Paris: quels jardins pour demain?

En 2001, Bertrand Delanoë conquérait la ville de Paris grâce à un programme résolument écologiste. Alors que le socialiste achève son second et dernier mandat, l'heure du bilan est venue. Le maire sortant a-t-il tenu sa promesse de « végétaliser » Paris? Les prochaines municipales, dont Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et Anne Hidalgo (PS) sont les grandes favorites, pourraient-elles se jouer sur ce terrain? Analyse.

 

62 nouveaux hectares d'espaces verts sous Delanoë

 

C'est un fait, Bertrand Delanoë n'aurait pas conquis la mairie de Paris sans les Verts, des alliés précieux pour le premier maire de gauche de Paris. Il n'a donc pas lésiné sur les moyens pour les maintenir dans son giron. Pour preuve, pas moins de 32 hectares d'espaces verts ont vu le jour dans la Ville Lumière durant son premier mandat. 30 autres hectares devraient être créés d'ici les prochaines échéances municipales de mars 2014, dont une promenade de 3,7 hectares dans le 15e arrondissement le long de la petite ceinture. Dans la même optique, la DEVE, la Direction des Espaces verts et de l'Environnement, s'est engagée à préserver et renforcer la biodiversité parisienne, restreignant drastiquement l'usage de pesticides dans les jardins publics grâce au label « espace vert en gestion écologique » soumis aux quelques 500 espaces verts que compte la ville.

Mais , dans un contexte bien plus délétère qu'en 2001, les élections peuvent-elles de nouveau basculer sur ces thèmes?

 

Un duel écolo NKM-Hidalgo ?

 

Le combat s'annonce âpre sur les questions environnementales entre NKM, ancienne ministre de l'Environnement de Sarkozy, et Anne Hidalgo, héritière de Delanoë. Toutes deux sont conscientes de la sensibilité écologiste de l'électorat parisien mais Anne Hidalgo semble avoir un temps d'avance. D'abord parce qu'il est très probable qu'Europe Écologie les Verts se rallie à sa candidature au second tour mais aussi parce qu'elle met la barre encore plus haut que son prédécesseur, promettant aux parisiens 20 000 arbres et 100 hectares de verdure supplémentaires dans la capitale. Elle fait d'ailleurs de l'écologie un vecteur d'emploi via la réintégration de l'agriculture dans le tissu urbain. La candidate socialiste compte ainsi installer plus de vergers, ruches et potagers sur les toits et au pied des immeubles mais aussi dans les espaces verts de la ville.

Face aux ambitions affichées par la candidate PS, NKM apparaît plus frileuse, se cantonnant à quelques propositions, notamment la revalorisation des bois de Vincennes et de Boulogne et l'aménagement de la petite ceinture, une mesure que le maire sortant a lancé et qu'on retrouve dans le programme d'Hidalgo. Enfin, NKM propose aux parisiens d'identifier les espaces abandonnés susceptible d'être transformés en mini-squares, la création de nouveaux jardins publics n'étant pas chiffrée.

Comme en 2001, la gauche semble beaucoup miser sur l'écologie à l'inverse de la droite. Bis repetita placent?

 

A.M

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.