Barbara Strandman
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 févr. 2015

A la suivante, parodie 2 Ah sclak schlak schlack

Barbara Strandman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 6 février, c'est la journée mondiale de lutte contre les mutilations féminines. Avec une pensée pour toutes mes sœurs de cœur et pour toutes celles et ceux qui se battent à leur côté pour réparer autant que possible les dégâts commis, avec l'espoir surtout qu'il n'y aura plus jamais de suivante, je publie ici ce texte qui fait le pont entre la dénonciation de l'épisiotomie de routine et l'excision. Avec le débat sur les touchers vaginaux réalisés sous anesthésie sans consentement il n'a rien perdu de son actualité. Et merci à vous grand Jacques, vous manquez, infiniment.<--break->

© Virtualmix


Dépouillée sur la tablette dure qui servait de lit
J'avais la sueur au front et la perf à la main
Ah sclak schlak schlack
J'avais juste vingt ans et nous étions 70%
à être découpées selon les pointillés
Ah sclak schlak schlack
J'avais juste vingt ans et les jambes écartées
Calée dans les étriers de la maternité
Ah sclak schlak schlack
Moi j'aurais bien aimé qu'elle retire ces doigts
Vu que j'lui ai demandé et qu'ce corps est à moi
Mais Ah sclak schlak schlack
Je n'eu pas les forceps ni même de tralala
Ce fut l'heure ou l'on regrette de n'être pas restée chez soi
Ah sclak schlak schlack
Mais je jure que d'entendre cette surveillante de mes fesses
Affirmer sans trembler qu' c'est elle qui décide
C'est des coups à vous faire des armées de sages-femmicides
Ah sclak schlak schlack
Je jure sur la tête de ma première suture
Que ce crissement depuis je l'entends tout le temps
Ah sclak schlak schlack
Ce cri de ma chair qu'on découpait comme une volaille
Tandis que je criais « non j'veux pas,lâchez donc la cisaille »
Ah sclak schlak schlack
Et depuis chaque fois à l'heure de succomber
Entre les bras de mon gars j'entends le bruit du couperet
Ah sclak schlak schlack
Toutes les incisées du monde devraient se donner la main
Voilà ce que la nuit je crie dans mon délire
Ah sclak schlak schlack
Et quand je ne délire pas j'en arrive à me dire
Que ça ferait des kilomètres de sexes entaillés
Ah sclak schlak schlack
Peut êtr' même qu'on arriverait jusqu’à Tombouctou
Arrêter la main excisant la jolie Fatou
Ah sclak schlak schlack
Faut dire qu'y a des coins où l'on vous tranche sans bétadine
Ou l'on attend même pas qu'la femme soit en gésine
Ah sclak schlak schlack
C'est dés la puberté, que l'on va pour son bien
La charcuter comme faisaient les Anciens
Ah sclak schlak schlack
Oui mais hommes ou femmes à force de dire non
Imposeront un jour le respect de notre blason
Et il n'y aura plus jamais
De sclak schlak schlack
de sclak schlak schlack.
de sclak schlak schlack.
Texte écrit dans l'élan de conversations sur les conditions de naissance sur la liste de discussion "Liste-naissance" en novembre 2004 suite à une suggestion de Cécile Loup. Il sera par la suite publié sur la liste publique Re-Co-Naissance http://fr.groups.yahoo.com/group/Re-Co-Naissances/message/1880

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI