Barou58
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2022

Réinventer une Afrique francophone des peuples libres

Depuis quelques années, l’Afrique noire francophone, la zone sahélienne plus précisément, est le théâtre d’une turbulence, une instabilité caractérisée par une profonde remise en cause populaire des systèmes sociaux économiques et politiques établis, leur leadership tant aux plans nationaux que régionaux.

Barou58
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

REINVENTER UNE AFRIQUE FRANCOPHONE DES PEUPLES LIBRES :

Recréer les dynamiques de relations saines entre les peuples, leurs dirigeants, leurs institutions et leurs partenaires.

Depuis quelques années, l’Afrique noire francophone, la zone sahélienne plus précisément, est le théâtre d’une turbulence, une instabilité caractérisée par une profonde remise en cause populaire des systèmes sociaux économiques et politiques établis, leur leadership tant aux plans nationaux que régionaux. La cristallisation de cette remise en cause s’est fortement exprimée en défiant les ordres constitutionnels établis y compris par des coups d’état ou des tentatives de coups d’état notamment au Mali, au Niger, en Guinée et au Burkina Faso, entre autres.

A cette instabilité politique, s’est ajoutée l’émergence d’activités terroristes et d’extrémisme violent qui, depuis une dizaine d’années, ne cessent de se développer, s’étendre au point de s’élargir au-delà des frontières du Sahel et menacer les pays du Golfe de Guinée plus précisément le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin et le Ghana.

Cause ou conséquence de la paupérisation sociale et économique des peuples de la sous-région, cette situation d’instabilité et d’insécurité multiforme remet fondamentalement en cause les systèmes de gouvernance établis, cherche à définir de nouveaux rapports de force entre les peuples et leurs dirigeants et surtout génère un sentiment de frustration, d’exaspération et de colère qui ne saurait se dissocier des coups d’Etat militaires, lesquels, au demeurant, deviennent de plus en plus populaires et plutôt bien reçus.

Les remises en cause ne ciblent plus seulement la mauvaise gestion au plan national, mais de plus en plus pointent du doigt ce que les peuples considèrent comme une ingérence notoire et nuisible des anciennes puissances coloniales, particulièrement la France, dans les affaires de leurs pays, un cautionnement des formes de gouvernance corrompue excentrée de leurs intérêts et surtout un soutien à la démocratie à géométrie variable dans la région.

Au-delà de toute tentative de simplification des enjeux sécuritaires de la région et des rapports entre peuples, comprenant la nécessité d’un équilibre et d’une stabilité régionale dans la préservation de la paix et la sécurité internationale tant voulue, les mouvements de la société civile africaine et une grande partie des intellectuels progressistes se posent des questions et parfois s’indignent. Pendant que la France condamne de façon ferme les coups d’Etat militaires au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, elle avalise les « troisièmes mandats » et la remise en cause de l’ordre constitutionnel au Tchad, une situation qui pour beaucoup, n’est rien d’autre qu’une dévolution monarchique du pouvoir, soutenu par la caution/silence, sinon la bénédiction de la communauté internationale, notamment l’Organisation des Nations Unies, (ONU) l’Union Africaine (UA) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Certaines d’entre elles semblent n’avoir pas hésité à violer leurs chartes internes et à ignorer toutes les pratiques d’usage établies, dans ces genres de situations.

Le sentiment largement exprimé par les populations d’une complicité de la communauté internationale et des organisations sous-régionales dans les situations de crise qui asphyxient leur mieux-être est donc une réalité pénible et insoutenable. Considérées comme fragilisées, les institutions comme la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (la CEDEAO) et l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et même l’Union Africaine, dans une moindre mesure, sont, par ailleurs, aussi soupçonnées de pactiser avec le diable, accusées de ne pas réagir souvent dans l’intérêt des peuples et de laisser se construire des vulnérabilités sociales et politiques, sources de leurs maux. De ce fait, les sanctions de la CEDEAO contre le Mali ont été largement reçues comme un acharnement à caractère discriminant, ourdies pour servir les intérêts d’une puissance étrangère qui manque de cohérence et de crédibilité dans ses rapports avec l’Afrique.

Dans ce climat déjà pesant ou, par ailleurs, le conflit Russo/ukrainien vient remettre en cause l’ordre mondial, économique politique et géostratégique existant, il semble impératif de poser des vraies questions, de se remettre en cause avec lucidité et de voir comment et pourquoi les rapports sociaux ont pu se dégrader et devenir, a ce point, une volonté de rupture, un enjeu politique de souveraineté des peuples. Certainement, l’Afrique francophone doit se réconcilier avec elle-même et s’émanciper des partenariats déséquilibrés.

1. Il faudra, en général, redéfinir les bases et le contenu de la redevabilité des institutions et des classes dirigeantes au profit des peuples et s’assurer que la déconstruction de ce qui est aujourd’hui perçu comme une démarche de deux poids deux mesures, une démarche d’exclusion de discrimination à l’encontre des peuples, puisse laisser place à une renaissance politique, économique et sociale de cette région.

2. Il faudra aussi, au niveau des états, non seulement refonder, avec les peuples, les contours d’un nouveau contrat social et politique voulu, mais aussi s’assurer que le processus soit porté par les ayants droit.

3. Il faudra, enfin, rompre avec les pratiques du passé, y compris les relations de vassalité, d’hégémonie, de discrimination réelles ou perçues comme telles, tout en s’offrant de nouveaux outils, mécanismes et modes de gestion soucieux de préserver les tissus communautaires, les valeurs sociétales africaines et la nécessité de s’ouvrir aux autres en respect, en dignité et en toute indépendance.

C’est ce grand chantier de l’éveil des consciences, de renouvellement de la Gouvernance, du partenariat et de la redevabilité au profit des peuples que cette tribune appelle à construire.

Oumar BA,

Ancien Fonctionnaire des Nations Unies, au nom de« Héritage Kurukan Fuga »

[Un Collectif de Cadres Africains.]

Email : HeritageKKF@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP