Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

121 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 déc. 2011

On recycle bien les "salauds" (et les "lâches")

Baruch S
militante activiste du travailler moins pour vivre mieux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On apprend ce matin à la Une d'un journal en ligne bien connu que l'actuel ministre de l'Intérieur se présentera à Boulogne comme candidat à la députation. Cet albatroce, que son zèle de Guéant n'a pas empêché de marcher sur les plates-bandes du FN, ne croit donc plus en sa mission de Grand Expulseur d' oiseaux migrateurs doublé de Super-chef des vaches ?

Tel qui se recycle à l'avance sent déjà le daubé : C'est que la date de péremption du sarkozysme über aller est dépassée !

Fillon avait senti le vent mauvais tourner, puisqu'il a annoncé, depuis un mois et au grand dam d'une dame célèbre-et-pistonnée, son saut prochain en parachute dans le 7ème arrondissement de la Capitale, depuis le jet qu'il emprunte fréquemment à l'Elysée à des fins personnelles.

Guéant n'a jamais été confronté au suffrage universel, s'il se présente à Boulogne, comme Rachida ou Fillon dans le 7ème, c'est que ça ne doit pas être difficile de s'y faire élire pourvu qu'on ait l'étiquette UMP. On peut supposer qu' un crocodile lui-même s'y ferait élire, avec l'étiquette UMP ...encore que le crocodile est un mauvais exemple puisque de toutes façons, le cerveau forcément reptilien de l'électeur de droite reconnaît forcément un des siens : L'ordre automatique de voter pour le crocodile estampillé UMP serait donc donné par le cerveau reptilien à la main droite, de l'électeur de droite, qui glisserait automatiquement dans l'urne le bulletin marqué "UMP".

( Ce phénomène courant est décrit par le célèbre palindrome : " ELU PAR CETTE CRAPULE " )

Mais revenons à la candidature de notre Ministre des Expulsions : il existe plusieurs lieux-dits portant le nom de Boulogne :

Où va-t-il exactement se parachuter ?

Est-ce dans le Boulogne du bois de Boulogne ? Les gentes dames qui le hantent risquent, si ce parangon du contrôle compulsif s'y implante, de ne plus pouvoir exercer leur métier, même si la loi scélérate pénalisant leurs clients n'est pas votée.

Et même si elles cachent leurs bas résille et leurs portes-jarettelles sous un niqab ..Que dis-je, si elles les cachent sous un niqab, voire sous un simple hidjab, plus moyen de faire un pas sans se faire arrêter et demander ses papiers ! Ne restera que le voile de bonne soeur, pour les péripatéticiennes, pour ne pas se faire alpaguer par les pandorres en mal de chiffre et prompts à ramper devant les manies de leur nouveau député.

Mais voilà, le voile de bonne soeur, ça n'attirera pas la clientèle, qui attend des travailleuses du sexe qu'elles s'habillent en putes.

Des putes, député, c'est lacanien tout ça. Revenons plutôt à nos michetons :

S'agit-il de Boulogne sur mer, le fameux, des usines Renault ?

Celui de Billancourt, dont Sartre déclarait qu'il ne fallait pas le désespérer ? Si c'est le cas, on peut dire que c'est fait, avec le parachutage de Guéant 1er ..Mais non, ce n'est sûrement pas ce Boulogne-là que vise notre haut fonctionnaire des basses oeuvres de la Sarkozie...bien trop prolo pour lui, aucune chance de passer.

On pourrait tout de même invoquer l'esprit du philosophe : Sartre aurait pu décrire, dans un de ses romans, à travers la chronique de ce parachutage annoncé, le proto-type même d'un de ceux qu'il nommait "les lâches" ou "les salauds".

Pour le romanesque héros Guéant, ce sera deux en un, comme pour les pastilles de produit lave-vaisselle :

Le "salaud" a collaboré activement à transformer son Pays un haut lieu d'occupation policière et de stigmatisation oppressive d'une communauté ethnique et religieuse .

Le "lâche" quitte passivement le navire, qu'il a collaboré à faire couler abondamment, en soutenant, contre vents et icebergs, les dérives d'un capitaine mythomane, capricieux et naviguant sans cap ni boussole.

D'autres comme Guéant, quittent, mine de rien, le navire, se cherchent leur nid à rats avec gamelle bien garnie, où se retrouver bien au chaud, entre Uèmepés, sans attendre le naufrage final !

C'est un véritable pandémonium qui se déroule devant nos yeux médusés :

Entendez les, voyez-les, tous ces planqués-gavés de la bientôt ex-Sarkozie ! Ils ne savent plus quel mensonge énoncer, quelle énormité légiférante proférer, pour soutenir en public l'insanie flagrante de leur démiurge et dénigrer par avance les maigres avancées de ceux qui lui succéderont.. Il ne savent plus que déblatérer, pour encore plus désespérer Billancourt !

...Et malgré toute cette agitation mauvaise, ils ne parviennent même pas à cacher qu'ils se cherchent une nouvelle planque, pour après, quand IL sera tombé..

Et c'est la bonne nouvelle dans tout ça :

La réélection de Sarkozy doit vraiment sentir le roussi, pour que tous ces ministres d'Etat et autres aboyeurs tournants de la Présidence, s'agitent ainsi, en anticipant le verdict des urnes, tels des scélérats plongés dans les flammes infernales au lendemain du Jugement Dernier...

"L'enfer, c'est les autres", disait encore Sartre ...

Alors, que ces autres, ces aliens, s'en aillent, tous ! A Boulogne, à Billancourt, au Diable !

Ou en Enfer, que diable !

Ils y seront moins incongrus qu'à l'"Elysée" !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik