behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2011

N'en a-t-on pas assez de la chienlit du régime électif ?

behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© culture-libre
© culture-libre

Nous vivons en pleine erreur, erreur entretenue à dessein comme on verra plus tard. On nous dit que nous vivons dans une démocratie alors que ce n'est pas du tout le cas. Nous vivons dans une oligarchie, le pouvoir de quelques un, et cela est du à quoi ? A l'élection qui est le système politique des meilleurs, c'est à dire l'aristocratie. Et on voit dans l'histoire que toute aristocratie se transforme à plus ou moins longue échéance en oligarchie.

On pense que cette transformation est le fait des hommes élus alors que pas du tout, c'est le fait du du système électif. L'élection porte en elle le système qu'elle génère. Vous pouvez supprimer tous les gouvernants actuels, si vous ne changez pas le système électif, vous aurez toujours le même résultat.

D'autres part que voit on ? Les partis politiques, les banques, le patronat soutenir l'élection. Étonnant non ? Comment se fait-il que des gens aussi différents défendent tous le même principes ? Et bien les partis politiques parce qu'ils sont dans l'illusion créée par le terme de démocratie et les banques et le patronat parce qu'ils savent très bien que l' élection n'est pas pour eux un problème car il détiennent l'argent et les médias. Personne n'a oublié j'espère la réunion du Fouquet qui a été la reconnaissance implicite de ce qu'avait été cette élection.

Alors comment résoudre ce problème. Il a déjà un très gros problème de mot, puisque on appelle le problème par le nom de la solution, c'est à dire démocratie. Et c'est là que réside la plus grosse entourloupe. C'est ce qui fait que nous sommes bridés dans notre réflexion.

Un peu d'histoire. D'où vient l'élection,. Dans le monde de la fin du XVIIIème siècle avec l'Angleterre, puis l'Amérique et enfin la France avec la révolution. Tout ces gens qui ont mis en place l'élection ne voulait pas du tout d'une démocratie, il savait parfaitement ce que cela représentait. Il faut savoir qu'à cette époque l'histoire de la Grèce antique était parfaitement connue. Pour eux la démocratie c'était l'anarchie, ce qu'il voulait c'était un gouvernement élitiste, une aristocratie.

Alors d'où vient le terme de démocratie pour désigner notre oligarchie ? Du XIXème siècle où les penseurs de l'époque dénomment démocratie les régimes en place. Entre autre Tocqueville. Sur quoi était basé cette dénomination ? Sur le fait de l'égalité des citoyens dans la société. Mais si dans le régime démocratique athénien cette égalité est réelle, tout athénien pouvait à la fin de sa vie dire qu'il avait dirigé Athènes, pour nos régime elle est complètement factice.

Ceci a permis aux notables, ceux qui se faisaient réellement élire d'avoir une légitimité et de dire je suis bien le représentant du peuple. Car les représentant du peuple c'était toujours les notables, jamais des gens du peuple. D'ailleurs Tocqueville disait :

« Je ne crains pas l'élection ».

Il savait déjà, que l'élection choisirait toujours parmi les notables et si ce n'est pas un notable, c'est qu'il a fait allégeance au système des notables. En effet il n'y a rien à craindre d'une élection. Il suffit de regarder l'histoire pour en convenir.

Alors l'élection c'est toujours pour vous la démocratie ? Si c'est le cas inutile d'en lire plus, retournez à votre canapé vous faire bercer par le doux chant de la télévision.

Pour les autres on va parler de ce qu'était la démocratie athénienne.

Après des siècle de tyrannie les athéniens ont un objectif impératif, c'est l égalité politique réelle. C'est le cœur de leur système. Ils ne veulent pas l'égalité physique, ou sociale, il savent bien que nous ne sommes pas égaux, mais ils veulent absolument l'égalité POLITIQUE.

Les athéniens ont fait les mêmes constatations que nous à savoir que le pouvoir corrompt, il faut parfois du temps, mais immanquablement le pouvoir au bout du compte corrompt. C'est à dire qu'il poursuive leur intérêt personnel au lieu de l'intérêt général. Il n'y a rien à faire contre cela. J'espère qu'une telle vérité ne rencontre plus d'objection (les affaires en cours, aussi bien à droite qu'à gauche le montrent de façon évidente).

Pour palier à ce problème les athéniens ont défini deux sous objectifs qui sont :

  1. L'amateurisme politique et là c'est quelque chose qu'on déjà entendu plus d'une fois (par opposition au professionnalisation de la politique avec le régime électif).

  2. La rotation des charges avec des mandats courts et non renouvelable. (On a pas le temps de liens les liens nécessaires à la mise en place de la corruption)

On comprend bien que si on a des professionnels en politique, tout d'abord on ne va plus être égaux et d'autres part, puisque ce sera toujours les mêmes forcément il seront corrompus. Il faut bien comprendre que l'amateurisme veut dire que la rotation des charges ne se fait pas toujours sur les mêmes (des professionnels) mais toujours sur des nouveaux et avec des mandats court. Et là on voit que l'élection n'est pas la réponse à se problème car forcément l'élection va entrainer la professionnalisation, et enfin toujours les mêmes (les éléphants du PS, les caciques de l'UMP)

La professionnalisation de la politique le génome de l'élection.

L'élection repose sur le mythe de :

« Nous sommes capable de choisir le bon maitre et parce que nous l'avons choisit ils vont être bon »

C'est un mythe, ça ne marche pas, quand on fait des études sur deux cents ans voit que ce n'est pas la réalité. L'élection permet aux riches d'acheter le pouvoir comme on achète une voiture. L'élection permet aux riches économiques d'acheter le pouvoir politique.

Donc quelle est la solution pour atteindre les deux sous objectifs ?

LE TIRAGE AU SORT

Alors là je sens que beaucoup de poils se hérissent et pourtant prenez le temps de bien réfléchir et vous verrez qu'il n'y a pas d'autre solution.

Autres disposition des athéniens pour éviter la dérive oligarchique du système malgré le tirage au sort est le droit de parole (Iségoria). C'est à dire la possibilité de dénoncer tout manquement tout en s'assurant l'impunité. Un peu comme le délégué syndical dans une entreprise. C'est très important pour prévenir toute tentative de prise de pouvoir. Autre avantage c'est que cela rend les gens responsables et actifs de la république et c'est cela qui permet l'amateurisme car les gens sont actif en politique. Inversement on le voit bien à notre époque où malgré des dénonciations répétés de scandales aucune sanction n'est prise entrainant un désintérêt toujours grandissant des gens pour la politique, ce qui favorise encore plus la professionnalisation de la politique et surtout le fait qu'elle soit corrompue.

Le tirage au sort entraine mécaniquement une désynchronisation entre la puissance politique et la puissance économique. En effet les riches ne sont plus représentés dans les politiques ou en tous les cas de façon majoritaire, puis que le politique est tiré au sort et représente donc fidèlement l'image de la population. Hors il est bien connu que les riches représentent un minorité dans la population. On voit ici encore qu'on est à l'opposé du système électif. Cela n'a pas empêché d'ailleurs aux riches de faire leurs affaires à Athènes mais sans interaction sur la politique.

Et donc si on regarde deux cents ans de politique par tirage au sort et deux cents ans d'élection comme résultat sur les pauvres et les riches on est obligé de constater que les résultats sont radicalement opposés et ce ne sont pas des histoires mais des faits.

Maintenant parlons des inconvénients et des moyens d'y remédier.

La première chose qui vient à l'esprit et si on tire au sort Le Pen ou quelqu'un dont on ne veut absolument pas qu'est-ce qu'on va faire ? Les athéniens avaient exactement la même peur et c'est normal. Ils ont donc mis en place des contrôles pour palier aux problèmes. Contrairement aux élus qui demandent l'impunité, le tiré au sort était contrôlé avant, pendant et après. Le tiré au sort devait être responsable. Toutes ces contrôles montrent qu'on assume que les gens ne sont pas parfaits et que la vertu n'est pas innée et que donc il faut des contrôles partout.

Avant le tirage au sort :

Volontariat :

Pour être tiré au sort il fallait être volontaire. Il y a une différence pour être volontaire avant ou après. Avant on veut le pouvoir, après on fait son devoir. Que pensez vous de l'élection dans ce cas ?. Le volontariat associé avec la punition était un vrai filtre par rapport au risque du tirage au sort.

Docimasie :

Un examen d'aptitude politique pour écarter les fol dingue, un jugement sur sa façon de vivre. Il s'agit d'un filtre nécessaire mais sensible.

Ostracisme :

C'est le vote pour des personnes que l'on ne veut absolument pas comme tiré au sort. C'est à dire la non éligibilité à être tiré au sort. Cet ostracisme avait une durée de dix ans. Cela permettait de mettre à l'écart de la vie politique quelqu'un dont on avait peur (fomenter un coup d'état, corrompu etc). Il s'agit de quelque chose d'essentiel. Si on regarde l'élection on voit qu'il n'est pas possible de dire que l'on veut ni l'un ni l'autre comme cela s'est passé avec Chirac et Le Pen. En effet le vote blanc n'est pas comptabilisé.

Pendant le mandat :

Révocabilité : Un tiré au sort est révocable. Qu'en est-il des élus ? Et pourtant, et pourtant.

A la fin du mandat :

Reddition des comptes :

Les tirés au sort devaient rendre des comptes après leur mandat. La reddition des comptes prenait de six à douze mois et elle était effectué par d'autre tiré au sort bien sûr. Difficile dans ce cas de faire des magouilles sans se faire prendre. Qu'en est-il actuellement ? Pas de commentaire.

Récompenses : des honneurs uniquement pas d'argent

ou

Punitions : La défense des tirés au sort était, mais je suis des gens comme vous et cela marchait.

Après le Mandat :

Mise en accusation publique :

Une procédure qui permettait de revenir en arrière. C'est à dire défaire ce qui avait été fait et qu'on considéré mauvais.

Les Objections :

On va mettre des affreux aux manettes.

C'est l'assemblée qui décide, les tirés au sort sont des exécutant. Ils sont des serviteurs de la république. D'autre part il y a tous les contrôles que l'on n'a pas avec le système électif.

Alain : « Les gens bon ne se soucient de gouverner » autant dire que les pires gouvernent.

Avec le système électif on a donc les pires.

C'est un régime qui marchait à petite échelle, mais à grande échelle ça ne marchera jamais.

Le régime électif qui n'a pas de contrôle est bien pire car il part du postulat que l'élu sait tout et peut tout. Alors que le système du tirage au sort fait exactement le contraire, il est donc beaucoup plus sécuritaire. Le gros problème est l'assemblée, 6000 personnes en Grèce sur 32 000 Athéniens. Évidemment avec 66 million de français ce ne peut pas être pareille. Il faut que l'assemblée soit aussi tiré au sort pour être représentatif de toutes les opinions avec un mandat d'un ou deux ans maximum. Le représentant tiré au sort, conserverai son salaire et sa place qu'il retrouverai à la fin de sa représentation.

Comment allez vous faire pour avoir une politique à long terme.

Ce n'est pas les tiré au sort qui décide, c'est l'assemblé, c'est elle qui assure la continuité. Les athéniens étaient 32 000, il y avait 6000 athéniens à l'assemblé. Franchement quelle continuité dans le système électif ? Elle est celle du mandat c'est tout. Même au sein d'un même partit, d'un homme à l'autre ça change. Alors qu'avec une assemblée importante tiré au sort on aura forcement une continuité celle de la représentation moyenne des tirés au sort. En tous les cas une assemblée de 600 est trop peu, il faut compté sur un minimum d'un millier.

Vous allez forcément désigner des incompétents.

Les élus sont des compétant ? Non personne ne peut être compétent sur tout. La seule différence entre le tiré en sort et l'élu c'est la volonté de pouvoir, absolument la compétence. N'oublions pas les contrôles qui vont faire que le tiré au sort va se renseigner, se rendre compétent pour prendre sa décision en toute indépendance, alors que l'élu tout aussi incompétent pour prendre sa décision va faire comme son parti l'a décidé ou comme les lobby l'auront amadoué. Franchement, il y a-t-il photo ? Je ne pense pas.

Dans la vidéo on a l'exemple du Mali avec un assemblée tiré au sort qui a du décider du bien fondé ou pas des OGM. Et bien ils on fait venir Monsento, les anti-OGM, les utilisateurs d'OGM et les ont questionné jusqu'à se faire leur propre jugement. Et finalement à l'unanimité ils ont décidé que non les OGM ce n'étaient pas bon car on avait aucune certitude sur leur innocuité et que les avantages n 'étaient pas vraiment là. On est là dans une approche qui ne peut qu'être meilleur qu'une assemblé de spécialistes dont la plupart sont payés par les labos. Il y a eu assez d'affaire retentissante pour le savoir. Ainsi ce n'est pas un problème de compétence mais un problème de capacité à apprendre. La docimasie est là pour cela. Qu'en est-il pour l'élection ? On peut me le dire ?

Le modèle athénien était esclavagiste, phallocrate et xénophobe.

Bon sans rapport avec le système, au contraire, puisqu'il montre que des gens mauvais étaient capable d'avoir une vrai démocratie (en logique le faux peut induire le vrai). Et c'est la preuve de fiabilité de leur institution, puisque des gens tel que l'on dit avait une politique qui permettait à tout un chacun d'être responsable à Athènes. Nous ne somme pas tout cela, donc nous pouvons encore mieux appliquer ce système. Le seul problème est le problème de temps à consacrer à la politique et qui était en effet favorisé par l’esclavagisme et la phallocratie. Mais en instituant la semaine de quatre jours on résout facilement ce problème ainsi que celui du chômage. D'autre part en payant normalement le temps consacré à la politique, cela reviendrait moins cher que les députés leurs salaires et leur retraite.

Est-ce que ce système va marcher avec des média appartenant aux oligarques.

En effet pourquoi des marchants de canons, des banquiers, des industriels achètent des journaux ? Pas pour gagner de l'argent, c'est une chose sûr, mais bien pour manipuler l'opinion. Ces achats de journaux sont arrivés après la défaite de la droite par deux fois face à la gauche, pour mettre un terme à ce qu'ils considéraient comme une catastrophe.

Le grand problème des constitutions c'est qu'elles sont écrites par ceux qui vont les utiliser, donc ils se les taillent sur mesure, c'est ainsi qu'on a des constitutions dans lequel la démocratie n'a pas le droit de cité.

Mais la nouvelle constitution devra être écrite par une assemblée constituante, non pas élue, on sait maintenant pourquoi, mais tiré au sort, pour être assuré qu'elle est bien représentative de la population et donc pas manipulée. Cette assemblé constituante aura pour mission justement de palier à tout ses problèmes et comme elle sera hors de toute manipulation ce sera possible.

Il faut bien savoir que cette assemblée ne pourra pas se mettre en place en toute liberté. Jamais le pouvoir économique ne pourra l'accepter. Ça ne se fera pas en étant gentil.

La question qui demeure est, autant il est compréhensible qu'un banquier, qu'un industriel, qu'un oligarque défendent le système électif, autant il est incompréhensible que des militants qu'ils soient de gauche ou de droite de tendance humaniste défendent le système électif alors là c'est un vrai déni de réalité car il y a 400 ans, 200 ans de tirage au sort et 200 ans d'élection pour montrer la réalité.

A Lire Bernard Manin Principes du gouvernement représentatif , sur les avantages et inconvénients du tirage au sort et de l'élection et qui est finalement un plaidoyer pour le système du tirage au sort

Cet article a été fait à partir de cette vidéo:

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005