Cytotec: la maternité de Poissy devra payer

http://www.courrierdesyvelines.fr/2013/05/10/cytotec-la-maternite-de-poissy-devra-payer/

Déclenchement de l'accouchement au cytotec 50 mcg par voie vaginale renouvelable + une accélération au syntocinon = un utérus déchiré et un enfant handicapé.

"L’administration de Cytotec© « peut être considérée fautive à elle seule, souligne la CRCI. Mais ses conditions d’utilisation chez Aurélie Joux ne peuvent être considérées comme conforme aux bonnes pratiques médicales. » La commission estime que la dose délivrée d’emblée, 50µg, était trop élevée. « Il ressort des recommandations du Collège national des gynécologues obstétriciens français qu’il convient de privilégier les doses les plus faibles en débutant avec des doses vaginales de 25µg toutes les 3 à 6 heures », note ce rapport. Il pointe du doigt aussi l’association du Cytotec© avec le Syntocinon, un autre médicament destiné à résorber l’insuffisance de contractions utérines. « La dilatation du col utérin, sous l’effet du Cytotec©, progressait régulièrement, écrit la CRCI. Dans ces conditions, la pause d’une perfusion de Syntocinon était particulièrement imprudente et caractérise, elle aussi, une attitude fautive. » Il appartient donc au CHIPS de réparer les préjudices du handicap de Timéo. L’enfant va passer trois expertises jusqu’à sa majorité, avec à chaque fois le versement d’une indemnité dont le montant sera défini par le collège d’experts.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.