Parce que les jeunes ne voient pas pourquoi apprendre l'allemand...

Ce matin, j'étais en tournage dans un lycée près de Beaune, en Côte d'Or - et le chef d'établissement m'a avoué ses difficultés à motiver les jeunes à apprendre l'allemand. Langue difficile, préjugés négatifs, passé lourd... Il m'a même demandé d'intervenir afin d'expliquer pourquoi apprendre la langue de notre pays partenaire, de venir présenter ce qu'un séjour en Allemagne pourrait leur apporter. Alors, j'ai cherché des choses concrètes qui "apportent quelque chose" : une autre façon de voir le monde, souvent plus respectueuse de l'environnement (cf. les conséquences de Tchernobyl et du passé industriel de l'Allemagne de l'Est...), évidemment un autre rapport à l'Histoire, à l'utilisation des mots extrêmes et manipulateurs et plus généralement aux extrêmismes (cf. la réaction très active de la population allemande face aux mouvements Pegida, et leur choc par rapport à la percée du FN en France), avec une réflexion profonde sur la liberté et la surveillance des individus (cf. débat actuel sur les mesures de contrôle de l'internet et l'histoire de la Stasi en Allemagne de l'Est) - etc etc...

Beaucoup de choses changent après un bout de vie en Allemagne. Sans parler des attraits économiques ou de carrières : En Allemagne il y a énormément de perspectives d'embauche (7% de chômage, de 3 à 5% seulement en Bavière), ou des possibilités d'y exercer rapidement des responsabilités lorsque l'on est jeune, ou bien les ponts qui existent même si l'on n'a pas dès le début choisi les "bonnes" études, et donc la possibilité de se tromper, d'essayer et de se réorienter bien plus facilement qu'ici. 

Et en prime, la vidéo positive pour motiver à apprendre l'allemand : pourquoi ne pas devenir journaliste TV franco-allemand comme Felicitas dans la rédaction de Karambolage à Paris ?

 

Deutsch-französisches Porträt: Felicitas bei der Redaktion von Karambolage - Arte © FplusDonline

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.