batardy
Historien - Géographe
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2012

batardy
Historien - Géographe
Abonné·e de Mediapart

Les mots en politique ont toujours une couleur !

batardy
Historien - Géographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministre de l'intérieur socialiste Manuel  Valls  vient d'indiquer ce vendredi 24 novembre, lors d'un déplacement à Lorient,  qu'il était « hors de question de laisser un kyste s’organiser à Notre Dame des Landes. Nous mettrons tout en œuvre pour que la loi soit respectée (...) pour que les travaux puissent avoir lieu».  Avec l'utilisation du mot kyste un palier vient d'être franchi dans l'escalade verbale qui s'empare des élus socialistes de la région des Pays de la  Loire et des membres du gouvernement.  En choisissant sciemment ce terme,  le ministre  utilise un vocabulaire de rejet et de non retour. Le propos n'est plus politique il est chirurgical. L'application de la loi par tous les moyens serait  à la protestation politique ce que le bistouri est à un kyste malin. Ainsi, certaines oppositions ne s'affrontent plus politiquement, elles se combattent, elles s'éradiquent car elles constituent un corps étranger.
    Cela n'est pas nouveau direz-vous, car on observe que depuis plusieurs années, les hommes politiques ont pris l'habitude de se « lâcher ». Jean Pierre Chevènement parlait de « Sauvageons » au milieu des années 90 pour parler des habitants des banlieues, territoires que par la suite Nicolas Sarkozy proposa de nettoyer au  Karcher. Vocabulaire de la stigmatisation donc, du rejet, qualifiant l'autre de telle sorte qu'il n'y a plus d'autre alternative que son élimination sociale.
L'enjeu de la petite phrase prononcée par M. Valls dépasse donc le débat sur la pertinence du projet d'aéroport. Le Ministre de l'Intérieur a ici franchi une ligne, utilisant un vocabulaire nauséabond qui est celui de l'extrême droite.
Or que reste-t-il comme digue politique quand on commence à utiliser le vocabulaire des Le Pen ?
De plus cela fait suite à un certain nombre d'actes politiques à mettre à l'actif du ministre de l'intérieur depuis juin 2012 : évacuation d'un camp de Roms avant une décision de justice à Evry (ville de M. Valls) -  abandon du projet de récépissé lors des contrôles - silence après une manifestation d'extrême droite « civitas ». Cela fait beaucoup de renoncements, cela au bout du compte ne présente pas de différence avec la politique d' Hortefeux, l'auvergnat de triste mémoire.
Tout le gouvernement est entaché par les propos de M . Valls. Tous les électeurs qui ont voté à gauche au second tour de la présidentielle, ceux qui ont permis (sans forcément le vouloir il est vrai) que M. Valls accédât quelques semaines plus tard au rang de ministre, se sentent trahis. Les dernières révélations sur la campagne de M. Sarkozy révèlent que l'équipe de campagne de l'UMP avait un moment pensé à Mme Le Pen comme Ministre de l'Intérieur. Le peuple de gauche va-t-il  apprendre dans quelques jours que les Sarkozystes avaient également pensé à M. Valls ?
Honte à vous M.Valls car la bleue marine qui guette à l'orée du bois se réjouit de vous entendre et de vous voir faire.
Christophe Batardy – co secrétaire départemental du Parti de Gauche en Loire Atlantique
Nantes le 24 novembre 2012.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias