Calais: servir et protéger ce n'est pas gazer et assoiffer !

Des bidons d’eau potable destinés à des hommes, des femmes et des enfants ont été volontairement empoisonnés. Aspergés de gaz poivre ou lacrymogène. Par des hommes portant l'uniforme de la police française.

Ce n'est pas un roman ni un film. C’est ce que les associations et quelques citoyens mobilisés pour aider les migrants séjournant sur le territoire de la République française constatent début juillet à Calais, en France. Des citoyens, témoins involontaires de ces violences, dénoncent d'ailleurs depuis plusieurs mois un véritable harcèlement policier à l’encontre de ces hommes, ces femmes et ces enfants. A Calais, à Paris, en France. Dans une indifférence stupéfiante.

Il faut combattre cette indifférence. Difficile pour les simples administrés d'intervenir mais nos élus peuvent agir !

Mesdames, Messieurs les députés, vous pouvez proposer une résolution pour constituer une commission d’enquête parlementaire afin de faire toute la lumière sur les circonstances qui permettent le déploiement de cette violence. Si les policiers ont agi de leur propre initiative, ils  doivent être révoqués  et cette révocation doit être médiatisée. S’ils ont obéi à des ordres, leur hiérarchie doit être pareillement révoquée et ces agents doivent être poursuivis pour obéissance à un ordre manifestement illégal. Nul ne doit se sentir légitimé à profiter de la faiblesse de ces hommes, ces femmes et ces enfants qui vivent dans un tel dénuement, sans papiers, sans foyer, sans perspective, coupés de leurs origines et de leurs proches.

Vous pouvez aussi soutenir l’initiative de ces près de 500 organisations, associations et collectifs de solidarité, qui demandent la tenue d’une Conférence nationale citoyenne sur l’accueil et les droits des personnes migrantes. La France ne peut se priver plus longtemps d’une politique d’accueil conforme à ses valeurs de solidarité et d’humanité.

Votre statut de représentants du peuple vous permet de faire porter les voix de ceux qui, comme moi, ne peuvent se résoudre à rester spectateur impuissant. Tous ces citoyens et ces citoyennes, abasourdis par de tels comportements vous remercient de vous mobiliser sérieusement pour faire cesser au plus vite ces atteintes aux droits fondamentaux. Nous attendons votre intervention !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.