L'hymen devient couronne vaginale

En Suède l’hymen n’existe plus. L'association suédoise pour l'éducation sexuelle a donc sorti il y a quelques temps déjà un livret d'information sur la "couronne vaginale". L’idée maîtresse était de mettre en adéquation le mot avec la partie anatomique qu’il nomme. Cette brochure est désormais traduite en anglais (1), kurde (2) et arabe (3) ce qui devrait lui donner une visibilité plus grande. Le livret est cependant déconcertant sur certains points comme le faisait remarquer Thérèse K Agdler en mai 2009 dans une chronique de l’ Östersund Posten (3) :

En Suède l’hymen brud_1900_385_AOB.jpgn’existe plus. L'association suédoise pour l'éducation sexuelle a donc sorti il y a quelques temps déjà un livret d'information sur la "couronne vaginale". L’idée maîtresse était de mettre en adéquation le mot avec la partie anatomique qu’il nomme. Cette brochure est désormais traduite en anglais (1), kurde (2) et arabe (3) ce qui devrait lui donner une visibilité plus grande.

 

Le livret est cependant déconcertant sur certains points comme le faisait remarquer Thérèse K Agdler en mai 2009 dans une chronique de l’ Östersund Posten (3) :

 

- La page de garde est illustrée par un bouton de rose. Quoi de mieux pour évoquer l'idée de défloration qui justement de facto devient caduque au profit du simple dépucelage !

- L'emploi du mot couronne qui renvoie lui-même à mythes, mythologies et coutumes comme celle de porter une couronne pour la Saint-Jean, la sainte Lucie, ou... pour un mariage !

- la description des formes d'hymen en évoquant des fleurs ce qui donne dans la version anglaise "It may resemble the petals of a rose or other flower" (note 1 page 6). Et la petite abeille, elle....

 

Thérèse K Agdler propose quant à elle le terme "pli de la muqueuse" plus neutre et descriptif. Elle fait remarquer que les termes employés pour évoquer la "reconstruction" sont inappropriés : même encadrés de mots comme « structures patriarcales » il est difficile de parler de volonté de la femme d’avoir recours à une chirurgie qui répare un organe imaginaire (elle s'exprime à partir de la version suédoise, la version anglaise n'étant pas une traduction littérale).

 

Progressivement les hôpitaux publiques se sont mis à informer sur l'inexistence de l'hymen et l'impossibilité pour le gynécologue ou la sage-femme de savoir si la femme a eu ou non des pratiques sexuelles. Des cliniques privées continuent cependant d'offrir la "reconstruction d'hymen" comme "service".

 

(1) http://www.rfsu.se/upload/PDF-Material/Vaginal_corona2009.pdf

(2) http://www.rfsu.se/upload/PDF-Material/Slidkrans_SORANI2009.pdf

(3) http://www.rfsu.se/upload/PDF-Material/Slidkrans_ARAB2009.pdf

(4)Thérèse K Agdler, http://op.se/kulturnoje/kronikor/theresekagdler/1.1063019

L'image est issue du site du musée Skansen de Stockholm où quelques costumes de mariage sont à louer (compter environ 300 euros pour une robe et 30 pour la couronne) http://www.skansen.se/pages/?ID=756

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.