CBD : drogue ou remède ?

Si son nom Cannabidiol et sa déclinaison sous toutes les formes chez les vendeurs d’E-liquides et buralistes alimentent sa diabolisation, le Cbd est souvent prescrit dans le cadre de traitements lourds. Présentation de ce produit vendu légalement dans certaines jardineries.

Le Cbd est en vente depuis déjà deux ans dans certaines jardineries spécialisées valdoisiennes © Axelle BICHON (Bn) Le Cbd est en vente depuis déjà deux ans dans certaines jardineries spécialisées valdoisiennes © Axelle BICHON (Bn)
Drogue ou véritable soin ? On peut la trouver sous forme de baume pour le corps, d’huile à mettre sous la langue, de stick à lèvres, de bonbons, en miel, et même des infusions en contiennent. La molécule de Cbd, extraite du chanvre tout comme celle du Thc, est la nouvelle tendance sur laquelle surfent les vendeurs d’E-liquides et les buralistes. Avec un nom qui peut prêter à confusion, le cannabidiol constitue une poule aux œufs d’or pour l’industrie du tabac. Surtout au vu du nombre de consommateurs de cannabis dans l’Hexagone : 1,4 million de Français fument régulièrement du cannabis selon le dernier baromètre de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et de l'Inpes effectué en 2014.

Buzz économique et médiatique

Aujourd’hui, si la consommation, la plantation et la vente de cannabis sont interdites en France, la loi française autorise toutefois les produits issus du chanvre biologique européen contenant moins de 0,2% de Thc.

Les produits issus du chanvre biologique européen contenant moins de 0,2% de Thc sont autorisés par la loi française © Axelle BICHON (Bn) Les produits issus du chanvre biologique européen contenant moins de 0,2% de Thc sont autorisés par la loi française © Axelle BICHON (Bn)
Et pour cause, les deux molécules n’ont pas les mêmes effets. « Contrairement au Thc qui est une substance psychotrope, le Cbd a uniquement des propriétés calmantes. Il permet même de diminuer le sentiment de dépendance chez les alcooliques, les accros au tabac et chez les consommateurs de drogues psychotropes », nous explique-t-on chez Indoor Gardens (magasins d’Osny et d’Argenteuil).

Un vrai remède

Pour ces boutiques consacrées aux cultures d'intérieur - plus communément appelées « growshops » - le Cbd n’est pas nouveau. Il est dans les rayons d’Indoor Gardens depuis bientôt deux ans sous différentes formes et lorsque l’on regarde les consommateurs, on est bien loin du public de fumeurs de cannabis. « On a par exemple des grands-mères qui viennent en acheter pour atténuer des problèmes d’anxiété », explique l’équipe d’Indoor Gardens d’Osny. Depuis qu’il en prend, Manu (30 ans), arrive à contrôler ses crises d’épilepsie. Le Cbd a changé sa vie. « Cela m’aide à canaliser mon énergie et, contrairement à la Dépakine, cet antiépileptique qui ne m’a jamais empêché de faire des crises, le Cbd n’a aucun effet indésirable. Aujourd’hui, grâce au Cbd, j’ai pu faire un travail sur moi-même et je ne fais plus de crise », explique-t-il.

Des E-Liquides à base de Cbd, aux noms inspirés de différentes spécialités de weed, se développent. Un marché qui diabolise la molécule naturelle. © Axelle BICHON (Bn) Des E-Liquides à base de Cbd, aux noms inspirés de différentes spécialités de weed, se développent. Un marché qui diabolise la molécule naturelle. © Axelle BICHON (Bn)

Cette appropriation par le cannabusiness et la couverture médiatique qui s’est faite il y a quelques semaines autour de l’apparition d’un potentiel joint électronique entachent le Cbd et ses propriétés pharmacologiques. Celles-ci sont pourtant reconnues dans de nombreux pays. Il est notamment utilisé dans des pays européens et aux États-Unis pour traiter les convulsions, l'inflammation, l'anxiété et les nausées. Il permettrait d’inhiber la croissance des cellules cancéreuses et des études récentes ont démontré qu'il serait efficace dans le traitement de la schizophrénie et qu’il pourrait aussi soulager les symptômes de la dystonie, une maladie neurologique.

                 « C’est un blocage intellectuel bien français »

En dépit d’un Cv de plus en plus long, le Cbd est toujours aussi décrié en France. C’est l’avis de Georges Remvikos, professeur en master de Sciences de la Santé, de l'Environnement, du Territoire et de la Société. Pendant 20 ans, ce chercheur a travaillé dans la recherche autour du cancer et ce n’est pas la première fois qu’il entend parler de cette molécule. « C’est un blocage intellectuel bien français. Tout comme la santé mentale, le traitement de la douleur se développe en France avec un train de retard comparé à d’autres pays comme l’Espagne ou encore l’Allemagne, estime l’enseignant. Notre système politique et notre culture sont encore aujourd’hui trop conservateurs pour que le Cbd et son potentiel médical puissent être étudiés sérieusement. » Très punitive pour tout ce qui touche aux drogues, la politique de santé française n’a pas empêché le pays de détenir depuis plusieurs années le record de la consommation de cannabis toutes générations confondues. Sortira-t-elle un jour des sentiers battus ?

Le Cbd se trouve en baume pour le corps, en huile, sous forme de stick à lèvres, mais aussi en bonbons, en miel et en infusions © Axelle BICHON (Bn) Le Cbd se trouve en baume pour le corps, en huile, sous forme de stick à lèvres, mais aussi en bonbons, en miel et en infusions © Axelle BICHON (Bn)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.