres du ministère albanais des Affaires étrangères. Entre 70 et 75 % de cette population réside en Grèce et en Italie. Faire participer à la vie politique cette partie de la population en âge de voter semble logique, mais la réalité est toute autre.

Les citoyens albanais à l’étranger ne peuvent pas voter à distance. Pour autant, lors des dernières campagnes électorales (législatives et municipales), la classe politique albanaise, principalement la gauche, avait promis que la possibilité de voter à distance se mettrait en place en cas de victoire aux élections. Il s'agirait d'une sorte de remerciement pour la contribution économique et sociale que la diaspora apporte au pays.

Jusqu’à présent, ces promesses n’ont pas été tenues. Elles provenaient des dirigeants actuels du pays, c'est-à-dire le Premier ministreEdi Rama, et le maire de Tirana, capitale albanaise, Erion Veliaj.

En 2009, ils se trouvaient dans deux différents partis de gauche en opposition : le Parti Socialiste et le G99. Ils ont décidé de fusionner et ont proposé de mettre en place une plateforme électorale permettant d’assurer le vote de la diaspora albanaise à distance. Selon les deux hommes : « Le vote des émigrants est un droit constitutionnel et une obligation que la classe politique doit à ses actionnaires économiques les plus importants du pays ». Cette année-là, ils n’ont pas remporté les élections.

Ils ont par la suite persisté et ont tenu ce même discours lors des élections législatives de 2013, cette fois-ci en allant plus loin dans leurs promesses. Ils avaient affirmé que le vote de la diaspora deviendrait une réalité dans les 100 premiers jours de leur arrivée au pouvoir. Ils sont arrivés au pouvoir avec une majorité écrasante, mais leurs promesses se sont envolées et depuis, ce sujet n’a plus été réellement leur priorité.

Aujourd’hui, difficile d’oublier le discours d'Erion Veliaj, qui promettait avant sa montée au pouvoir : « La possibilité de voter à l’étranger après tant d’années sera la plus grande récompense que l’on doit aux familles, aux amis et aux enfants albanais en dehors du pays. Ils sont les principaux actionnaires de notre économie. Les aides financières envoyées chaque année ont été plus importantes que les investissements étrangers en Albanie et ont maintenu la stabilité financière du pays ».

« Dites à vos proches en Albanie d’aller voter »

Summum de l’histoire, lors des élections municipales de 2015, le Premier ministre, Edi Rama, lance un appel à la diaspora albanaise via un réseau social : « Vous qui êtes en émigration, passez un coup de fil à la maison, à vos proches et amis en Albanie et dites leur d’aller voter, parce que leurs votes sont un investissement pour vous ! Merci ! ». Il n'était donc plus question de faire voter la diaspora mais de l'inciter à convaincre ses proches en Albanie de le faire.

Les élections législatives albanaises de juin 2017 pourraient être le prochain test pour que ce vote puisse voir le jour. Certains pays, proches géographiquement de l’Albanie, ont déjà testé avec plus ou moins de succès ce système de vote à distance à travers leurs ambassades : la Macédoine et le Kosovo lors de leur législatives respectives au printemps 2014, ou plus récemment la Roumanie et la Turquie. La possibilité de voter à distance existe donc bel et bien, mais la volonté se fait attendre en Albanie.

Le Journal International

http://www.lejournalinternational.fr/Diaspora-albanaise%C2%A0-la-grande-oubliee-des-politiques_a3685.html

Le blog albanais d’Aurenc Bebja :

http://www.darsiani.com/opinion/diaspora-albanaise-la-grande-oubliee-des-politiques/

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann