basicblog
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mai 2016

CGT contre Loi Travail : “Mais non, t’es pas toute seule“

Ces dernières semaines, les « casseurs » étaient dans toutes les bouches médiatiques et gouvernementales. Depuis la contagion des grèves, il n’y en a plus que pour les « bloqueurs » de la CGT. La Nuit Debout est jalouse. Les syndicats pas trop, apparemment. Voici ce qu’en pensent des manifestants partis de la Bastille.

basicblog
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un vent d’optimisme souffle sur la manifestation, en cette grise journée parisienne. C’est que dans les raffineries, les dépôts de carburants, chez les cheminots et même dans les centrales nucléaires, la grève a démarré fort.

En chasubles orange fluo, une délégation détonne dans le paysage : des militants CFDT. Impossible de ne pas les titiller, en l’occurrence Mr Gillet, secrétaire adjoint dans la branche métallurgie. « Elle est où la violence, dans la rue ou dans le 49.3 ? » : balayant la polémique des “casseurs“, il préfère évoquer les « arcs-boutements » générés par la politique actuelle. Il récuse tout autant le terme de blocages, suite évidente des piquets de grève. Selon lui, l’acceptation de la Loi Travail par sa fédération nationale ne reflète pas ce que pensent la majorité des adhérents CFDT : « Que Jean-Claude Mailly écoute sa base, et qu’il s’applique à lui-même le principe du referendum » ; il fait ainsi référence au referendum d’entreprise prévu par la nouvelle loi. Un autre collègue intervient : « C’est une certitude ; les syndicalistes CFDT sont plus à gauche que la moyenne, les français sondés sont à 70% contre la loi. Donc un referendum interne montrerait que nous sommes contre ». En algèbre, ce raisonnement s’appelle une relation transitive. L’appareil syndical ne se résume pas à une science, mais déjà, la CGT apparaît moins seule.

Les cortèges aussi ont leur logique : en tant que minoritaires, les chasubles oranges ferment le bal. Devant eux les sections de FO, devancés par la CGT certes imposante, et les syndiqués de SUD Solidaires, moins disciplinés, qui sont souvent visibles en tête avec les jeunes manifestants ou bien en milieu de défilé.

En accélérant un peu le pas, nous tombons rapidement sur les lignes FO et Luc, directeur d’école au Val de Marne. En réponse à la position de son secrétaire Jean-Claude Mailly, qui semblerait ouvrir la porte à des compromis, il « souhaite un appel net et clair » contre la loi. Son camarade rétorque : « aujourd’hui l’important, c’est que tout le monde soit réuni dans la lutte ». Parmi les militants interrogés, pas d’esprit corporatiste. Indifférents à leur appartenance, ils sont tous polarisés sur l’objectif commun, le retrait de la loi. Surement pas démentis par les grèvistes FO de la raffinerie GrandPuits, arborant fièrement leur banderolle « Ni amendable Ni négociable ».

Syndicalistes de CFDT et FO en conversation, manifestation du 26 mai à Bastille

Dans un autre style, l’affiche CGT « Rétablissement des élections prud’homales » remet en cause la loi Macron. L’un des porteurs est juge CGT aux Prud’homs. bientôt retraité. Il déplore parmi d’autres effets de cette loi, la « prescription réduite à 3 ans des heures sup impayées. » D’expérience, il sait que de nombreux salariés ne seront pas indemnisés de leur travail, car la prescription est vite arrivée. « Deux siècles de lutte, le PS t’auras tombé ça en deux secondes », assène-t-il. Côté syndicats, il observe qu’un certain « fatalisme, une technicité s’est installée, j’te donne un bout tu m’en redonnes un autre ». Il ne considère pas ses collègues manifestants comme étant des « durs », mais note que le mouvement de contestation se structure, « gagne en profondeur ». Quand à la CGT mise dans le collimateur, il répond : « Y’a pas que la CGT, c’est dégueulasse pour les autres ». Puis il embraye sur la Nuit Debout : « La CGT n’aurait pas bougé sans la Nuit Debout. En bouddhisme, c’est le centre vide, absence d’autoritarisme. La Nuit Debout, c’est le projet, les syndicats, c’est le rapport de force ». Les « précaires du supérieur » ont selon lui, le temps et la connaissance nécessaire pour construire le projet. Lui n’a plus assez d’énergie après le travail et ses extras aux prud'homs. « Faut imaginer, pas seulement rationnaliser », conclue-t-il.

Venus chercher des avis sur une polarisation politico-médiatique, nous n’avons trouvé que des convergences. En fort contraste avec la fragmentation syndicale observée depuis plusieurs années. Une unité de circonstance face à l’adversité, sans doute, par des syndicalistes éloignés des sommets d’appareil. Mais le sentiment d’un changement de la donne se dégage. Sur France Info ce matin, le journaliste Jean Leymarie demandait à Laurence Parisot : « Les manifestations continuent, les blocages aussi. Qui doit reculer, la CGT ou le gouvernement ? ». Le gouvernement, peut-être ; en face en tous les cas, la CGT ne sera pas seule pour décider. D’autant moins en cette heure, où les forces de l’ordre ont imposé la réouverture de la plupart des dépôts de carburants. Et après que sept organisations opposées au projet aient annoncé dans la nuit, une « consultation nationale », et demandent à rencontrer François Hollande.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières