bd plus
Cyberdémocrate & Entrepreneur
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 févr. 2010

Lutter contre la criminalité et pédopornographie sur Internet ? Oui, mais pas à n'importe quel prix !

A l'aube du vote à l'Assemblée Nationale mardi prochain de la loi LOPPSI, je tiens à porter à la connaissance de tous deux éléments d'information qui présentent parfaitement la réalité de la criminalité et pédopornographie sur Internet.

bd plus
Cyberdémocrate & Entrepreneur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'aube du vote à l'Assemblée Nationale mardi prochain de la loi LOPPSI, je tiens à porter à la connaissance de tous deux éléments d'information qui présentent parfaitement la réalité de la criminalité et pédopornographie sur Internet.

1/ le cas du Russian Business Network (RBN) analysé par la société iDefense filiale de Verisign ,

2/ l'analyse du cadre légal de la pédopornographie dans le monde (cf la carte en page 2 du document) par l'International Centre for Missing & Exploited Children (ICMEC).

Ils démontrent qu'on peut lutter efficacement contre ces crimes et délits en menant une action concertée en amont entre différentes autorités de plusieurs pays. Alors qu'une approche en aval par le filtrage d'Internet comme cela est envisagé dans la loi LOPPSI ne protègera personne et encore moins les enfants de la pédopornographie. Filtrer les contenus illégaux et offensants sur Internet c’est ne pas les voir mais certainement pas lutter contre.

Le gouvernement français veut vraiment lutter contre la criminalité et pédopornographie sur Internet alors qu'il renforce les moyens d'investigation des autorités compétentes pour identifier, rechercher, surveiller, trouver les contenus et zones où prolifèrent ces criminels, mafieux et prédateurs d'enfants. L'affaire Russian Business Network (RBN) est la preuve qu'on peut neutraliser une organisation mafieuse. Enfin, que le gouvernement français travaille à une harmonisation de la législation internationale en matière de pédopornographie comme le mentionne Daniel Cardon de Lichtbuer de l'International Centre for Missing and Exploited Children (ICMEC).

Depuis qu’Internet a été libé­ra­lisé aux débuts des années 1990 il a beau­coup changé en vingt ans donc oui il faut évoluer mais pas n’importe com­ment ni à n’importe quel prix. Car cette ques­tion du fil­trage d'Internet pose celle du choix de société dans laquelle nous vou­lons vivre. Pour conclure on doit per­mettre aux français de pou­voir choi­sir entre une société de la liberté ou une société du contrôle et de la surveillance.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin