batardy
Historien - Géographe
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2017

La dérive nationaliste de Jean-Luc Mélenchon

batardy
Historien - Géographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n'est pas le populisme qui a gagné avec le Brexit et Trump, mais le capitalisme qui veut régner désormais sans garde fou, sans même l'once d'une sociale démocratie, c'est à dire sans régulation par des services publics, la retraite par répartition et une fiscalité redistributive.

L’Angleterre du Brexit rêve de se détacher de l'Europe pour faire des affaires avec Trump et son gouvernement de milliardaires. Les oligarques ne sont pas seulement en Russie, ils gouvernent dans de nombreux pays. Or pour eux l'Europe, que l'on peut pourtant juger comme trop libérale depuis le traité de Masstricht, est un carcan qu'il faut jeter aux oubliettes de l'histoire en expliquant, car il faut bien désigner un responsable, que les difficultés économiques et sociales proviennent non pas des politiques menées par les gouvernements et les entreprises, mais des plus pauvres, à savoir les migrants. L'histoire ne se répète pas dit-on, soit, mais la période à des relents fascisants.

Ce n'est donc pas un hasard si le milliardaire Trump rêve d'une Europe qui n'existerait plus et s'en prend pour cela à Angela Merkel, en indiquant qu'elle a fait une « erreur catastrophique » sur la question des migrants. Angela Merkel a été en effet seule pendant plusieurs mois à revendiquer l’accueil de milliers de migrants fuyant la guerre, le terrorisme, la crise économique et des régimes dictatoriaux. Elle s'est opposée aux politiques de rejet des migrants menées par les autres dirigeants européens et elle est toujours seule malgré les attentats,et malgré la montée d'une extrême droite en Allemagne, a dénoncer l'oppression subie par le peuple syrien sous la dictature de Bachar El Assad. C'est elle qui déclare qu'il ne faut pas confondre les terroristes et les réfugiés qui fuient, pour la grande majorité d'entre eux, les bombes du dictateur de Damas.

Concernant le régime syrien et les agissements de Poutine aucun des principaux candidats français ne suit la ligne défendue par Angela Merkel. La plupart, de Fillon à Le Pen (cessons de l'appeler Marine, est ce que l'on dit François?) en passant par Mélenchon, ne formulent pas de critiques publiques à l'encontre du dictateur de Damas et n'ont pas remis en cause le bombardement d'Alep Est par Poutine au nom de la lutte contre Daech.

Sur la question des migrants le candidat Mélenchon (dont l'auteur de ces lignes soutenait pourtant en janvier la candidature sur ce blog) avait déjà été l'auteur de déclarations « douteuses » sur les travailleurs détachés et les « 10 000 médecins » - à l'occasion d'une interview au Monde le 25 août 2016- seuls types de migrants qui devraient être autorisés à s'installer par le candidat revendiqué de la vraie gauche.

Sur les questions internationales et sur la question des migrants, la dérive nationaliste de Jean-Luc Mélenchon est assumée. Il ne s'agit pas contrairement aux dires de ses supporters inconditionnels d'écarts de langage, ou de propos détournés par les journalistes. Le candidat Jean-Luc Mélenchon de 2017 a abandonné sur ces questions une partie des valeurs dont il était porteur en 2012.

Lors de l’émission politique des Paroles et des Actes, en janvier 2012, Jean-Luc Mélenchon avait été questionné sur la première destination qui serait la sienne si il était élu président de République. Il avait alors répondu « l'Algérie ». A cette même question répondrait-il maintenant « la Russie » ?

En 2012, il aurait sans doute félicité Angela Merkel pour son accueil des migrants. En 2016 il n'a pas eu un mot de soutien pour la générosité dont a fait preuve la société allemande à rebrousse poil du rejet français. La France a en effet accueilli 10 000 Syriens depuis 2011 sur les 5 millions qui ont fui leur pays.

Sur la question des migrants et la question syrienne Angela Merkel a sauvé l'honneur de l'Europe en 2016. La CDU a été plus internationaliste que le SPD et Die Linke... et que Jean-Luc Mélenchon.

La « France insoumise » tourne le dos au discours de Marseille de Jean-Luc Mélenchon de 2012.

Est-ce le prix à payer pour gagner 3 à 4 % de voix en plus ?

Sur ces questions je ne vote pas Mélenchon mais …...Merkel car je suis un « internationaliste insoumis » !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt femmes, hommes et enfants sans abri ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema