Pour revenir sur la polémique autour de l'apprentissage de l'allemand

Aujourd'hui, on révèle que les services secrets allemands ont espionné l'Elysée, Airbus et des hauts fonctionnaires français pour le compte des Etats-Unis. En France, l'apprentissage de l'allemand dans les collèges est mis en péril par la réforme à venir. En Bavière, mes amis salariés des grandes entreprises industrielles critiquent ouvertement leurs homologues françaises qui seraient "reformsunfähig" - incapables de réformer, etc... Et les Français ont du mal à supporter ce qu'ils prennent pour des grands airs moralisateurs de leur si bien organisé voisin d'outre Rhin. Ces quelques exemples pour résumer une crispation avec notre pays partenaire.

Il est nécessaire aujourd'hui que la société civile, les associations, les citoyens, ainsi que la classe politique, retrouve son calme, et cherche à comprendre l'autre, dans sa diversité et dans son altérité. L'autre, Allemand ici, mais aussi en général, possède une autre histoire, une autre culture, une autre manière d'appréhender le monde et aujourd'hui il faut affirmer que cette altérité doit être recherchée, respectée et entendue. Car elle permet de vivre ensemble, de créer, d'exporter, de s'ouvrir, et de se découvrir. Espionner, fermer la porte à l'autre, le calomnier ou appuyer là où l'on sait que cela fait mal n'aide ni la France, ni l'Allemagne, ni les citoyens européens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.