behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2011

MAD PRIDE Bruxelles 10 octobre 2011, Les fous dans la rue et pas d'incident, un hasard sans doute

behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© François Behemothe
© François Behemothe



Pas beauoup de monde, mais un peu tout de même (environ 200 personnes) pour une telle manifestation. Une manfestation importante tout de même, car il est extrêmement important que les malades mentaux prennent la rue pour montrer que la grande majorité n'a absolument rien à voir avec le visage qu'en montre la presse à l'occasion d'incident plus ou moins grave. Une manifestation pour essayer de contrer cette stigmatisation de la folie qui est systématiquement utilisé par la presse.

Vous trouverez ici un récit plus fournit de la manifestation.

Un exemple de cette presse de caniveau, le Daubé, le bien surnommé, de son vrai nom le Dauphiné Libéré, avec cet article:


et comme cela ne remplissait pas assez la page, le journal revient sur le meutre de 2008, oui de 2008, vraiment la pauvres obligé de remonter trois ans en arrière pour satisfaire leur stigmatisation des schizophrènes:

Voilà c'est cela que je ne veut plus voir, cette infamie. Quand il y a des crimes, en fait-on un tel plat? Donne-t-on l'origine ethnique de la personne? Donnes-t-on des détails sur dossier médical? Parle-t-on des violences conjugales, pourtant il y en a une toutes les deux minutes....Non vraiment il s'agit d'un véritable parti pris infecte, pire que l'antisémitisme. Entre 40 000 et 60 000 malades mentaux dans les asiles français sont morts de faim et de froid pendant la guerre de 40/45. 100 000 malades mentaux sont morts dans les camp de la mort sous le nazisme. c'est ce que veux le Daubé?

(manifestation du 12/10/2010)
Un autre grand regret, c'est que cet Mad Pride a eu lieu en Italie (Milan) en espagne et à Bruxelles. En France, et bien rien, nada, néant, un grand trou noir. Pourtant c'est bien là que c'est le plus important, alors pourquoi???
Que font des organisation comme la FNAPSY? On se le demande. Un organisme complètement sclérosé sous perfusion de l'UNAFAM, une directrice qui ne s'occupe que de son sort à la tête de l'UNAFAM et un point c'est tout. Trop longtemps à la tête de l'organisation, devenue une professionnelle, son seul soucis est de rester en place et pour cela ne pas faire de vague. On l'a vu dans le vote de la loi des soins contraints où elle s'est tue, pour ne parler qu'une fois la loi votée pour se dédommager à bon compte, pitoyable !
Avec des organisations pareilles les fous ne sont pas prêts de sortir de la mouise et c'est bien pour cela que tout le monde en profite pour les stigmatiser, sachant qu'il n'y aura pas réponse.
FOU REVEILLEZ VOUS AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves