Attac Vichy exige que toute la lumière soit faite sur les prêts toxiques contractés par la ville

Beaucoup de villes, se sont endettées en contractant des prêts toxiques. C'est le cas de Vichy qui s’apprête à faire voter les conseillers municipaux un accord avec la banque SFIL très avantageux pour celle-ci. Mais ATTAC Vichy ne l'entend pas de cette oreille et tente de mobiliser la population.

bandeaucommuniqueattacvichy2decembre2015 bandeaucommuniqueattacvichy2decembre2015

Le prochain Conseil municipal de la ville de Vichy sera en partie consacré à l'étude d'un accord avec la banque SFIL héritière de Dexia. Cet accord porterait sur les emprunts toxiques contractés par la ville, sur un capital dû restant d'environ 4, 8 millions d'euros, si l'on en croit l'association pour la taxation des transactions financières de Vichy (ATTAC). Or, et toujours selon Attac Vichy cet arrangement pourrait coûter environ 6, 6 millions d'euros aux contribuables vichyssois.

Cette décision, si elle était prise en l'état, ne serait pas du tout du goût des militants d'ATTAC qui se sont, au contraire, clairement prononcés en faveur d'un recours en justice contre la banque. C'est la raison pour laquelle ils invitent les citoyens à se rassembler devant la mairie de Vichy le vendredi 4 décembre à 17h 30 pour assister aux débats du Conseil municipal sur cette question.

Ci-dessous et en doc attachée, le communiqué et l'analyse d'ATTAC Vichy :

cp-attac-12-2015-emprunts-toxiques-vichy (pdf, 105.2 kB)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.