Loi Travail. Allemagne/France : le match de la flexibilité

Allemagne/France : le match de la flexibilité

Philippe Méhaut, directeur de recherche CNRS en économie

Ingrid Tucci, chargée de recherche CNRS en sociologie

 

Affirmer que la loi travail permet une plus grande flexibilité du marché du travail, ce qui favoriserait l’emploi, c’est fermer les yeux sur des résultats empiriques récents qui montrent qu’il n’y a pas de lien significatif entre rigidité et emploi et qui questionnent la robustesse et la méthodologie employée dans certaines études pour identifier les réformes et estimer leur effet sur des variables concrètes (Avdagic & Salardi 2013; Aleksynska 2014).

Affirmer de la même façon, au nom de la comparaison, que l’Allemagne s’en sort mieux que la France, c’est faire l’impasse sur toutes les subtilités de la comparaison internationale, mobiliser à des fins idéologiques, au mieux des chiffres non comparables, au pire des contrevérités.

Les avis concernant les répercussions de la réforme du marché du travail engagée par le chancelier Schröder au début des années 2000, les réformes dites de Hartz, sont partagés. Cette réforme entendait avant tout faciliter la marche de manœuvre des entreprises et faire pression sur les chômeurs dans leur retour à l’emploi en réduisant les prestations sociales et la durée de recouvrement et faciliter le licenciement. Il n’y a pas à l’heure actuelle d’évidence empirique robuste sur les effets des réformes Hartz sur l’emploi (Knuth 2014).

En termes d’emploi « précaires », l’Allemagne est sur le même profil que la France, sans évolution significative malgré son plus faible taux de chômage. Qui plus est, une partie des dérégulations tiennent moins aux politiques publiques qu’aux opportunités offertes aux employeurs de s’exclure des accords collectifs (Jaehrling & Mehaut 2013). On est dès lors pleinement dans la loi El Khomri. Une flexibilité peut en cacher une autre. Et offrir, sous prétexte de souplesse aux employeurs, toutes les opportunités de contournement des lois et conventions collectives qui peuvent conduire à l’impasse.     

On sait que si l’Allemagne s’en sort relativement bien aujourd’hui, c’est avant tout parce qu’elle a été moins touchée par la crise financière, que l’Etat et les employeurs ont privilégié la réduction du temps de travail et, massivement, le chômage partiel (Kurzarbeit) au licenciement. Des doutes sérieux existent aussi sur l’impact des réformes Hartz. Nombre d’évolutions étaient antérieures et ont alimenté les contournements « flexibles ». La qualité globale des emplois s’est plutôt dégradée, notamment dans les secteurs des services. Qui plus est, pour certains observateurs, la productivité du travail stagne, comme les investissements productifs (Knuth 2014). D’aucuns en appellent à une vraie politique de la demande.   

On ne peut pas non plus passer sous silence qu’elle a une structure démographique plus favorable en temps de crise. Les jeunes arrivants sur le marché du travail allemand sont moins nombreux que leurs homologues français. Il faut moins de créations d’emploi, et cette caractéristique explique aussi pourquoi, hélas pour la France qui oublie sa déclaration des droits de l’homme, la politique allemande est plus ouverte aux réfugiés. Elle ne doit pas aussi occulter qu’en Allemagne, une partie des « bons résultats » relèvent de la croissance d’un temps partiel faiblement rémunéré.

 Les chiffres du chômage allemand ne suffisent cependant pas à juger de la situation. Plusieurs études empiriques montrent que l’augmentation du revenu moyen des ménages profite avant tout à ceux qui sont les plus aisés et que le taux de pauvreté stagne depuis 2009 à un niveau relativement élevé de 14 % (Goebel, Grabka & Schroeder 2015). Ceci peut s’expliquer notamment par une forte part de bas salaires (24.6 % en 2012) et une part élevé d’emplois dits atypiques (travail intérimaire, minijobs à 450 Euros, temps partiel et CDD). La dérégulation « à l’allemande » a conduit à accentuer la segmentation/polarisation de l’emploi. Notamment par la création d’un sous prolétariat féminin. L’Allemagne n’a rien à envier aux pays Anglo-saxons sur le taux de travailleurs en dessous du seuil de pauvreté.

L’Allemagne serait le modèle à suivre ? Certes non au vu des données. Mais, si la France devait prendre exemple sur l’Allemagne, elle devrait le faire en premier lieux :

1)     Dans sa gestion de la crise migratoire et dans l’organisation de l’accueil des personnes qui fuient la guerre (en 2015, seulement 73.000 personnes ont demandé l’asile en France contre 442.000 en Allemagne). Si l’Allemagne attire une grande partie des demandeurs d’asile dans l’Union Européenne, c’est aussi parce que le signal politique d’ouverture a été clair et fort.

2)     Dans une politique de promotion des syndicats, des droits de représentation des travailleurs. Et pas dans un choix des « exit options », néfaste à tous points de vue.

3)     Dans un échange régulier et une coordination avec les pays qui, comme l’Allemagne, se sont engagés dans une politique de salaire minimum, gage d’une véritable lutte contre le dumping social à l’échelle européenne.

 

 

Références :

Aleksynska, M. (2014). Deregulating labour markets: How robust is the analysis of recentIMF working papers?. ILO, Conditions of Work and Employment Branch.

Avdagic, S., & Salardi, P. (2013). Tenuous link: labour market institutions and unemployment in advanced and new market economies. Socio-Economic Review, 11(4), 739-769.

Goebel, J., Grabka, M. M., & Schröder, C. (2015). Einkommensungleichheit in Deutschland bleibt weiterhin hoch: junge Alleinlebende und Berufseinsteiger sind zunehmend von Armut bedroht. DIW-Wochenbericht, 82(25), 571-586.

Horn, G. & Herzog-Stein, A. (2013). Erwerbstätigenrekord dank guter Konjunktur und hoher interner Flexibilität, in: Wirtschaftsdienst 3/2013.

Jaehrling, K. & Méhaut, P (2013). Varieties of institutional avoidance’: employers' strategies in low-waged service sector occupations in France and Germany, Socio-Economic Review, 11 (4), 687-710.

Knuth Matthias, (2014) "The impossible gets done at once; the miraculous takes a little longer." Labour market reforms and the "jobs miracle" in Germany, report to the workers’ group of the European Economic and Social Committee.  

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.