Onzième festival de la Chanson Française à Montluçon

Le festival des espoirs de la nouvelle scène française

La 11e édition du festival Chanson Française se déroulera du vendredi 19 au dimanche 21 août à Montluçon dans l’Allier, au coeur de la France, carrefour des rencontres musicales.

Chaque année, le festival offre une palette éclectique de la chanson française à un public qui ne cesse de croître d’année en année. L’édition 2015 a rassemblé des artistes et des visiteurs venus de toute la région Auvergne et aussi des quatre coins de la France.
Sa programmation, dédiée à toutes les générations et aux découvreurs de talents, permet de promouvoir des artistes émergents, reconnus dans leur milieu mais pas forcément encore connus du grand public.

Montluçon vous invite à venir découvrir en avant première les espoirs de la nouvelle scène française au travers d’une quinzaine de concerts entièrement gratuits qui prendront place au coeur de la Cité médiévale et la feront résonner au son des notes de musique durant ces trois jours.

Grâce à sa programmation « Off », le festival Chanson Française offre également la possibilité à de nombreux artistes de s’exprimer musicalement en leur proposant des scènes dans des lieux stratégiques de la Cité médiévale. Chaque année, les demandes d’artistes et de bookeurs sont de plus en plus nombreuses pour y participer.

Comme chaque année, le festival Chanson Française, c’est aussi des hommages aux artistes qui ont fait la Chanson Française ! Cette édition 2016 a choisi de rendre hommage à Georges Brassens avec un concert exceptionnel programmé en clôture du festival, concert donné par Contrebrassens : Pauline Dupuy, une femme et sa contrebasse. Un Brassens frais, inattendu et féminin…

A l’occasion des dix années d’existence du festival, une exposition photographique rétrospective d’une décennie du festival Chanson Française sera également proposée aux visiteurs.

Le programme dans regardactu : ICI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.