behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2012

Grenoble : Manifestation de soutien à la Grèce par les Indignés, le 18/02/2012

behemothe
Informaticien à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© François Behemothe

Contre la dictature des marchés - Solidarité avec le peuple grec


La nuit du 12 février, 199 députés grecs ont voté les nouvelles mesures imposées par la Troika (LM, BCE, FMI) qui plongent le pays dans un chaos et une misère encore plus profonde. 101 député-e-s ont désapprouvé soit la totalité, soit une partie de ce nouvel accord. Sous la menace de la faillite et absolument conscients que le parlement n'allait pas décider, mais seulement ratifier les diktats, la majorité des députés a cédé au chantage. Alors que dans tout le pays le peuple exprimait son opposition aux projets monstrueux des créanciers, le parlement accordait aux banques le droit de vie sur le peuple grec, tout en admettant que ce n'est plus aux institutions politiques ni aux élus de gouverner. Au-delà du drame que vit la Grèce, cette évolution constitue le renversement le plus flagrant du système et des traditions politiques européennes ; et, en tant que tel, il annonce l'avenir de toute l'Europe. Contrairement à ses députés, la population du pays n'a pas cédé face à ce chantage. A.Athènes et partout dans le pays, le peuple qui résiste a inondé les rues. Encore une fois la seule réponse du gouvernement a été la répression.
Alors que les politiques d'austérité ne font qu'exploser la dette publique, on impose au peuple grec encore plus de mesures suicidaires :


•    La réduction du SMIC de 22%, pour gagner 450 euros par mois net et 586 brut, contre 751 euros brut jusqu'alors ; pour les jeunes, la réduction s'élève à 35%.


•    L'abolition des conventions collectives, par branche et par métier, qui sont remplacées par des contrats individuels au niveau de l'entreprise.


•    L'application rétroactive de toutes les réductions à partir de janvier 2012, des salaires, retraites et allocations chômage (qui passent de 461 euros/mois à 359. percevable uniquement pendant un an).


•    La baisse de la retraite minimum à 392 euros/mois (contre 503 euros aujourd'hui).


•    Le licenciement de 150.000 fonctionnaires de 2012-2015, dont 15.000 d'ici la fin 2012.


•    L'abolition du statut du fonctionnaire.


•    Le démantèlement de l'Etat social et la liquidation de toute la richesse du pays pour 50 milliards d'euros par la privatisation.


Ces mesures viennent s'ajouter à bien d'autres imposées et appliquées depuis plus de deux ans. Les salaires et les retraites ne font que baisser, les impôts directs et indirects ne font qu'augmenter, alors que le chômage devient le quotidien de plus en plus de grecs.
Le Premier Ministre grec, Loukâs Papadimos, nommé en novembre 2011 pour "régler la crise de la dette", a été gouverneur de la Banque Centrale Grecque entre 1994 et 2002, et a participé à ce titre à l'opération de trucage des comptes perpétrée par la banque Goldman Sachs, avec MM. Mario Draghi et Mario Monti, qui sont désormais respectivement président de la Banque Centrale Européenne et Premier ministre italien. Jusqu'en 2009, Goldman Sachs a aidé le Gouvernement grec à camoufler sa dette grâce à des outils financiers qui lui ont permis de dissimuler ses transactions, tout en renflouant ses comptes avec l'aide d'autres banques américaines. Goldman Sachs en a tiré 300 millions de Dollars de bénéfices. Etrangement, c'est un ancien collaborateur de cette même banque qui a été nommé Premier Ministre quelques mois après !


Les députés grecs qui ont voté ce plan d'austérité sont loin d'être concernés par ce dernier, tout comme les armateurs et l'église orthodoxe. Et où est le peuple dans tout ça ? Au niveau social, le peuple grec fait face à des phénomènes de misère et de pauvreté qu'il n'avait pas vécus depuis l'occupation. Les faits sont accablants, selon « Médecins du monde » le centre-ville d'Athènes vit une véritable crise humanitaire : une personne sur dix se nourrit aux soupes populaires, le Ministre de l'Éducation met en place la distribution de repas gratuits dans certaines écoles en réponse aux nombreux évanouissements d'élèves pour cause de malnutrition.


Les nouvelles mesures imposées vont non seulement perpétuer le cycle infernal de la récession qui conduit tout droit à l'explosion du déficit public et au défaut de paiement, mais elles vont, partout en Europe, accentuer la baisse des salaires et des dépenses publiques, et ce à un moment où le nombre de pauvres ne cesse d'augmenter dans tous les pays, y compris en Allemagne. Ce que les élites de la finance n'ont pas envie de comprendre c'est que c'est le modèle économique qui ne fonctionne pas.


La Grèce est le laboratoire de l'austérité en Europe !

Résistons partout en Europe !

Solidarité avec le peuple grec !

Non au sacrifice des peuples sur l'autel de la finance !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux
Journal
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre
Journal — Outre-mer
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel