Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

121 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2012

Délivrance

Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est comme si l'ordre des choses était revenu. Je ne me réveille plus tous les matins malade, avec la gorge nouée et mal à l'estomac. A nouveau je vis, je bouge, je respire, je vole, je nage.

Moi, pauvre canard prisonnier des poulaillers de la Sarkozie, gavé pendant cinq ans à l'entonnoir.  

Bien sûr je sais qu'au bout du compte, la question ultime, celle qui délimite la finalité de nos vies de colverts en liberté surveillée, c'est : " à quelle sauce voulez-vous être mangés ? ". Mais c'est infiniment mieux qu'être traîtés en volailles de batterie.

Sans parler de la machine à gaver : foie de canard, quelle barbarie ! On nous installait en rangs devant un écran et là, il fallait avaler, et avaler de la pâtée, ad nauseam. Il s appelaient cette prétendue nourriture "lézinfo" ! Une bouillie infâme, en vérité, dont l'ingrédient principal, un truc écoeurant à la limite du toxique, avait pour nom  "le sarko".

Quand on commençait à régurgiter le sarko, ils arrêtaient un peu de nous gaver avec ça, mais jamais très longtemps. Tout était prétexte à remettre le couvert, si j'ose dire... "Les faidivers", c'était le terme générique de ces prétextes à reprendre le gavage. Plus récemment, nos geôliers ont argué un autre prétexte : "les zélections" ! Malheur à nous, en plus de l'infect "sarko", ils mettaient du purin, dans la pâtée : soi-disant un truc qui venait de la mer : Il appelaient ça "la marine". Des algues, qu'ils nous disaient : Tu parles ! Même si ça pue à peu près autant, le varech n'a rien à voir avec le lisier.

Et là, c'est clair : en plus de nous rendre malades avec le gavage, on a senti qu' ils cherchaient carrément à nous empoisonner.

Surtout que plus le temps passait, plus le lisier de "la marine" se mélangeait avec "le sarko". Sans compter qu'un autre ingrédient, particulierèment agressif pour nos systèmes digestifs, s'y ajoutait de plus en plus copieusement : j'ai nomme "le copé".

Oui ce furent cinq années de grande souffrance. Malgré nos coin-coins vigoureux de protestation, nous  n'étions jamais entendus par nos bourreaux. A peine d'ailleurs si on savait exprimer. A part ce cri de rage, qui peu à peu, repris en écho, s'est mis à monter :

DEGAGE !

Et maintenant, c'est arrivé : ils ont dégagé !

Il y eut un beau soir, suivi d'un radieux matin : l'heure de la délivrance avait enfin sonné. La cage s'est ouverte

Maintenant, le gavage n'est plus obligatoire, et d'ailleurs la nourriture a changé : saine, légère, variée. Je n'ai plus de nausées. Mon organisme guérit, hormis quelques symptômes de copéchiasse, j'ai recouvré ma bonne santé d'avant . Avant le 6 mai 2007.

Avant l'abus de gavoir. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo