L'Amérique de Trump , La Puissance du Désastre.

Les Etats-Unis, plus grande puissance économique mondiale, frappés de plein fouet par la crise du coronavirus,s’apprêtent, selon les termes de Donald Trump, à entrer dans « une période qui va être vraiment horrible ». Avec près de 10000 morts déjà enregistrés, l ‘administration Trump s ‘attend à devoir gérer la plus grave crise depuis la seconde guerre mondiale.

      

covid-new-york.jpg

            

Les Etats-Unis, plus grande puissance économique mondiale, frappés de plein fouet par la crise du coronavirus,s’apprêtent, selon les termes de Donald Trump, à entrer dans « une période qui va être vraiment horrible ».

Avec près de 10000 morts déjà enregistrés, l ‘administration Trump s ‘attend à devoir gérer la plus grave crise depuis la seconde guerre mondiale. Mais cette fois-ci contre un ennemi invisible et une incohérence sociale héritée du système libéral américain.

Les propos de James Adams, Administrateur Fédéral de la santé publique aux USA, nous renvoient aux heures sombres de l ‘histoire patriotique américaine, mais cette fois sans  » Félonie  » à la Roosevelt ni   « Ben Laden » à la Bush. 

«La semaine prochaine sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays» comme l’affirme James Adams,les USA sont attaqués et la riposte semble pour l ‘instant être impossible à concevoir.

Une riposte en effet impossible. La conception de défense US , prévue pour défendre la nation, héritée en grande partie des enjeux de la guerre froide, contre un ennemi reconnu , montre aujourd’hui non son insuffisance, mais son incohérence.

Donald Trump, insouciant dès les débuts de la crise du Covid-19, s’ est peu à peu ravisé en adaptant un discours plus réaliste ; Mais à mesure que l ‘épidémie se propage, les repères èléctoralistes se délitent.

Comment ne pas repenser à ses thèmes de campagne ? Comment ne pas évoquer son hostilité farouche à la mise en place d ‘un système de santé pour tous, prôné par son prédécesseur  Barack Obama. ?

Mesure phare de Barack Obama votée par la majorité démocrate en 2010, la loi Affordable care act réformant le système de santé aux Etats-Unis, dite Obamacare, a bénéficié à 20 millions d’Américains qui ont souscrit une couverture-maladie. Mais le nouveau président Donald Trump a donné en promesse de campagne l’abrogation de cette mesure. En 2017, la Maison Blanche aidée par un Congrès à majorité Républicaine , a fait volé en éclat ce  texte , jugé complexe et lourd financièrement.

Share

 

New-York est en quasi état de siège .Un navire hôpital gigantesque de l’US NAVY mouille devant Battery Park, des camions frigorifiques, transformés en morgues mobiles, stationnent devant les hôpitaux de la ville , la situation s’empire de jours en jours .

Le confinement à l ‘américaine  loin d ‘être aussi efficace que dans la Russie de Poutine, laisse présager d ‘un avenir pour le moins incertain. Les conséquences dramatiques de ce désordre orchestré par un Président approximatif, se  mesurent chaque par des bilans inquiétants.

Même les animaux sont touchés , une tigresse du Zoo de New-York aurait été infecté par un des employés.

Aux chiffres officiels de 27 millions d ‘américains ne bénéficiant pas de couverture sociale, l’on peut y ajouter plusieurs millions d’oubliés du système, condamnés à mourir sans la garantie constitutionnelle du droit à la santé.

Si la médecine Américaine est à la pointe mondiale, les hôpitaux ne voient entrer dans leurs murs que les malades capables de payer des factures astronomiques.

La magazine Business Insider a chiffré à 73 300 dollars le montant à débourser pour les malades américains qui se feront soigner pour le Covid-19. Et encore, cela représente la version quasiment la plus optimiste, incluant une hospitalisation de « seulement » six jours. En France, les patients guéris sortent de l’hôpital au bout de 21 jours en moyenne…

Et le pire,  même les travailleurs bénéficiant d’une couverture par leurs employeurs, devraient s ‘acquitter d’un surcoût de 30 à 40000  dollars non pris en charge par l ‘assurance . La moyenne des contrats limitant le plafond de remboursement  aux alentours de 45000 dollars.

L ‘Amérique de Trump, en guerre, mais contre un ennemi de l ‘intérieur. De l’intérieur de cette civilisation qui a fabriqué un système discriminatoire , qui est maintenant le principal frein à la victoire finale sur le virus.

Aux Etats-Unis, beaucoup craignent que l’épidémie de coronavirus ne provoque une hécatombe en raison d’un système de santé qui pénalise les plus vulnérables, les précaires et les chômeurs.

Le site Slate relate ainsi le cas dramatique d’un adolescent de 17 ans mort du coronavirus en Californie après avoir été refusé d’un centre de soins d’urgence car il n’avait pas d’assurance.

Et certains notent que ceux qui ne bénéficient pas d’assurance santé sont aussi ceux qui peuvent avoir le plus de chances d’être infectés par le virus, comme les serveurs de restaurant par exemple.

Quand aux clandestins,leurs hospitalisation signifierait d ’emblée leur expulsion.

Si l’on ajoute que la population américaine est à risque,obésité, maladie cardiovasculaires et respiratoire, on limite très fortement les chances d’une éradication rapide de l ‘épidémie.

Les chiffres annoncés par la maison d ‘un probable bilan,situent le nombre de victimes à plus de 100000 morts.Bien plus que la guerre de Corée, du Viet- Nam ,du 11 Septembre et de Pearl Harbor réunis.

MODIFIER

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.