Baudouin JURDANT
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2011

Excellence ad nauseam

Baudouin JURDANT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Excellence » ad nauseam !

par Baudouin Jurdant

Il existe des modes. Personne ne contestera leur utilité. Elles focalisent notre attention sur des aspects particuliers de notre vie collective. Elles assurent une veille des nouveautés. Elles rythment le temps présent en nous révélant de nouvelles formes. Tout à coup, des mots, bien connus de tous auparavant et dont l’usage à bon escient ne posait pas de problème, se trouvent tout à coup promus à la « une » des journaux, aux commentaires radiophoniques du matin, à des reprises fréquentes dans les discours politiques, etc. Ils deviennent des mots d’ordre et nourrissent de nouveaux slogans. Ainsi en va-t-il aujourd’hui de « l’excellence ». Nous nageons depuis quelque temps dans l’excellence. « Excellent ! » me direz-vous. A voir.

Curieusement, le monde académique, généralement résistant aux vagues éphémères de ces modes, se trouve aujourd’hui englué dans cette logorrhée de l’excellence.

A l’origine de cette rhétorique, il faut sans doute évoquer l’obsession évaluative qui inspire les décisions politiques et les projets que nous sommes sommés de présenter devant toutes sortes d’instances bureaucratiques censées identifier l’excellence à coup sûr, la reconnaître au premier coup d’oeil dans n’importe quel ensemble de propositions diverses. Il est d’ailleurs conseillé d’aider ces instances évaluatives à faire leur travail grâce à une « auto-déclaration d’excellence ». Ainsi en va-t-il notamment des « labex », ces laboratoires d’excellence qui vont nous faire gagner les compétitions scientifiques mondiales les plus féroces ! Il faut aujourd’hui clamer bien haut sa propre excellence.

Naturellement, il n’est pas certain que l’on vous croira. L’excellence se nourrit d’indicateurs chiffrés, de recommandations prestigieuses, de réseaux d’influences étendus, de stratégies systématiques de lobbying, de complicités politiques tacites, bref de tout un arsenal d’instruments précis destiné à « faire preuve ». Mais tout cet attirail ne se met à fonctionner qu’après avoir répondu positivement à cette injonction d’excellence auto-déclarée !

Le monde académique est-il vraiment tombé si bas qu’il accepte ainsi d’entrer sans trembler dans cette foire aux vanités ? Là où nos traditions nous obligeaient à rester sérieux en toute occasion, rigoureux par rapport aux autres et à nous-mêmes, et surtout modestes dans nos prétentions à mieux comprendre le monde qui nous entoure, nous devons maintenant bomber le torse et nous faire voir sous notre meilleur jour.

Peut-être faudrait-il y voir les effets pervers d’une contamination du politique ? On nous apprend à fabriquer des projets qui doivent coûter le plus cher possible, la visibilité qui en découle devant ainsi fonder leur crédibilité. On nous veut compétitifs comme si la pensée n’était tout compte fait qu’une sorte de sport. Science et philosophie sur le podium.

De telles dispositions risquent fort d’achever la ruine de l’université et du monde académique. Certes, on n’a pas attendu ces injonctions multiples d’excellence pour que s’expriment les fatuités personnelles qui balisent depuis toujours certaines carrières de nos plus éminents collègues. Le monde académique est propice au développement de ces sentiments d’importance. Mais ce qui peut paraître relativement nouveau, c’est l’apparition de fatuités collectives. Nous devons dire que nous sommes les meilleurs pour que l’on commence à nous croire. C’est un désastre.

Pourquoi sommes-nous si prompts à nous ajuster aux critères de Shangaï ? Pourquoi nous conformons-nous si aisément au benchmarking ? Pourquoi acceptons-nous de nous comparer en permanence les uns aux autres ? Serait-ce pour nous rassurer nous-mêmes sur notre propre excellence ? Ne devrions-nous pas plutôt résister collectivement à ces appels à l’autosatisfaction ? Il faut renouveler l’enthousiasme académique. Mais ne serait-il pas temps de placer ce renouvellement sous le signe de la coopération plutôt que sous celui de la compétition ? C’est en coopérant que l’université peut retrouver cette collégialité que des règles administratives harassantes inspirées par des préoccupations politiques incroyablement superficielles ont sérieusement mises en danger.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN