Balzac Paris Mobilisé
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2019

Nous sommes tous nés en 1975!

Au nom du principe universel de solidarité, les personnels de la cité scolaire Honoré de Balzac (Paris XVIIe) refusent le projet de réforme de la retraite par points.

Balzac Paris Mobilisé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout en se réclamant avec cynisme du programme du Conseil National de la Résistance, le Premier Ministre propose aux salariés de revenir sur près de 75 ans d’histoire sociale et d’abandonner toute référence collective à des annuités et au taux de remplacement. La retraite ne serait plus un droit pour tous les salariés mais la rémunération de points acquis pour chaque heure travaillée.

Si les concepteurs de cette réforme clament haut et fort qu'elle préserve le principe de la répartition - les actifs occupés finançant les retraites - nous ne sommes pas dupes : ce n'est bien sûr qu'une façade. En effet, par son système à points, cette réforme introduit une logique purement individualiste où chacun va accumuler des points qui seront fonction de son niveau de salaire.

Pour une grande majorité de salariés - et plus particulièrement pour les femmes aux carrières plus souvent interrompues et aux rémunérations inférieures - cela se traduira in fine par une diminution des retraites : pour ceux du privé parce que leur carrière sera de plus en plus morcelée en raison de la précarisation croissante de l'emploi privé ; pour ceux du public parce qu'ils commencent en général leur carrière à des niveaux de salaire assez bas, qui ne progressent ensuite que très lentement au fil des échelons gravis - à titre d'exemple, les enseignants devraient perdre entre 600 et 1000 euros bruts de pension par mois.

Cette baisse annoncée des niveaux de retraite, que chacun va anticiper, va tous nous précipiter dans les bras des sociétés financières, prêtes à nous vendre des retraites complémentaires par capitalisation pour lesquelles la seule logique de l'épargne individuelle prime, et soumises aux aléas boursiers par l’intermédiaire des fonds de pension. Le PER mis en place par la loi PACTE n'a pas d'autre objet que celui de servir de "coquille d'accueil fiscal" à de tels produits d'épargne. Seuls les hauts salaires, capables de générer une capacité d'épargne conséquente, permettront d'en tirer vraiment avantage - encore faudra-t-il qu'une crise financière, jalon régulier du capitalisme, ne vienne pas réduire à néant cette épargne ainsi constituée.

NOUS AFFIRMONS LE PRINCIPE INDEFECTIBLE DE SOLIDARITÉ ENTRE :

  • Les générations (refus de l'individualisme, fragilisation des pensions, les retraites complémentaires s'inscrivant dans la capitalisation de tous les secteurs de la vie…)
  • Les salariés du privé et du public car toutes les retraites seront dévalorisées, pas seulement les "régimes spéciaux"
  • Les élèves et les professeurs (les réformes successives dont la réforme des lycéesempêchent le travail décent, lent et patient des élèves et des enseignants…)
  • Tous les personnels de notre établissement scolaire : les collègues de la vie scolaire, les AED, les infirmières, les agents administratifs, agents techniques, les enseignants contractuels, vacataires, titulaires, (tous les statuts sont unis contre l’individualisme qu’induisent ces réformes, les petits calculs des intérêts particuliers qui séparent les gens…)
  • Les cheminots, les agents de la RATP et leurs usagers. Il n’y a qu’une seule bataille aujourd’hui, celle qui nous concerne tous, indivisibles.

Il n’y a pas de pays vivable sans solidarité, sans souci de l’autre, sans amour.

PRÉSERVONS LES PRINCIPES DU CNR, FONDATEURS D’UNE VÉRITABLE JUSTICE SOCIALE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin