babalonis
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2022

Ce qu'on veut, c'est des moyens

Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.

babalonis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 décembre 2021, nous étions 50 000 dans la rue pour dénoncer des conditions de travail dégradées et sous-payés : manque de personnel sur l'ensemble du territoire national, difficulté de recrutement lié à des salaires dérisoires, exclusion du Ségur... Les raisons ne manquaient pas.

Depuis, plusieurs mobilisations et comme seule réponse l'extension du Ségur à une partie seulement de nos métiers dit "personnels socio-éducatif" soumise à chantage : la prime est octroyée à la condition de l'ouverture des négociations sur la fusion des conventions collectives.

Exit les fonctions "supports" de l'accord. Cette ségrégation intolérable n'a pas provoqué de remous chez les syndicats employeurs et la CFDT, partisans du moindre mal et travaillant comme à l'accoutumé dans le désintérêt des travailleureuses.

Les négociations commencent mal, et ne vont pas s'améliorer : les syndicats employeurs veulent imposer leur calendrier pour que tout soit bouclé en 2 ans. Sous pression, l'intersyndicale Sud, CGT et FO résiste et cherchera à aller vers une convention de haut niveau. Mais la lutte sera rude tant la volonté des adversaires est à l'opposée : pas de révision significative des grilles indiciaires, suppression des jours de repos, salaire au mérite...

En attendant, l'inflation nous frappe et aucune revalorisation n'est à l'horizon. Ceci provoque un nouveau dépassement du SMIC des échelons inférieurs des grilles indiciaires déjà sous payées et donc un tassement vers le bas des salaires. Depuis plus de 10 ans les employeurs renvoient les demandes d'augmentation des salaires à la négociation sur la nouvelle convention, peu d'espoir de les voir soudainement remettre en cause cette posture. Et pendant ce temps, nos métiers et celleux qui les composent continuent d'être en souffrance.

C'est pourquoi nous seront une nouvelle fois et tant qu'il le faudra dans la rue le mardi 31 mai et le mercredi 1er juin partout en France.

À lire :

Ségur des travailleurs sociaux : après l’annonce, le désenchantement

SANITAIRE - SOCIAL – MEDICO-SOCIAL LA SÉGRÉGATION EN MARCHE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale