Contre la répression, la solidarité se met en place à Saint Gaudens !

Le 16 novembre dernier sur Saint Gaudens, Fabien était arrêté par la police nationale à une table d'information sur les compteurs Linky, à des fins de prélèvements ADN... Son refus du fichage est à présent soutenu, tant localement que nationalement. En attendant le procès, élèments et dates à venir...

Grand nombre de syndicats, groupes politiques, associations, individus et soutiens nationaux se sont exprimés quant à la demande d'une relaxe concernant Fabien et son procès à venir. Que lui reproche-t-on exactement ? Officiellement, d'avoir refusé de se soumettre au fichage de son ADN. Et officieusement ? Qui sait, de militer de manière trop visible, ou bien de faire partie de cette catégorie d'individus pas forcément bien riche, salariés, précaires, chômeurs, exploités, futurs criminels en puissance, maléables à souhait, emprisonnables et punissables...

Le fichage ADN, initialement destiné aux infractions à caractère sexuel, s'est depuis les lois sécuritaires des années 2000 élargi à plus de 140 délits (y compris le vol de chewing-gum), aux prisonniers, ainsi qu'à chaque personne en garde-à-vue, même seulement soupçonnée... Bref, pour passer au-travers des grilles, mieux vaut dérober des tonnes de thunes publiques plutôt qu'une orange dans un supermarché. En effet, le fichage ADN ne concerne pas réellement les immunisés et autres parvenus de ce système. Abus de biens sociaux, fraude fiscale ? Circulez ! L'objectif du Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques : ficher le bas-peuple, à grande échelle, faciliter le travail d'une justice de plus en plus automatisée, n'avoir plus besoin que d'une seule "preuve" pour candamner et punir.

Et ça marche ! Plus de 2 millions et demi de français fichés en 2013, et combien à présent ?... Des gens condamnés à tort pour avoir malencontreusement laissé quelques cheveux et mégots sur le mauvais endroit, des erreurs judiciaires constatées bien tard, des amendes et peines avec sursis distribuées à la volée à ceux et celles qui s'opposent au prélèvement de leur ADN. Si la Cour Européenne des Droits de l'Homme a condamné l'an dernier la France sur des questions de disproportion du fichage, de non-respect de la vie privée, le droit français n'a pas bougé d'un iota et continue à remplir ses fiches ainsi qu'à réprimer à tout-va ! La peur et la psychose médiatique font leur office. Sous couvert d'anti-terrorisme, il conviendrait de tout accepter, jusqu'à se faire insérer une caméra pile entre les deux yeux ! Plus de sécurité pour toujours moins de liberté...

Ainsi Fabien refuse, comme tant d'autres, et comparaîtra le 1er mars 2018 au TGI de Saint Gaudens. En attendant, l'information et la résistance s'organise, pour que leur magouilles ne restent pas cloîtrées entre les quatre murs de cellule de garde-vue et les salles closes des tribunaux. Pétition en ligne et évènements sur l'agenda de Médiapart !

Programme de février, en soutien à Fabien © Collectif Résistances en COmminges Programme de février, en soutien à Fabien © Collectif Résistances en COmminges

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.