Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

121 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2012

La sarkoïdose, la crapule et les lapins crétins

Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

What's up, doctor ?

La sarcoïdose ou maladie de Besnier-Boeck-Schaumann est une maladie inflammatoire qui s'attaque en priorité aux poumons mais peut affecter n'importe quel organe", nous dit Wikipedia :  Généralement sans gravité, elle guérit spontanément, sauf chez 20 % des malades, chez lesquels elle provoque des complications respiratoires menaçantes, ce qui justifie un diagnostic précoce et un suivi régulier.

Il n'existe pas à ce jour de traitement spécifique et les indications pour débuter un traitement sont rares."  Voilà qui explique, dans les sondages, le socle inaltéré au dessus de 20% des intentions de vote, malgré les ravages consécutifs à la maladie constatés à l'intérieur de l'Hexagone.

On notera deux formes jusque-là passées inaperçues, la forme crapuleuse et la forme vicieuse.

Pour la forme crapuleuse, voir l'exemple fourni par Mr Dupont -Aignan et repris par Mr Dahan..

Pour la forme vicieuse, il y avait bien Fillon, Baroin et Pécresse, en haut du podium, mais ils sont en passe d'être détrônés.

Car une nouvelle étoile est née : Nathalie Kosciusco Moriset. 

Prêter au ercandidat socialiste des intentions staliniennes, par de lourds sous-entendus en employant le mot "purges" , n'était qu'un ballon d'essai. Hier sur France-Inter, face à Manuel Valls, sa rouerie filandreuse faisait peine...La malheureuse est atteinte au dernier degré. Il paraît d'ailleurs que son tube de campagne est la chanson qui avait rendu célèbres les sex pistols : Oh baby you're so ...

L'évolution fatale de la sarkoïdose arrivée aux stades crapuleux et vicieux, est sans limites.

Il n'est que de voir comment la forme crapuleuse évolue, en s'appuyant sur l'exemple, non cité nommément plus haut, pour s'en convaincre.

Le patient sarkoïde crapuleux se prend pour Mandrake le Magicien,  il vit dans un monde imaginaire enchanté où il s'érige en roi de l'esbrouffe suprême, capable de tromper un maximum de gens avec des tours de prestidi-agitation.

C'est ainsi qu'on le voit, parvenu en phase critique aigüe, monter sur la scène de la grande salle des fêtes nationale pour déclamer des abracadabras et sortir des lapins crétins de son chapeau à tout va.

 La foule venue au spectacle attend autre chose : déjà qu'il répare les chaises cassées, qu'il remette des ampoules au plafond de la salle, qu'il remette en route la chaudière et qu'on distribue des sandwiches à un euro au lieu de les faire payer  6 euros pièce...

Merde, on se les pèle, on a faim, on est mal assis, dans cette salle délabrée où monsieur fait son show-lapins !

La foule rendue hargneuse par l'inconfort réclame alors :

"Qu'il nous fasse autre chose que le coup du lapin !"

Malheureuse ment , c'est le dernier qui lui reste dans sa malle, tous ses autres tours ont raté :

La France coupé en morceaux  n'est pas recollée, le coffret au trésor ne se remplit pas, malgré les coups de baguette magique répétés, la poudre de perlimpinpin s'avère être du poivre, qu'il balance contre la foule déçue et dégoûtée, qui proteste contre ce spectacle raté.

Au bout d'un moment , les lapins crétins n'en finissent plus de se reproduire, comme les balais de l'apprenti sorcier, ils envahissent la scène, les allées, s'installent sur les fauteuils crevés de la salle des fêtes en déshérence. Ne sachant plus que faire pour hypnotiser les gogos, il se fait filmer, il passe à la télé,

Il passe en boucle sur toutes les chaînes et aux infos et à la radio.

Les spectateurs ne savent plus où donner de la zappette.

On parle alors de Sarkoïoverdose. 

Oui, c'est grave, c'est très grave, docteur !

 La prochaine fois, je vous propose étude épidemiologique qui portera sur une maladie contagieuse qui a beaucoup progressé depuis cinq ans : 

la copéïte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI