Un détour à propos de la liberté de la presse et une vidéo positive franco-allemande

En ces temps exceptionnels, avant de poster notre vidéo du mardi sur les initiatives positives locales (l'ampleur de ces volontés positives dimanche a d'ailleurs été fantastique), je souhaiterais tout de même faire un aparté sur la liberté de la presse, l'autocensure et le pluralisme dans les médias.J'ai été très choquée que Paris-Match ait radicalement changé de version sur l'épisode "Sarkozy et la marche républicaine", édulcorant son premier titre, qui présentait une réalité assez surprenante : « Comment Sarkozy s’est invité sur la photo »,

En ces temps exceptionnels, avant de poster notre vidéo du mardi sur les initiatives positives locales (l'ampleur de ces volontés positives dimanche a d'ailleurs été fantastique), je souhaiterais tout de même faire un aparté sur la liberté de la presse, l'autocensure et le pluralisme dans les médias.

J'ai été très choquée que Paris-Match ait radicalement changé de version sur l'épisode "Sarkozy et la marche républicaine", édulcorant son premier titre, qui présentait une réalité assez surprenante : « Comment Sarkozy s’est invité sur la photo », et l'a transformé en « Les coulisses d’une photo historique ».

Dans la première version de Paris Match, on peut lire : « En une poignée de secondes, sous l’œil des caméras du monde entier, il progresse dans les rangs. Pas question pour lui de se laisser encore éclipser par François Hollande. Nicolas Sarkozy arrive à se glisser entre le président malien et le premier ministre israélien. Puis, il parvient même à faire passer son épouse, la chanteuse Carla Bruni, à ses côtés. Un coup de maître. » (source Rue89) alors la seconde version est assez différente : "Propulsé par la cohue, Nicolas Sarkozy se retrouve entre le président malien et le premier ministre israélien. L’ancien chef d’Etat n’est alors séparé que d’une personne de François Hollande. Il apparaît au même rang que les 44 chefs d’Etat et de gouvernement présents."

En école de journalisme en Allemagne, on m'avait alors appris qu'un journaliste doit observer, puis retranscrire, et qu'il est le représentant loyal du peuple - et dans la responsabilité. Le passage de la première version à la seconde démontre d'une volonté politique de démontrer, par le choix du vocabulaire, que l'ancien président n'est pas responsable de son arrivée au 1er rang. Alors que le monde entier a pu voir sur les caméras qu'il n'est clairement pas "poussé par la cohue"... Pour vérifier on peut revoir certaines images sur le site du Huffington Post :

 

Comment Sarkozy tape l'incruste à la marche du 11 janvier 2015 © LeHuffPost

De plus, non seulement le fait qu'un ancien président placé au 3ème rang protocolaire, ose jouer des coudes pour se placer au 1er rang à des fins politiciennes me choque, mais que cette manoeuvre soit qualifiée par la presse comme étant "habile" (citation de métronews) ou un "coup de maître" (ParisMatch version 1), m'indigne. Cette manière de faire est d'un arrivisme particulièrement choquant lors d'une marche de recueillement, et les médias la saluent comme étant d'une habilité hors du commun... Lorsque 4 millions de Français marchent pour la liberté d'expression de la presse - et qu'un média manipule ses articles pour ré-ecrire l'histoire, ça me consterne. Et qu'il n'y ait pas de questions sur les valeurs à défendre, dans les actes de chacun aussi, médias, politiques, citoyens, enseignants, associations - cela me choque aussi. Il y a tout de même des questions à se poser collectivement sur les médias, leurs experts et le pluralisme en France aujourd'hui. Heureusement, l'intelligence collective des internautes a transformé cette mascarade en un tumblr digne de l'esprit charlie - pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, je vous laisse le découvrir ici : http://je-suis-nico.tumblr.com/

En tant que germanophone et germanophile, j'ai pu particulièrement apprécier la présence de la chancelière allemande au bras de François Hollande. Que de chemin parcouru en 70 ans ! Et je sais, pour avoir régulièrement réalisé des reportages avec des associations d'échanges interculturels, à quel point ces dernières oeuvrent, pas à pas, pour apprendre aux jeunes la différence et la tolérance. Et qu'il faut continuer à les soutenir pour qu'elles travaillent dans cette voie. Ces associations, qui s'attèlent aussi quotidiennement à s'ouvrir à un public de jeunes le plus large possible, font un travail invisible, un travail de fourmis - essentiel. J'étais d'ailleurs cet été au nord de l'Allemagne pour un chantier écologique et interculturel - pour apprendre à se connaître entre jeunes Français, Allemands et Serbes. La vidéo positive de ce mardi est donc là :


Chantier interculturel & écologique en Allemagne avec l'Office Franco-Allemand de la Jeunesse © AnotherVision Production

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.