Le charme discret de la Sarkozie : MAM

 La Reine est nue. Il faut voir, cette vidéo, pour en sourire, et pour observer scientifiquement le visage de MAM en train de se décomposer...

 

La Reine est nue. Il faut voir, cette vidéo, pour en sourire, et pour observer scientifiquement le visage de MAM en train de se décomposer...

 

http://www.lepost.fr/article/2010/10/29/2286045_gerald-dahan-vs-alliot-marie-avant-il-y-avait-une-justice-maintenant-il-y-a-alliot-marie.html

C'est à la fin, pendant qu'elle referme son sac à main, avec un dédain chargé de mépris, que son visage recomposé révèle la nudité de l'habit sarkozyste : incapable d'opposer une once de crédibilité devant la révélation de son inanité ministérielle, MAM se drape dans un fausse dignité, pleine de haine vengeresse contre ce représentant de la plèbe qui osé la montrer telle qu'elle est :

Un parasite d'Etat, à la botte du système. Une marionnette. Une inutile.

 

Il faut dire que Gérald DAHAN a fait fort : un humoriste de cour "normal", genre "chez Ruquier", lui aurait taillé certes un costard, mais en prenant soin de mettre bien de côté le fond du problème : l'excavation profonde de sa (ses) fonction(s) Ministérielle(s).

Or, en exprimant, sous une forme à peine humoristique " MAM ne sert à rien, mais elle est Ministre partout", GD casse tous les codes de référence et surtout, de révérence, attendus d'une station radio : Surtout s'ils sont sous contrôle d'un obligé du Président.

Oublie-t-on, en effet, que c'est en prenant parti contre son ami Siné, parce qu'il s'était permis d'évoquer la bonne fortune Darty au sujet du mariage de Prince Jean, que Philippe Val s'est fait distinguer par Sarkozy pour devenir le Patron de Radio France ? Il y a forcément des contreparties attendues à ce genre de distinction, surtout d'un ex-gauchiste !

 

Avec ses gros sabots qui mettent en lumière l'imposture de MAM, GD est comme le petit garçon dans la foule, qui se met à crier que le Roi est nu. Il ne serait donc pas étonnant que la Reine ait exigé son renvoi immédiat

 

MAM, comme bien d'autres ministres et grands élus, est quelqu'un qui vit grand' bourgeoisement, depuis des années, aux crochets de la République et qui ne fait rien avancer. Son(ses) mandat(s) se bornent à prendre des mesures de détail ridicules et même révoltants, comme ces fameux draps en papier indéchirable pour faire diminuer le nombre de suicidés dnas les prisons. Et encore, Dahan a encore eu bien de la bonté de ne pas citer les ineptes interventions de Mme la Ministre de l'Intérieur, à propos des chiens mordeurs ou dans l'affaire Clavier)

Ce qui suinte de sa mine déconfite, puis empreinte d'un mépris vengeur, c'est la bassesse des sentiments.

MAM, ici, dans cette video-vérité, ressemble à ces personnage féminins de grande bourgeoise des films de Chabrol, jouant le jeu de la vertu et de la grande classe, parce que chez ces gens-là, ce qui compte , c'est l'apparence. Mais derrière les faux semblants, le mensonge de la façade, ce ne sont que cocottes de luxe, incultes, sans imagination, qui vont jusqu'à être complices d' assassinats pour préserver leur confort. Surtout ne rien changer matériellement. Surtout ne jamais sortir des silllons que la providence leur a traçée.

On laissera plutôt le monde s'entretuer autour de soi, la société se pourrir, les prisons se surpeupler, plutôt que de prononcer une seule phrase, qui rachèterait votre veulerie passée, qui ferait arrêter le crime, ou la guerre, mais qui risquerait de compromettre votre confort matériel et intellectuel.

Gérald DAHAN, lui, est allé jusqu'à sacrifier en direct son emploi ( il n'a pas fait exprès, certes ) pour ce qu'il estimait être "faire son métier correctement". Son renvoi met encore plus en relief cette lâcheté crasse inhérente à la caste des privilégiés, ceux qui sont nés avec la cuiller en argent dans la bouche et ne sont pas capables de vivre sans. Et donc incapables de dire des vérités qui dérangeraient l'ordre établi, incapables de vivre et communiquer autrement que dans le faux semblant, ou carrément LE MENSONGE, qui semble être devenu la quintessence de la pratique ministérielle et présidentielle avec Sarkozy.

...............................

Un autre paradoxe de cette émission, c'est que si Gérald DAHAN se présente comme le bouffon, genre Gooffy Dingo, pas classieux du tout, populacier, mal dégrossi, c'est en définitive MAM qui, derrière ses airs de Majesté offensée, quand le consensus de révérence vole en éclats, apparaît comme éminemment vulgaire : de cette vulgarité de classe, de caste, mise en métaphore dans le film de Bunuel "Le charme discret de la Bourgeoisie":

Notamment dans cette scène restée célèbre où les grand'bourgeois s'asseyent aux toilettes ensemble, autour d'une table, comme on va à un banquet, mais mangent en cachette cahcun dans leur coin, honteusement, comme on va aux cabinets.

Il est d'ailleurs intéressant de noter que pour interpréter un des principaux personnages féminins, Bunuel avait choisi Stéphane Audran,( interprète talentueuse des grandes bourgeoises de Claude Chabrol )

Il est clair, à la façon dont MAM se raccoroche à son sac à main, puis le referme, qu'elle s'est fait piéger, mais qu'elle est bien décidée à se venger de l'outrecuidant en le faisant immédiatement limoger. Son masque décomposé est il l'annonce d'une décomposition avancée qui ne devrait pas tarder à éclater, à la faveur de la vindicte populaire ? Les apparatchiks d'Etat pourront-ils longtemps encore répondre aux cris de ceux qui leur réclament du pain par un dédaigneux :

"Qu'on leur donne de la brioche !" tout en leur jetant des miettes, comme à des moineaux agaçants.

Ce n'est pas d'un nouveau 68, mais bien d'un nouveau 89 dont nous aurions besoin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.