La terre est plate, Tariq Ramadan un « méchant »

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford qui est et restera innocent, jusqu’à preuve du contraire, dans la procédure judiciaire lancée à son encontre. Le traitement judiciaire de cette affaire s’est avéré être non impartial et résolument à charge. Sa couverture médiatique constitue aujourd’hui ni plus ni moins qu’une machine de propagande

En France uniquement, la couverture médiatique de Tariq Ramadan et de ses idées est quasi-systématiquement hostile et tendancieuse depuis de nombreuses années. Tariq Ramadan est de facto persona non gratta dans la sphère publique et médiatique française et lorsqu’il parvient à s’y exprimer, il ne peut pas et ne doit pas apparaître autrement que d’une façon déformée, loin de ce qu’il est réellement : un homme intelligent, doué de bon sens, de courage et de détermination dans son travail humaniste d’éveil des esprits. Au lecteur averti, il n’aura pas échappé la couverture de « grands » médias tels que Libération ou BFMTV suscitant désormais la désapprobation populaire (en particulier depuis la couverture du mouvement des gilets jaunes) qui n’ont de grands que la taille de leur mensonges répétés. Certains de leurs « journalistes » se sont fait une spécialité de faire avec acharnement de « l’anti-ramadan » de masse, déconnecté de la réalité, vulgaire et entêté. Dès qu’il s’agit de Tariq Ramadan, 1+2 ne font plus 3 mais 7 et la logique la plus élémentaire ne doit plus s’appliquer : si nous lâchons une balle de notre main, alors cette balle, ne tombe pas : nécessairement, elle vole …

Cette sphère médiatique française dans sa quasi-totalité a rendu, depuis plusieurs années, obligatoire l’association entre les termes « Tariq Ramadan » et « méchant ». Point de questionnement permis, aucune approche nuancée ou critique admise! Point final! D’ailleurs, il est également une obligation d’accepter sans réfléchir l’idée que la terre est plate! Toute personne pensant qu’il en est autrement a bien évidemment, comme le martèlent ces médias à longueur de journée, un problème. Ces personnes doivent songer à se remettre en question dans la profondeur, considérer la psychiatrie et surtout elles doivent se défaire de « l’emprise psychologique » que les extraterrestres exercent sur elles pour oser croire que la terre est autrement que plate! Alors que par le passé il fallait associer le mot Tariq Ramadan avec « double » ceci « double » cela, bref « double » tout, à présent, le message des médias de masse synchronisés est clair : il faut associer les mots Tariq Ramadan à « violant » « violeur ». La terre est plate et Tariq Ramadan est un méchant violent! Point final!

Au début de l’affaire judiciaire en Octobre 2017, la précaution était de mise quant à bien respecter la présomption d’innocence et prendre avec le plus grand respect et sérieux possible, la parole des demandeurs en justice. En effet, nous étions, cette fois non pas dans un simple débat d’idées, sur un plateau de télévision ou dans une conférence, mais dans le cadre judiciaire d’une procédure contenant des accusations graves et sérieuses. Ces dernières viendront, à l’issu de la procédure, remettre en cause en profondeur la bonne foi ainsi que la crédibilité et l’honneur soit du demandeur soit du défendeur en justice car une des deux parties a forcément menti. L’heure était grave.

Or, l’opinion publique avisée a assisté à la mise en place d’un système de lynchage, dans un élan à moitié surprenant, visant à salir et à faire taire à jamais cet « arabe insolent ». Une machine de propagande en bonne et due forme, parfaitement bien rodée s’est mise en marche dès le début de ladite « affaire Tariq Ramadan ». Cette machine a tout d’abord fait voler en éclat toute notion de secret de l’instruction dans l’indifférence générale puis, semaine après semaine, s’est chargé de raconter de façon invraisemblable des faits de plus en plus douteux. Cet accusé a, dans les faits, été condamné à l’avance par les médias. Incarcéré sur décision de l’administration judiciaire, avec l’influence ou non des médias, contre l’avis de plusieurs médecins pour raison de santé et malgré des expertises psychiatriques (attestant de l'absence de toute dangerosité psychiatrique et criminologique), par « nécessité » nous disaient-on. Une administration judiciaire faisant du Droit « sur-mesure » s’était mise en place pour Tariq Ramadan, traitant cette affaire judiciaire avec une sévérité qu’aucune autre affaire récente ayant pour objet une accusation de viol n’aura reçue, impliquant diverses personnalités publiques françaises. Une justice tarif « Silence ! Un arabe/musulman ne peut être que coupable et certainement pas être un intellectuel éloquent et brillant » s’est déployé. C’est ainsi que, l’accusé désormais derrière les barreaux, des manœuvres « journalistiques » plus lâches les unes que les autres ont été déployées, en l’absence de possibilité de répondre pour le principal concerné, trainé ainsi dans la boue médiatique des mois entiers durant.

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford qui est et restera innocent, jusqu’à preuve du contraire, dans la procédure judiciaire lancée à son encontre en Octobre 2017. Le traitement judiciaire de cette affaire s’est avéré au fil du temps être non impartial, résolument à charge et plein d’incohérences et de manquements. La couverture médiatique entourant cette affaire continue d’être très controversée et constitue aujourd’hui ni plus ni moins qu’une machine de propagande.

Près de deux ans après le début de l’affaire et vu la tournure prise par les évènements, Tariq Ramadan est aujourd’hui très vraisemblablement victime d’une manipulation visant à faire taire l’homme et ses idées ou au moins à atteindre sa crédibilité en profondeur en le « défigurant » médiatiquement pour ainsi indirectement attenter à ses idées. Car Tariq Ramadan est un homme écouté. En fait, il est même très écouté. Il suffit simplement de mentionner les enquêtes des services de police, qui ont montré depuis des mois une concertation, antérieure de plusieurs années au début de l’affaire judiciaire, pouvant laisser présumer d’autre chose qu’une simple coïncidence quant au calendrier de la survenue des plaintes.

En effet, ce qu’il est important à rappeler c’est qu’un Tariq Ramadan debout, allant de conférence en conférence et menant un travail acharné sur tous les fronts est beaucoup trop couteux pour un certain nombre de lobbys, de gouvernements et d’entités peu enclines à favoriser ou à respecter le Droit International ou les principes fondamentaux des Droits de l’homme par exemple. Ainsi, avec les interventions publiques de Tariq Ramadan, de nombreuses causes « perdues », noyées dans le bruit médiatique, ou réduites au silence, regagnent en vitalité et en importance.

Avec un Tariq Ramadan debout et actif, allant de conférence en conférence et menant un travail énergique, les politiques et guerres de prédation, illégales et illégitimes menées par certains gouvernements contre des pays souverains et contre leur peuples innocents, deviennent plus difficiles à légitimer et à accepter; les politiques d’oppression et de colonisation à admettre; la colonisation des esprits plus difficile à atteindre. Avec un Tariq Ramadan debout et actif, il devient plus difficile d’aliéner de leur religion des hommes et des femmes adeptes de l’Islam en France. Avec un Tariq Ramadan debout et actif, il devient plus difficile de manquer de rigueur dans l’emploi aléatoire et abusif de mots « fourre-tout » tels que « islam », « musulman », « islamiste », « charia » dans la sphère publique et les médias. Surtout, avec un Tariq Ramadan debout et actif, il est plus difficile de retirer aux musulmans de France leur liberté de sujet pour leur faire croire qu’ils ne sont que de simples objets devant se soumettre aux politiques de domestication et devant ainsi faire preuve d’une docilité sans limite. Avec un Tariq Ramadan debout et actif, un « Cessez d’exister et allez vous cachez musulmans de France! » devient moins possible à infuser dans l’inconscient collectif français. Bref, avec un Tariq Ramadan debout et actif, c’est une contribution considérable qui est apportée à l’éclairage des esprits pour la prise de consciences de certains sujets de société importants. Le travail que Tariq Ramadan mène est beaucoup trop couteux pour le mensonge, auquel il nuit de fait.

Tariq Ramadan © Tariq Ramadan Tariq Ramadan © Tariq Ramadan

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford qui est et restera innocent, jusqu’à preuve du contraire, dans la procédure judiciaire lancée à son encontre en Octobre 2017. Le traitement judiciaire de cette affaire s’est avéré au fil du temps être non impartial, résolument à charge et plein d’incohérences et de manquements. La couverture médiatique entourant cette affaire continue d’être très controversée et constitue aujourd’hui ni plus ni moins qu’une machine de propagande.

Lors de son intervention publique sur RMC, sans doute en partie sous l’effet de la pression intenable que l’hôte a ouvertement admis avoir reçu, Tariq Ramadan s’est vu une fois de plus imposé une présomption d’innocence inversée, dans les faits une présomption de culpabilité ; une culpabilité qu’il était une fois de plus en charge de défaire. Tout, une fois de plus, de Tariq Ramadan, devait être traité avec suspicion et l’invité était grondé tel un jeune élève d’école primaire « immature » et « insolent » et poussé à se dépêcher lorsqu’il prenait un minimum de latitude dans le temps pour exprimer clairement son message. D’ailleurs, lors de cette interview, ne fallait-il pas de manquer de s’offusquer d’une sortie de livre un mercredi « 11 septembre » … Depuis cette première sortie médiatique, les articles et reportages hostiles, malhonnêtes et approximatifs pleuvent … que ce soit des journalistes immatures faisant passer l’intervention sur RMC pour une vulgaire et bien « osée » campagne de promotion d’un livre ou encore ceux qui parlent d’un Tariq Ramadan faisant « sa charia » (que signifie d’ailleurs une telle phrase ... ?).

Si Tariq Ramadan dérange autant, c’est qu’il apporte des vérités dérangeantes. La voix et le message de Tariq Ramadan, cible d’une manœuvre médiatique de masse (désormais vraisemblablement plus qu’une manœuvre simplement médiatique), méritent, précisément pour cette raison, plus que jamais une attention et une écoute plus forte. Cela doit se faire tout en gardant, bien évidemment, un esprit critique envers son discours, comme il en va pour le discours de n’importe quelle personnalité publique. Tariq Ramadan est certes une référence dans son domaine, mais il demeure un être humain et ne détient pas la « vérité absolue »… Être d'accord ou non avec ses idées reste le droit le plus fondamental de tout un chacun. Respecter l'homme dans sa dignité, ses droits et libertés est l'obligation de tous, y compris celle des « médias de masse ».

Gardons toujours à l’esprit la citation de Malcom X : « Les médias sont les entités les plus puissantes sur terre. Ils ont le pouvoir de rendre les innocents coupables et de faire des coupables des innocents. Et c'est ça le pouvoir. Parce qu'ils contrôlent l'esprit des masses. »

Tariq Ramadan est un Professeur de philosophie suisse enseignant à l’université d’Oxford qui est et restera innocent, jusqu’à preuve du contraire, dans la procédure judiciaire lancée à son encontre en Octobre 2017. Le traitement judiciaire de cette affaire s’est avéré au fil du temps être non impartial, résolument à charge et plein d’incohérences et de manquements. La couverture médiatique entourant cette affaire continue d’être très controversée et constitue aujourd’hui ni plus ni moins qu’une machine de propagande.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.