Covid-19 : « Hors de question que je viole le secret médical ! »

Un médecin témoigne des pressions de l'État. Dans un pays libre, chacun se réjouirait de la fin de l'épidémie (voir courbe). En France, l'État fait comme si l'épidémie débutait (700 000 tests par semaine après la bataille!?) et demande aux médecins de rompre le secret médical. Gravissime.

« Ils nous demandent de recenser toutes les personnes qui vivent avec vous et tous les “cas contacts“ avec leurs coordonnées et leur adresse pour le faire remonter à l’assurance maladie afin qu’ils leur envoient une brigade sanitaire  ». 

Autres projets scélérats : le Health Data Hub , très joli nom pour une base de donnée santé hébergée par Microsoft (Bill Gates, ça vous dit quelque chose?). Précisions après la video.

LES LOIS SONT FAITES POUR PROTÉGER LES CRIMINELS ET JUSTIFIER LA VIOLENCES SUR LES PEUPLES. © insoumis jules ngan soutien aux gilets jaunes

Le Health Data Hub est sur les rails depuis décembre 2019, le choix de Microsoft serait un choix "d'opportunité" pour "aller vite"...

Aller vite pour surfer sur la vague covid-19 ??

Le projet de loi en cours risque bien de forcer à alimenter cette base de données, et pourquoi pas permettre aux banques, assurances, employeurs, futurs employeurs, ministère de l'Intérieur... de disposer de nos précieux pedigrees de santé ? Enquête et vigilance s'impose.

 

Côté délation:

Commentaire du médecin qui m'a informé (ce n'est pas le même que celui de la vidéo ci dessous) :

« L'État demande aux médecins de rompre le secret médical, signaler les patients Covid et leurs proches pour envoyer la brigade sanitaire.

Les médecins sont ulcérés.

Certaines maladies sont à déclaration obligatoire : la liste est fixée par le ministère : Peste, HIV, fièvre jaune, tétanos... Il y en à une trentaine.
Pas le Covid et j'espère jamais.
En contre partie, les médecins seront payés à chaque signalement.

Ils ne le feront pas, enfin j'espère...

En plus apparemment loi en cours pour saisir sans consentement les données de santé qui seront stockées dans les serveurs de Microsoft.

Jusqu' où s'arrêteront ils ? ». 

 

POINT ÉPIDÉMIE : Un institut statistique de Singapour a repris les données de contamination (histogramme bleu très erratique à cause des récupérations de données peu régulières, notammant), et tracé la courbe estimative. La contagiosité recule très clairement, comme une grippe saisonnière en fin de parcours.

Ce sont les nouveaux cas de contamination qui déterminent la contagiosité du moment (logique).

Aucun média (part ou pas) ne publie ces courbes. Sur les sites gouvernementaux, il faut bac+4 et du temps devant soi pour reconstruire par soi-même une courbe (!!??). Pour comparer, voir le site islandais, pays qui n'a rien à cacher sur le covid : covid.is/data.

Avec 700 000 tests dépistage par semaine annoncés, il y a un loup potentiel : le risque est faire remonter artificiellement le nombre de contaminations nouvelles. Tant que les cas sont dépistés de la même manière, l'évolution de la contamination est cohérente (même si il y a surestimation ou sous-estimation, l'important est de conserver une méthode stable pour la dynamique contagieuse).

Si le nombre de cas nouveaux est divisé par 5 toutes les semaines (dans la réalité), et qu'on dépiste 10 fois plus, le nombre de "cas nouveaux" est doublé...

Gare à la deuxième vague virtuelle.

Suivi des cas nouveaux Covid-19 : La fin de l'épidémie en France se profile (Courbe orange extrapolée par institut singapourien) Suivi des cas nouveaux Covid-19 : La fin de l'épidémie en France se profile (Courbe orange extrapolée par institut singapourien)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.