Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

121 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2012

La force du Destin

Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement à NS, Hollande n'a aucun talent pour l'art lyrique : sa gestuelle est limitée, sa voix n'est pas dotée de cette basse fréquence qui permet de modeler les sons à sa guise. Ces handicaps devaient normalement le désservir, en particulier pour un grande aria comme le discours d'hier, or, il s'est passé exactement le contraire.

 Ne pouvant alterner le mezzo voce avec le forte, c'était "forte", du début à la fin.

 Chacun, en particulier à droite, s'attendait à un résultat déplorable, surtout sur une scène à grand spectacle. Enrayements, voix de fausset, couacs, on l'attendait au tournant d'un pied ferme et confiant (en particulier à l'Elysée) et pourquoi pas, rêvaient ses ennemis les plus enragés, une extinction de voix ?

Or non seulement tout s'est bien passé, mais tout le monde était sous le charme (sauf évidemment la droite et l'Elysée) malgré le manque patent de décorum harmonique. Et pourtant, que d'efforts avaient été déployés pour éduquer l'oreille de la plèbe, matérialiste, ignorante des subtilités de l'art vocal !

Que de belles voix : basses et barytons, ténors et hautes-contre, avaient poussé jour après jour, la chansonnette de geste de la droite au pouvoir, pour vanter la promulgation, au bulldozer et à la hache, des arrêtés criminels, des lois scélerates et des taxes iniques, toutes contestées par une écrasante majorité de cette population, décidément dure d'oreille musicale.

Avaient-ils assez modulé, roucoulé, yodelé, ad nauséam, les Fillon, les Baroin, les Copé, les Bertrand, les Chatel, les Morano, bref, les chansonniers du service après-vente de l'Elysée. Avaient-ils assez fredonné, dans les studios feutrés d'une radio ou ceux, rutilants, d'une télé dominicale, couplet après couplet, les produits  frelatés qu'ils fourgaient à un public de plus en plus mécontent et de moins en moins dupe, malgré la mélodie sirupeuse dont étaient enrobées les paroles brutales.

Pour le refrain, facile, c'était toujours le même : ce que faisait leur Maître était très bien fait et de toutes façons, la gauche ne savait rien faire.

Il fallait l'entendre pour le croire, comment ces champions du bel canto nous servaient sans sourciller, allegretto, leur O sole mio qui rimait avec Sarko, entre deux airs de la calomnie dirigés contre les"socialos".

Jusqu'à hier, où un petit miracle s'est produit.

A capella, sans costume, sans décor, sans choeurs, sans roucoulades - Pas comme l'autre, qui à force de trilles, de vibratos, de pédale ouah ouah et de da capo, ne sait même plus quelle partition il est en train de lire ! - F.Hollande a réussi ce tour de force de nous faire écouter, avec plaisir et sans ennui pendant une heure et demie, non pas une suite de morceaux choisis, non pas un best of de chanteurs engagés, mais, tenez vous bien, un grand opera de Verdi dans son entier.

 Il n'y avait pas une feuille de papier à cigarettes entre l'interprète et l'oeuvre interprétée . C'était comme on dit "brut de coffrage", authentique. Comme une pièce dépouillée d'ornements fait ressortir un objet de prix, le timbre, limité au point qu'on pouvait penser parfois qu'il allait se casser, donnait au discours son sens primordial. L'absence de fioritures, loin d'empêcher l'émotion, la redoublait, et quand, arrivée à ce qu'on pensait être son paroxysme, la voix s'élevait encore et encore, au final, on n'entendait plus rien d'autre, qu'un cri, un grand cri : Le cri vibrant de la gauche meurtrie, vilipendée, décriée, traînée dans la boue, détournée, avilie, volée, salie, par 5 années de cauchemar, cinq années pendant lesquelles le mépris de classe, l'arrogance des parvenus, la loi du plus riche, du plus menteur et du plus cynique avaient régné en maîtres du jeu.

Le cri de tout un peuple oublié retrouvant sa dignité.

 Ainsi, portée à sa plus haute densité, cette voix ordinaire, par sa tessiture, mais extraordinaire par l'intensité de l'interprétation et l'authenticité de l'interprète qui faisait corps avec l'oeuvre, ainsi cette voix banale, "normale", a réussi ce dimanche 23 janvier 2012 à restituer dans son intégralité et avec brio : "La forza del Destino".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB