Barbara Strandman
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 août 2017

Barbara Strandman
Abonné·e de Mediapart

L’épisiotomie hyménale: une révolution en obstétrique

Le hasard fait bien les choses dit le proverbe. Et pour ma part, c’est tout à fait par hasard que j’ai découvert Margareta Petterson, l’obstétricienne qui depuis 32 ans a mis au point une technique d’épisiotomie qui pourrait révolutionner l’obstétrique.

Barbara Strandman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le hasard fait bien les choses dit le proverbe. Et pour ma part, c’est tout à fait par hasard que j’ai découvert Margareta Petterson, l’obstétricienne qui depuis 32 ans a mis au point une technique d’épisiotomie qui pourrait révolutionner l’obstétrique.

Revenons à la définition. L’épisiotomie est une incision du périnée de 4 à 6 cm destinée à faciliter le passage du bébé. Une incision très mal placée puisqu’elle se situe sur le sexe, un endroit sensible, et surtout fortement innervée par les nerfs clitoridiens. En cas de complication, l’épisiotomie pourra gêner à court ou à long terme la femme dans ses activités quoditiennes (marche, position assise, montée d’escaliers, port de sous-vêtements…) mais aussi sa vie relationnelle et amoureuse (les rapports frottent sur la cicatrice).

Des épisiotomies, on en fait trop. Encore 26,8 % en france en 2010 selon l’INSERM contre 4 à 5 % en Suède et au Danemark. Surtout plusieurs maternités de part le monde ont désormais des taux inférieurs à 1%. Enfin l’épisiotomie reste l’opération la plus fréquemment pratiquée sur une femme.

L’intérêt de l’épisiotomie hyménale élaborée par Margareta Pettersson est de réduire l’épisiotomie à une incision peu profonde de 0,5 cm à 1 cm. Bref une épisiotomie plus courte, moins douloureuse et plus facile à cicatriser.

Pour se faire Margareta Pettersson fait partir l’incision de la partie dure de la couronne hyménale (les caroncules myrtiformes) et coupe très légèrement sur la gauche. Cela a pour effet de ramollir la paroi arrière du vagin et d’ouvrir de manière conséquente l’ouverture du vagin. Dans la plupart des cas la patiente peut poursuivre la naissance sans avoir besoin d’aide supplémentaire. Dans le cas contraire l’incision peut-être légèrement agrandie.

Si l’épisiotomie classique est classée comme une atteinte au périnée de grade 2  (j’utilise la classification anglophone) l’épisiotomie hyménale de Margareta Pettersson correspond quant à elle a une atteinte de grade 1 qui ne nécessite tout au plus qu’une paire de points.

Autant dire qu’on s’en remet mieux.

Modestement le docteur Pettersson a transmis ses compétences acquises et son expérience autour d’elle mais la pratique reste confidentielle et n’a fait l’objet à ce jour d’aucune étude. L’épisiotomie hyménale permettrait pourtant  de réduire les atteintes du périnée sur les femmes pour laquelle une épisiotomie peut être considérée justifiée (crainte d’asphyxie foetale, à titre exceptionnel pour une naissance instrumentale…). Elle permettrait aussi d’accélérer la diminution de la pratique. En effet les taux d’épisiotomie restent dans certains pays supérieurs à 80 %. Or l’expérience montre que la baisse s’effectue rarement d’un bloc, les praticiens devant changer radicalement leur perception de ce qui est bon pour la patiente. Ils pourraient ainsi entamer l’améliorations des pratiques à la fois par un abandon progressif des épisiotomies faites en routine et par la réalisation d’opérations moins délétères. Bref, ce sont des kilomètres de sexe féminin qui pourraient être préservés.

Margareta Pettersson travaille actuellement à l’hôpital de Nyköping (Suède)

Nyköpings lasarett, kvinnokliniken
61185 Nyköping

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel