Refus du fichage ADN sur Saint Gaudens, répression et soutien

Le 16 novembre dernier, Fabien était arrêté, menotté et placé en garde-à-vue au commissariat de Saint Gaudens (31), pour une demande de fichage ADN qu’il a dès lors refusée. Depuis, le soutien s’organise !

Jour de marché sur Saint Gaudens en plein mois de novembre, des individus informent des dangers du compteur électrique Linky. Une patrouille débarque dans le paysage et menotte l'un des participants, militant libertaire, direction le commissariat. Fabien, donc, va rester plusieurs heures en cellule, pour le simple motif du refus d'un prélèvement ADN, prélèvement présentement requis par le parquet de Toulouse.

Le prélèvement ADN, initialement prévu dans le cadre des infractions à caractère sexuel, s'est depuis les lois sécuritaires de la décennie précédente élargi à plus de 140 délits, hormis les délits routiers et les délits de riches (fraude fiscale, etc...). Fabien s'était interposé lors d'une interpellation policière musclée sur la ville de Toulouse en mai 2016, dans la période tendue du mouvement contre la loi travail. En juin 2016, il écope d'un procès et d'une condamnation avec sursis. On peut demander l'ADN des individus condamnés, même pour un délit mineur. Ainsi, on fiche du militant, on colle des épées de Damoclès au-dessus des réfractaires, avec au programme du sursis ou des amendes. La demande de prélèvement ADN est une carte jouable à volonté par les pouvoirs policiers et judiciaires, et son refus chaque fois passible d'un procès et d'une nouvelle peine.

 

Depuis l'arrestation, localement le soutien se met en place. Syndicats, groupes politiques, collectifs et individus s’activent pour organiser la solidarité autour du militant libertaire, lequel comparaîtra le 1er mars 2018 au TGI de Saint Gaudens. Des soutiens nationaux se sont déjà manifestés pour exiger la relaxe du militant (Olivier Besancennot, Annick Coupé, Xavier Mathieu, etc...).

Au programme, le 8 février à 20h30 au cinéma Le Régent, projection du film 317, un documentaire sur les arrestations massives durant les manifestations interdites en réaction à la COP 21. A venir également, des ateliers d’autodéfense juridique prévues début février, ainsi que de l'information fréquente sur la question du refus du fichage.

Une pétition est également en ligne sur le site http://refusdufichageadnsolidariteavecfabien.wesign.it/fr.

 

Parce que nous refusons d’être fiché(e)s à vie, pour nos idées et pour nos luttes !

Contre la discrimination politique, syndicale et militante, exigeons la relaxe de Fabien !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.