Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

121 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2012

Hollande, l'homme qui ne savait pas chanter

Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement à NS, Hollande n'a aucun talent pour l'art lyrique : sa gestuelle est limitée, sa voix n'est pas dotée de cette basse fréquence qui permet de modeler les sons à sa guise. Ces handicaps devaient normalement le désservir, en particulier pour un grande aria comme le discours d'hier, or, il s'est passé exactement le contraire.

 Ne pouvant alterner le mezzo voce avec le forte, c'était "forte", du début à la fin.

 Chacun, en particulier à droite, s'attendait à un résultat déplorable, surtout sur une scène à grand spectacle. Enrayements, voix de fausset, couacs, on l'attendait au tournant d'un pied ferme et confiant (surtout à l'Elysée) et pourquoi pas, rêvaient ses ennemis les plus enragés, une extinction de voix ?

Or non seulement tout s'est bien passé, mais tout le monde était sous le charme (sauf évidemment la droite et l'Elysée) malgré le manque patent de décorum vocal. Et pourtant, que d'efforts avaient été déployés pour éduquer l'oreille de la plèbe, matérialiste, ignorante des subtilités de l'art vocal !

Que de belles voix : basses et barytons, ténors et hautes-contre, avaient poussé jour après jour, la chansonnette de geste de la droite au pouvoir, pour justifier la mise en pratique, au bulldozer et à la hache, des pratiques iniques, des arrêtés criminels, des lois scélerates et des taxes insupportables, toutes contestées par une écrasante majorité de cette population décidément dure d'oreille musicale.

Avaient-ils assez modulé, roucoulé, yodelé, ad nauséam, les Fillon, les Baroin, les Copé, les Bertrand, les Chatel, les Morano, bref, les chansonniers du service après-vente de l'Elysée. Avaient-ils assez fredonné, dans les studios feutrés d'une radio dominicale, couplet après couplet, les produits  frelatés qu'ils fourgaient à un public de plus en plus mécontent et de moins en moins dupe, malgré la mélodie sirupeuse dont ils enrobaient les paroles brutales.

Pour le refrain, facile, c'était toujours le même : ce que faisait leur Maître était très bien et de toutes façons, la gauche ne savait rien faire.

Il fallait l'entendre pour le croire, comment ces champions du bel canto nous servaient sans sourciller, allegretto, leur O sole mio qui rimait avec Sarko, entre deux airs de la calomnie dirigés contre les"socialos".

Jusqu'à hier, où un petit miracle s'est produit.

A capella, sans costume, sans décor, sans choeurs, sans roucoulades - Pas comme l'autre, qui à force de trilles, de vibratos, de pédale ouah ouah et de da capo, ne sait même plus quelle partition il est en train de lire ! - F.Hollande a réussi ce tour de force de nous faire écouter, avec plaisir et sans ennui pendant une heure et demie, non pas une suite de morceaux choisis, non pas un best of de chanteurs engagés, mais, tenez vous bien, un grand opera de Verdi dans son entier.

 Il n'y avait pas une feuille de papier à cigarettes entre l'interprète et l'oeuvre interprétée . C'était comme on dit "brut de coffrage", authentique. Comme une pièce dépouillée d'ornements fait ressortir un objet de prix, le timbre, limité au point qu'on pouvait penser parfois qu'il allait se casser, donnait au discours son sens primordial. L'absence de fioritures, loin d'empêcher l'émotion, la redoublait, et quand, arrivée à ce qu'on pensait être son paroxysme, la voix s'élevait encore et encore, au final, on n'entendait plus rien d'autre, qu'un cri, un grand cri : Le cri vibrant de la gauche meurtrie, vilipendée, décriée, traînée dans la boue, détournée, avilie, volée, salie, par 5 années de cauchemar, cinq années pendant lesquelles le mépris de classe, l'arrogance des parvenus, la loi du plus riche, du plus menteur et du plus cynique avaient régné en maîtres du jeu.

Le cri de tout un peuple oublié retrouvant sa dignité.

Ainsi, portée à sa plus haute densité, cette voix ordinaire, par sa tessiture, mais extraordinaire par l'intensité de l'interprétation et l'authenticité de l'interprète qui faisait corps avec l'oeuvre, ainsi cette voix banale, "normale", a réussi ce dimanche 23 janvier 2012 à restituer dans son intégralité et avec brio : "La force du Destin".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli