basicblog
Abonné·e de Mediapart

88 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mai 2016

CGT contre Loi Travail : “Mais non, t’es pas toute seule“

Ces dernières semaines, les « casseurs » étaient dans toutes les bouches médiatiques et gouvernementales. Depuis la contagion des grèves, il n’y en a plus que pour les « bloqueurs » de la CGT. La Nuit Debout est jalouse. Les syndicats pas trop, apparemment. Voici ce qu’en pensent des manifestants partis de la Bastille.

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un vent d’optimisme souffle sur la manifestation, en cette grise journée parisienne. C’est que dans les raffineries, les dépôts de carburants, chez les cheminots et même dans les centrales nucléaires, la grève a démarré fort.

En chasubles orange fluo, une délégation détonne dans le paysage : des militants CFDT. Impossible de ne pas les titiller, en l’occurrence Mr Gillet, secrétaire adjoint dans la branche métallurgie. « Elle est où la violence, dans la rue ou dans le 49.3 ? » : balayant la polémique des “casseurs“, il préfère évoquer les « arcs-boutements » générés par la politique actuelle. Il récuse tout autant le terme de blocages, suite évidente des piquets de grève. Selon lui, l’acceptation de la Loi Travail par sa fédération nationale ne reflète pas ce que pensent la majorité des adhérents CFDT : « Que Jean-Claude Mailly écoute sa base, et qu’il s’applique à lui-même le principe du referendum » ; il fait ainsi référence au referendum d’entreprise prévu par la nouvelle loi. Un autre collègue intervient : « C’est une certitude ; les syndicalistes CFDT sont plus à gauche que la moyenne, les français sondés sont à 70% contre la loi. Donc un referendum interne montrerait que nous sommes contre ». En algèbre, ce raisonnement s’appelle une relation transitive. L’appareil syndical ne se résume pas à une science, mais déjà, la CGT apparaît moins seule.

Les cortèges aussi ont leur logique : en tant que minoritaires, les chasubles oranges ferment le bal. Devant eux les sections de FO, devancés par la CGT certes imposante, et les syndiqués de SUD Solidaires, moins disciplinés, qui sont souvent visibles en tête avec les jeunes manifestants ou bien en milieu de défilé.

En accélérant un peu le pas, nous tombons rapidement sur les lignes FO et Luc, directeur d’école au Val de Marne. En réponse à la position de son secrétaire Jean-Claude Mailly, qui semblerait ouvrir la porte à des compromis, il « souhaite un appel net et clair » contre la loi. Son camarade rétorque : « aujourd’hui l’important, c’est que tout le monde soit réuni dans la lutte ». Parmi les militants interrogés, pas d’esprit corporatiste. Indifférents à leur appartenance, ils sont tous polarisés sur l’objectif commun, le retrait de la loi. Surement pas démentis par les grèvistes FO de la raffinerie GrandPuits, arborant fièrement leur banderolle « Ni amendable Ni négociable ».

Syndicalistes de CFDT et FO en conversation, manifestation du 26 mai à Bastille

Dans un autre style, l’affiche CGT « Rétablissement des élections prud’homales » remet en cause la loi Macron. L’un des porteurs est juge CGT aux Prud’homs. bientôt retraité. Il déplore parmi d’autres effets de cette loi, la « prescription réduite à 3 ans des heures sup impayées. » D’expérience, il sait que de nombreux salariés ne seront pas indemnisés de leur travail, car la prescription est vite arrivée. « Deux siècles de lutte, le PS t’auras tombé ça en deux secondes », assène-t-il. Côté syndicats, il observe qu’un certain « fatalisme, une technicité s’est installée, j’te donne un bout tu m’en redonnes un autre ». Il ne considère pas ses collègues manifestants comme étant des « durs », mais note que le mouvement de contestation se structure, « gagne en profondeur ». Quand à la CGT mise dans le collimateur, il répond : « Y’a pas que la CGT, c’est dégueulasse pour les autres ». Puis il embraye sur la Nuit Debout : « La CGT n’aurait pas bougé sans la Nuit Debout. En bouddhisme, c’est le centre vide, absence d’autoritarisme. La Nuit Debout, c’est le projet, les syndicats, c’est le rapport de force ». Les « précaires du supérieur » ont selon lui, le temps et la connaissance nécessaire pour construire le projet. Lui n’a plus assez d’énergie après le travail et ses extras aux prud'homs. « Faut imaginer, pas seulement rationnaliser », conclue-t-il.

Venus chercher des avis sur une polarisation politico-médiatique, nous n’avons trouvé que des convergences. En fort contraste avec la fragmentation syndicale observée depuis plusieurs années. Une unité de circonstance face à l’adversité, sans doute, par des syndicalistes éloignés des sommets d’appareil. Mais le sentiment d’un changement de la donne se dégage. Sur France Info ce matin, le journaliste Jean Leymarie demandait à Laurence Parisot : « Les manifestations continuent, les blocages aussi. Qui doit reculer, la CGT ou le gouvernement ? ». Le gouvernement, peut-être ; en face en tous les cas, la CGT ne sera pas seule pour décider. D’autant moins en cette heure, où les forces de l’ordre ont imposé la réouverture de la plupart des dépôts de carburants. Et après que sept organisations opposées au projet aient annoncé dans la nuit, une « consultation nationale », et demandent à rencontrer François Hollande.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE