Bali Souke
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 mars 2019

L'Afrique, l'aube d'un nouvel air?

A l'euphorie légitime, à l'ivresse de la souveraineté recouvrée, aux rêves d'égalité, à l'aspiration de puissance et de reconnaissance, succèdera guerres et misères, venant étouffer tout espoir d'un peuple devant l'écran de fumée des indépendances.

Bali Souke
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'euphorie légitime, à l'ivresse de la souveraineté recouvrée, aux rêves d'égalité, à l'aspiration de puissance et de reconnaissance, succèdera guerres et misères, venant étouffer tout espoir d'un peuple devant l'écran de fumée des indépendances. Doit on continuer de se lamenter ? Ressasser le passé: l'esclavage, la colonisation, la françafrique ,et bientôt la chinafique ! Le salut du continent passe par une unité de ses peuples. Et en leur capacité à lutter ensemble contre le courant mondialiste à bord du bateau Afrique.

Un long mirage

L'aube d'un nouvel air nous avait-t-on promis, richesse et prospérité avaient-ils dit, démocratie terrible désillusion. Outil du tyran, fléau du faible. La vie continuera peu importe nos cris et nos peines. Le soleil se lèvera, brillera et se couchera à l'occident.Dans un ballet incessant, nos proconsuls continueront leur procession vers Lutèce, avec pour offrandes notre dignité et notre souveraineté.

En marionnettiste habile le suzerain poursuivra sa besogne, donner d'une main pour reprendre de l'autre. Il s'offusquera de notre ingratitude, celle qui nous donne la hardiesse de braver le Styx pour rejoindre "son jardin d'Eden" .Contrée lointaine, moderne et civilisée, là où vie rime avec liberté, et existence avec opulence.

Soit loué les esprits des lumières, père de la société moderne, pour leurs prouesses et leur affairisme. Aux envolés lyriques remarquées, aux intentions civilisatrices, nous répondrons calomnie! Cela n'était que prétexte, à l'industrie naissante il fallait nos matières premières, au capitalisme notre sang.

L'aube d'un nouvel air

L'aube d'un nouvel air ne doit pas être promesse, mais récompense d'un travail laborieux. Cessons nos croyances, notre fois aveugle en l'humanité. "Aimes ton prochain" avaient-ils dit, "donnes et tu recevras", douce anesthésie pour les sauts! Le monde n'est que convergence d'intérêts, régi par la loi implacable du capitalisme. 

Le loup s'improvise berger, garantit notre monnaie, et par philanthropie finance l'Union Africaine à hauteur de 75%. Ne soyons pas étonnés du résultat, la raison du plus fort est toujours la meilleure.

L'aube d'un nouvel air passe par une fierté recouvrée: un rejet de la mendicité et de l'assistanat. Par une fois nouvelle et vive en l'unité de l'Afrique. Par un courage immense et  sans limite face à l'impérialisme! Et par une sauvegarde de nos us et coutumes qui font de nous des africains.

Bali Souké

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato